Tunisia
Information
  • Date submitted: 1 Nov 2011
  • Stakeholder type: Member State
  • Name: Tunisia
  • Submission Document: Download
Keywords: Specialized agency (1 hits), specialised agency (0 hits),

Full Submission

Translated from French

Permanent Mission of Tunisia to the United Nations

EL/2011

New York, 1 November 2011

The Permanent Mission of Tunisia to the United Nations presents its compliments to the secretariat of the Commission on Sustainable Development (Division for Sustainable Development) and, in response to the note dated 14 March 2011 from the Co-Chairs of the Commission on Sustainable Development, has the honour to transmit herewith Tunisia?s contribution as a basis for the preparation of zero draft of the outcome document of the United Nations Conference on Sustainable Development (Rio+20).

The Permanent Mission of Tunisia to the United Nations takes this opportunity to convey to the secretariat of the Commission on Sustainable Development (Division for Sustainable Development) the renewed assurances of its highest consideration.

Ms. Tonya Vaturi
Secretariat of the Commission on Sustainable Development
Division for Sustainable Development
Department of Economic and Social Affairs
United Nations
New York


Republic of Tunisia

Preparations for the United Nations Conference on Sustainable Development (Rio+20)

National report

Tunisia

October 2011


Report of Tunisia within the framework of preparations for the United Nations Conference on Sustainable Development (Rio+20)

Contents

Page

I. Introduction..................................................................

4

II. Progress and gaps in the implementation of sustainable development since the 1992 Rio Summit...

5

A. Progress in the promotion of sustainable development

5

B. Gaps that hinder the implementation of sustainable development

5

III. Challenges to the promotion of sustainable development

7

A. Economic challenges

7

B. Social challenges...........................................................

8

C. Ecological challenges

8

D. Governance challenges......................................................

11

IV. Green economy in the context of sustainable development and poverty eradication

12

A. Promotion of the green economy: Initiatives taken by Tunisia

12

B. Constraints and challenges for the promotion of a green economy

14

C. Political, economic, organizational and cultural changes aimed at promoting a green economy.

15

D. Promotion of the green economy at the international level and in Tunisia: Expectations for Rio+20

16

V. Institutional framework for sustainable development

17

A. Significant features of the institutional framework for the environment in Tunisia

17

B. Significant features of the institutional framework for sustainable development in Tunisia....

17

C. Policies for strengthening the institutional framework for the environment and sustainable development

19

VI. International cooperation and global governance in the area of sustainable development

21

Annex

Summary of the national workshop

23


I. Introduction

1. Mixed results in social and economic development: On the basis of a relatively sustained and diversified economy, Tunisia has achieved some measure of development. It has not been socially or regionally equitable. Imbalances have developed, particularly between the relatively advanced coastal areas and the impoverished areas of the interior. A proportion of the population, including significant numbers of university graduates, have been left behind by the development process. The revolution of 14 January 2011 was an outward manifestation of increasing social unrest.

2. Development tainted by corruption and a lack of transparency in some economic and financial transactions: Corruption in key sectors of the economy has had a significant negative impact on economic initiative and promising investments. As a result, social and economic indicators have declined; the growth rate has fallen and the unemployment and poverty rates have risen.

3. The old methods of governance are unsuited to the new development imperatives: Governance methods are still relatively centralized and dominated by a single political party and platform. The administration has been unable to evolve and adapt in response to the new development constraints and the people are continually marginalized by a lack of opportunities for participation.

4. An education system out of step with development requirements: Under a corrupt, undemocratic and centralized governance model that does not allow for citizen participation, Tunisia?s education system has become increasingly weak and inward-looking and there are no serious reform initiatives. Schools and universities are more and more divorced from reality and from the needs of a constantly changing society.

5. Various challenges to be met in order to ensure genuine sustainable development: As part of the post-revolution transition to democracy, Tunisia must introduce significant reforms and modifications in various areas in order to promote genuine sustainable development that fosters economic growth and employment generation, social equity and solidarity, and economic viability and responsibility. These reforms involve:

(i) Fostering a new governance model that would improve citizen and regional participation;

(ii) Introducing new planning and programming methods that would ensure better integration of the three imperatives: economic, social and environmental;

(iii) Ensuring transparency at all levels of the development process, including natural resource management;

(iv) Upgrading and modernizing the administration; and

(v) Promoting a new, modern educational system with broad input from the public and a strong scientific and technological component.

II. Progress and gaps in the implementation of sustainable development since the 1992 Rio Summit

A. Progress in the promotion of sustainable development

6. Positive economic growth that offers a partial response to the people?s needs: With an average annual growth rate of 4 to 5 per cent over the past 20 years, Tunisia?s economy has focused on the expansion of traditional sectors such as textiles, leather and shoes, phosphate mining and processing, seaside tourism and non-intensive agriculture with a high water consumption rate. In addition, new sectors with a relatively high added value, such as information and communication technologies, are emerging. However, growth in these sectors has been slow and in many cases, the results have failed to meet the expectations and hopes of the people and of the country?s various regions.

7. Inequitable social development: For decades, economic growth has encouraged the social development of the portion of the population that resides in the coastal cities and as time passed, this social progress was limited to a smaller and smaller percentage of the people. Even for university graduates, it became more and more difficult to find a job and achieve a decent standard of living. The unemployment rate has risen dramatically; it now stands at about 20 per cent of the active population and the poverty rate is high.

8. Promotion of specific environmental activities, many of which have little real impact: Since the 1990s, the number of environmental activities has increased. Most of them are limited to urban areas and include, inter alia, sanitation, waste management and pollution clean-up. The impact of these programmes on the environment and the quality of life of the people has not, however, always been proportionate to the investment made or the expected results. Institutional and governance problems have often been the cause of such failures. Policies in these areas are poorly thought-out and inconsistent; they are often fragmentary, isolated from development processes and, above all, developed without input from the relevant stakeholders and the public.

9. Visible political commitment to sustainable development: In 1992, Tunisia solemnly vowed to pursue sustainable development; since then, the number of institutions in the field of the environment and sustainable development has increased and the political discourse has proclaimed endlessly that sustainable development was the only way to bring Tunisia into the future. However, despite efforts in this regard, there has been little integration of the three components of sustainable development ? the economy, society and the environment ? in a common vision; primarily sectoral approaches to planning have prevailed.

B. Gaps that hinder the implementation of sustainable development

10. Unsustainable social and economic development policy decisions: A rapid review of Tunisia?s development performance based on the available data and indicators, including since the January 2011 revolution, reveal economic, social and environmental problems that are often a result of unsustainable development decisions for the primary development sectors:

(i) Low-value-added agricultural products take a heavy toll on natural resources and cause environmental degradation at the local level;

(ii) Uncompetitive industries, primarily small and medium-sized enterprises, still require a major environmental upgrading effort;

(iii) Primarily seaside tourism appears to be unprofitable and is often a source of coastline degradation;

(iv) Individual transport, which is becoming the norm, entails high energy consumption, saturation of cities and traffic hazards;

(v) Construction, which is increasingly unsuited to the country?s climate, is clearly energy-intensive at all levels, from the processing of raw materials to the use of the buildings themselves.

11. Unequal economic returns at different levels of society: An average growth rate of 4 to 5 per cent has been insufficient to absorb the inequalities among the country?s social groups and regions. The poverty rate, which stood at approximately 3 per cent before the revolution, has risen and, according to initial estimates, may be 20 per cent or higher. The unemployment rate has continued to rise in recent years ? it is currently approximately 20 per cent ? and is a cause of serious problems, particularly for university graduates.

12. Widespread corruption in the primary economic sectors: In recent decades, Tunisia?s economic structure has been eroded by endemic corruption in several key economic sectors.

13. A primarily centralized administration: Generally speaking, Tunisian policies still focus on a centralized planning model for the environment and development. Decisions are often taken at the national level with little regard for regional and local characteristics. Thus, regions and communities are simply organic extensions of the central administration, without any significant decision-making power with respect to management decisions and modalities. In many cases, this form of governance ultimately drains the regions and communities of their enthusiasm and initiative.

14. A preference for a sectoral rather than an integrated approach: Generally speaking, an integrated approach is seldom taken in Tunisia; sectoral planning is still the norm. In recent years, despite the clear desire of some actors to strengthen cooperation among stakeholders, fatigue usually sets in and unilateral decisions are taken at key stages of the planning process. The lack of integrated planning mechanisms and tools such as strategic environmental assessments, which are not mandated in Tunisia, hinder the anticipated progress in integrating the various components of sustainable development. In addition, Tunisia?s institutional framework, as established and implemented for several decades, can no longer adapt to a situation marked by increasingly complex, multidimensional problems that require new management and planning approaches and modalities.

15. Little mainstreaming of the environment into sectoral development policies: Since sectoral, centralized planning modalities predominate in Tunisia and there are no effective coordination and cooperation mechanism and tools, efforts to mainstream the environment into economic development sectors often face major obstacles and strong resistance.

16. Virtually no citizen participation in the various decision-making processes: Citizens are frequently marginalized in this area; they do not see, in their daily lives, mechanisms that would give them a voice in the selection of social and economic development modalities for their neighbourhoods, their towns, their regions or even their country. There was no grass-roots democracy whatever in Tunisia; now it is beginning to develop progressively; a long-term learning process is essential in this area. Immediately after the revolution, public consultation was incorporated into environmental impact studies and is expected to be a part of all future programmes and projects.

17. Poor mechanisms for data production and monitoring of the environment and sustainable development: Another problem that has hindered sustainable development in Tunisia is the lack of reliable, continuous and, above all, accessible data. The January 2011 revolution revealed serious gaps and weaknesses in this area and in all aspects of social, economic and environmental development. The available data is often imprecise and does not cover all aspects of the issue; it is often incomplete and is usually difficult to obtain. Tunisia plans to implement extensive national programmes in this area over the next few years.

III. Challenges to the promotion of sustainable development

In its new effort to promote genuine sustainable development that is strongly people-centred, Tunisia will face several challenges in four major thematic areas:

(i) Promoting an efficient economy with high added value that is employment-generating, makes use of new and innovative technologies, is energy-efficient and respects ecological balances;

(ii) Responding to the needs and hopes of a predominantly young, ambitious population within the framework of regional balance and national solidarity among the various sectors of society;

(iii) Managing properly and rationally a limited, fragile and often overexploited natural capital;

(iv) Establishing a new, decentralized governance model that incorporates three components ? economic, social and environmental ? in which citizens play an important role.

A. Economic challenges

18. Promoting an inclusive, supportive and employment-generating economy: In the past, Tunisia?s economy has struggled to meet the needs of a constantly changing society. This response has generated wealth that has benefited only a few regions and social sectors, leaving marginalized regions and social groups behind in the development process. In the future, therefore, the nation?s economy will have to progress and, above all, evolve in order to meet the needs of the entire population while ensuring a more equitable, more inclusive distribution among the country?s various social sectors and primary regions.

19. Fostering a dynamic, open and innovative economy: Jump-starting Tunisia?s economy will require modernizing it, opening it to foreign markets and increasing its capacity for energy-efficient production with a lower environmental impact. All these challenges require technological modifications and a shift in production models. In order to achieve these goals, businesses must be responsive to innovation, receive technological support and be able to adapt rapidly to new national and international market constraints.

B. Social challenges

20. Combating unemployment: Even before the revolution, Tunisia had was in a serious employment crisis which, however, deepened during 2011 with the return of tens of thousands of Tunisian workers from Libya, the loss of 40,000 jobs owing to very low growth and the entry of more than 80,000 young people into the job market. Current estimates suggest that over 700,000 people are unemployed, or approximately 20 per cent of the workforce, as compared to 490,000 in May 2010. These figures hide the even more grim reality of regional discrepancies and unemployed university graduates, for whom the unemployment rate is around 40 per cent.

21. Eradicating poverty: After the revolution, the poverty line was revised; it is now calculated on the basis of US$ 2.7 per day, which means that about 24 per cent of the population falls below it. This new state of affairs will have an impact on the country?s social and economic planning and development mechanisms for many years to come, bearing in mind the dual resolve to create wealth nationally and fill the gaps in deprived areas. Structural reform of the social policy is also needed and should focus on establishing and implementing solidarity mechanisms, overhauling the tax system and wage policies, and improving the health and education sectors.

22. Improving the education system: Since independence, Tunisia has focused on improving its education system, which has contributed greatly to raising the standard of living over the past 50 years and is an important factor in the country?s social and economic development. The loss of impetus in the education system in recent decades and the emergence of new challenges has made it more necessary than ever for the system to evolve so that it can respond positively to the new aspirations of Tunisian society.

23. Adapting training and higher education to job requirements: Henceforth, training and higher education will need to adapt increasingly to the new requirements of the job market by offering the most modern analytical and research tools that, above all, can be adapted to the continually changing situation. Development research, often considered out of step with the most significant national issues, will also need to improve its market position and meet the needs of different stakeholders from all areas of social and economic development.

C. Ecological challenges

24. Protecting and developing water resources: Tunisia is a largely arid country. This aridity, combined with the variability of the Mediterranean climate, makes water a scarce resource that is unevenly distributed throughout the country and throughout the year. Tunisia?s agriculture sector consumes a great deal of water ? in fact, more than 80 per cent of the available supply ? followed by drinking water, industry and the tourism sector, which consume 12, 5 and 1 per cent, respectively. In order to continue to meet current water needs and provide for the social and economic development of future generations, we must rely primarily on preserving the existing and available water capital, economy and development; managing water demand; and developing unconventional water resources.

25. Combating desertification and preserving agricultural land: In addition to water, another natural resource that poses a problem and a serious challenge for Tunisia, owing to its importance for agriculture and food security, is arable soil and land. Tunisia?s geography is characterized by a diverse and primarily arid climate. Overall, three quarters of the country is threatened by desertification. Not only is this arid climate characterized by scarce and irregular rainfall, heavy showers and high winds, but inappropriate methods are used to exploit natural resources, weakening the plant cover and the soil. Such farming practices threaten Tunisia?s limited, fragile land resources and compound the problem of desertification. Water erosion is the leading cause of soil degradation, which clogs dams at a rate of
0.8 per cent per year.

Utilized agricultural land accounts for 5.4 million hectares and that forests and rivers account for 4.8 million hectares of the country, which has a total surface area of 16.4 million hectares.

The loss of farmland as a result of desertification produces serious annual deficits in agricultural production and threatens the sustainability of agricultural activity. This places the nation?s social and economic balance, and, particularly the people in the affected areas, at risk despite water and soil conservation efforts involving more than 2 million hectares and plant cover that represents only 13.2 per cent of the country?s total land area.

26. Protecting and enhancing biodiversity: Tunisia?s natural environment comprises seven large areas, 69 natural ecosystems and 12 agro-systems. The national biological diversity study conducted in 2009 identified 7,212 species of land and marine animals and plants. Since its ratification of the Convention on Biological Diversity in 1993, Tunisia has endeavoured to protect and enhance some aspects of biological biodiversity. Plant cover (forest and pasture) is expanding steadily and has reached a coverage rate of around 13 per cent. In addition, there are now 44 protected land areas, 5 protected marine and coastal areas and 20 Ramsar sites. Also, at the institutional and legal levels, the Forestry Code, which governs the protected land areas, has been amended several times, including in order to increase participation of the local population. However, it is essential to improve ecosystem management approaches, particularly for the rehabilitation and restoration of damaged ecosystems. The legal and institutional basis must, in turn, be adapted and improved with a view to better governance and more effective management. A new law on protected land areas is also needed, following the example of marine and coastal protected areas, which have an adequate regulatory framework. The institutional framework should also move towards the establishment of a Specialized agency.

More specifically, a gene bank was established in 2007. To date, this bank has retrieved and stored more than 4,000 accessions. Moreover, a core of the Tunisian Red List, comprising more than 200 rare and endangered animal and plant species according to the International Union for Conservation of Nature (IUCN) methodology, has been drawn up and conservation plans for priority species have been established. However, the implementation of these plans requires the mobilization of financial resources.

It should also be noted that the mainstreaming, incorporation and integration of biodiversity concepts and ideas into sectoral policies is one of the challenges to be met in order to protect biodiversity from all forms of damage and overexploitation.

27. Adapting to climate change: It is now accepted that climate change poses a major challenge for all countries, particularly developing ones, the majority of which do not have the necessary response and adaptation capacities. Tunisia is no exception to this rule. The work of the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) has shown that Africa and the Mediterranean are among the most vulnerable regions and are most at risk from the worst effects of climate change.

National studies have shown unequivocally that Tunisia is already suffering and will continue to suffer from the adverse effects of climate change, notably the increase in average temperatures, reduced rainfall and rising sea levels.

In terms of impact climate change in Tunisia will result in increased water stress and scarcity, recurrent droughts, worsening desertification, flooding of low-lying coastal areas and further coastal erosion. It will also have a negative effect on the living conditions and well-being of vulnerable populations, particularly in arid, semi-arid and even coastal rural areas.

The extent and severity of these effects require the implementation of, on the one hand, adaptation measures to increase the resilience of ecosystems, natural resources and vulnerable economic sectors, particularly agriculture and tourism; and, on the other, measures to mitigate increases in greenhouse gas emissions by following the inevitable path of low-carbon sustainable development.

Aware of these major issues, the Government, with the support of many multilateral and bilateral cooperation agencies, has developed several strategies and initiatives to help the sectors most vulnerable to climate change to adapt. These include:

(i) A climate change adaptation strategy for the agricultural sector and ecosystems;

(ii) A climate change adaptation strategy and action plan for Tunisia?s coastline;

(iii) A climate change adaptation strategy for the public health sector;

(iv) A climate change adaptation strategy for the tourism sector;

(v) Creation of a national portfolio of specific climate change adaptation projects for all vulnerable sectors. With a view to the implementation of these projects, particular attention has been paid to mobilizing financial resources within the framework of the United Nations Framework Convention on Climate Change and the Kyoto Protocol, as well as other forms of multilateral and bilateral cooperation in the field of environmental protection.

In addition, several programmes and projects under way in Tunisia have fostered adaptation to the effects of climate change, particularly with regard to optimizing water resource management; protecting the coastline from erosion; conserving biodiversity and ecosystems; combating desertification; afforestation; and the use of treated wastewater to water urban green spaces and develop irrigation schemes.

Tunisia, whose emissions do not currently exceed 3.5 tons CO2 equivalent per capita ? well below the average of industrialized countries and of many developing countries ? continues to pursue policies and strategies as part of the global effort to reduce greenhouse gas emissions. These policies and strategies focus specifically on combating pollution, improving energy efficiency, promoting renewable energy, using cleaner technologies in industry and improving forest and plant cover.

Efforts in the fields of energy efficiency and renewable energy use have slowed the rate of growth in greenhouse gas emissions resulting from energy consumption (the rate has dropped from 4.2 per cent to 2.2 per cent since 2001), decoupled economic growth from greenhouse gas emissions resulting from energy and, consequently, reduced carbon intensity.

Tunisia has also undertaken several initiatives in order to position itself on the global carbon market through the clean development mechanism (CDM) established by the Kyoto Protocol.

In this connection, more than 40 CDM projects and programmes are being implemented in Tunisia in many of the fields eligible under this mechanism, including energy efficiency (cogeneration, thermal insulation of buildings, distribution of energy-saving lamps and energy substitution); renewable energy (wind energy, solar energy and biomass); urban public transport expansion and ecologically sound waste management.

However, several of these strategies, programmes and other projects, especially those related to climate change adaptation, have not progressed beyond the design stage. This is primarily a result of the cost of their implementation, which considerably exceeds the country?s means.

Like most developing countries, Tunisia relies on the speedy operationalization of financial mechanisms, such as the Green Climate Fund and technology transfer and development funding, which are being devised within the framework of the current negotiations on the post-2012 climate change regime.

D. Governance challenges

28. Promoting and developing planning and integrated management methods: The current planning and governance mechanisms in Tunisia remain predominantly sectoral, centralized and often exclusive since many stakeholders and citizens are not involved. The five-year development plan has, until now, been the document that formed the basis of the development policy. Significant improvements in three areas are now essential: integration; taking into account environmental and regional elements; and ensuring the participation of the populations concerned. National planning would be improved and strengthened through the consolidation of an integrated, participative approach to drafting development policies and programmes. Strengthening planning, citizen participation and regional and local consultation would also be necessary.

29. Reducing regional disparities and reviewing town and country planning policies: In the future, in order to overcome one of the major social barriers that sparked the January 2011 revolution, town and country planning in Tunisia should be reviewed and should include all regions of the country, without exception, in the development process. In recent decades, some regions, particularly those on the coast, have attracted the majority of large investments and are therefore favoured over those located inland. A new administrative division of the regions, greater regional complementarity, more autonomous regional governance, incentives to encourage investment in deprived regions, and expanded infrastructure and facilities are needed with a view to regional strengthening and development.

30. Developing sustainable cities: From a different town planning point of view and with regard to governance issues, cities are becoming increasingly important in Tunisia. More than 65 per cent of Tunisians are now city dwellers. In light of the current globalization of the economy and of Tunisia?s integration into the Euro-Mediterranean market, cities will play a key role that makes it more necessary than ever to have a clear idea of their future and to take an approach that strikes a balance among economic, ecological, urban policy and social imperatives and gives the people a greater voice in urban development. In order to take advantage of the new potential of Tunisia?s cities while minimizing the risk of social division, geographical disparities, environmental degradation and lowered quality of life, there is a need for new urban management methods that take economic, social and environmental issues into account. But the Government and local communities cannot act alone; they must be supported and operationalized by the other stakeholders: the private sector and civil society. The development of participatory, strategic and forward-looking planning processes must become an integral part of urban management in Tunisia?s cities.

IV. Green economy in the context of sustainable development and poverty eradication

A. Promotion of the green economy: Initiatives taken by Tunisia

31. The meaning of the green economy remains insufficiently developed, poorly articulated and in need of assessment and, above all, demonstration of potential benefits: The term ?green economy? was first used in Tunisia only a few years ago by a few environmental experts, government and independent alike, from various professional backgrounds. It is often regarded as a new concept following on from or replacing that of sustainable development.

However, whatever the relationship between the green economy and sustainable development, most specialists agree that, generally speaking, the green economy is viable, respects the environment, uses natural resources rationally and promotes employment and sustainable development. It is based on low carbon emission and the use of new low-carbon-emission production technologies and leads to the development of economic tools that promote private sector and civil society involvement in innovative sectors of the economy and the use of environmental goods and services.

In this regard, in line with national priorities, a study on the green economy is currently under way with the significant involvement of all stakeholders in Tunisia. The primary purpose of the study is to propose guidelines for a national strategy that will lay the foundations of a new development model, based on a green economy, which will reduce environmental pressures and ensure environmental sustainability by improving the eco-efficiency of economic growth.

By examining and identifying the development opportunities for a green economy in Tunisia, the study will culminate in a national strategy for a green economy in Tunisia with a plan of action identifying the roles of the State, private sector and trade associations in developing each sector of the green economy, including through public-private partnerships and proposals on how civil society and the information sector can contribute to the transition to the new economy. Similarly, the projected balance of economic impacts (reduction of the costs of environmental degradation and overuse of natural resources), social impacts (job creation, employability of young graduates and poverty reduction), technological impacts (enhanced innovation capacity of companies and redirection of scientific research), financial impacts (state contributions and subsidies, added value of companies, local banking sectors, bilateral and multilateral cooperation and specialized transfers, such as carbon funds) and structural impacts on the production system (economic diversification, tertiarization of the economy, potential of the cybereconomy) and consumption in Tunisia is under review.

In all cases, the implementation of the green economy concept in Tunisia must be shaped by the development characteristics and the environmental challenges and priorities that are specific to Tunisia. In this regard, we consider that the priority areas for Tunisia should include the concerns outlined below.

32. Developing renewable energy and energy efficiency as the basis of a green economy: The authorities have been laying the foundations for a green economy for several years. This has been illustrated, in particular, by the development of renewable energy sources (including solar and wind energy) and the promotion of energy efficiency in order to address the increasing energy balance deficit. A solar energy plan for the period 2010-2016 aims to cut national energy consumption by
22 per cent and to promote an increase in renewable energy to 1,000 MW by 2016. A framework of regulations and incentives is gradually being put in place in order to encourage the production of renewable energy sources; the most recent example is the self-generation of electricity using renewable energy sources, which allows private users to transport electricity via the national grid and sell surplus energy to the national power utility.

33. Saving water: For over 20 years, the agricultural sector, a major water consumer in Tunisia, has been implementing ambitious water-saving programmes for irrigated plots, reducing substantially the amount of water used. Subsidies for purchase of the necessary equipment have been granted to farmers.

34. Recycling and waste recovery increasingly considered components of the green economy: However, this alternative has yet to become widespread and is limited to the materials usually seen as profitable: plastics and metals.

35. Organic farming: Organic farming is expanding gradually. Tunisia is currently the second largest producer in Africa, with over 285,000 ha of organic farms.

36. Industrial pollution abatement and improving environmental standards of companies: This would bring the economy into line with the national and international environmental protection guidelines and directives; reduce the consumption of raw materials, particularly water and energy; and manage pollution caused by development activities. A regulatory framework has been phased in over the past few years and a series of financial, tax and technical incentives have been introduced on a regular basis in order to assist companies.

37. Ecotourism gradually taking hold in some regions of the country: A number of private, often small-scale initiatives are appearing with increasing frequency in all parts of Tunisia, offering new opportunities for ecological tourism as a complement to mass seaside tourism, which is resistant to change and expansion.

38. Energy-efficient buildings: A regulatory framework for energy efficiency in new residential and office buildings has been announced and there are more than 43 pilot projects for offices and homes in which buildings? thermal performance can be evaluated.

39. Using the eco-tax to promote the green economy: In the past few years, the eco-tax has come to be seen as a new approach that would encourage the development of a green economy. It involves phasing in, as from now, three categories of environmental taxes in Tunisia: a fiscal tax to increase tax revenue for the State, a financial tax to cover the cost of pollution abatement, and an incentive tax to change behaviours and reduce consumption.

B. Constraints and challenges for the promotion of a green economy

40. Promoting a modern, dynamic economy that relies on new technologies and is open to foreign markets: Initially, the green economy is seen as an alternative to the traditional economy, which is heavily dependent on fossil fuels and natural resources and is often socially exclusive. In this regard, as opposed to the conventional economy, it must respect natural balances, have a low carbon footprint and benefit all social classes.

Promoting such an economy cannot be accomplished without developing and implementing an innovative policy based on the introduction of a wide array of reforms in all areas directly or indirectly affecting the economy, such as production methods and the gradual installation of new, high-performance technologies; business management; public administration; and the capacity of schools and universities to meet the needs of the new economy.

41. Developing new capacities for adapting to the increasing changes seen in all areas of development: The primary challenge to promotion of a green economy in a country such as Tunisia lies in the capacity of the system and of all public, private and civil society stakeholders to adapt to all these reforms and to capitalize on the expected economic, social and environmental gains without the reforms becoming an obstacle to the country?s development or to the creation of wealth. The study on the green economy conducted by the Department of the Environment should provide initial answers to this question and begin to give an idea of the major changes and adjustments needed in order to promote a truly green economy in Tunisia.

C. Political, economic, organizational and cultural changes aimed at promoting a green economy

42. A green economy can only be developed through a multidimensional integrated vision: Promoting a green economy in Tunisia will require a set of consistent adjustments and changes incorporated into a common, comprehensive and cross-cutting vision that meets the new needs dictated by green development imperatives in Tunisia. These changes fall into seven main interconnected areas that meet the same objectives.

43. Improving consistency between economic, social and environmental policies: A new political and organizational development vision that gives equal consideration to economic, social and environmental concerns in planning and management processes is required for the promotion of a green economy. The administration must therefore adapt, develop and, above all, acquire the necessary tools and mechanisms for achieving this new vision.

44. Developing a genuine industrial policy: This new policy must facilitate the promotion of new strategic options for green growth based on the use and exploitation of innovative technologies within the framework of solid, equitably negotiated international partnerships. Therefore, the new strategy will be adapted to the specificities and characteristics of the national market while remaining open and attentive to the global market.

45. Developing and establishing mechanisms for the financing of new technologies: Access to new technologies often requires a high level of monitoring, great capacity for assimilation and adaptation and, crucially, the availability of financial resources. Entrepreneurs, especially those heading small and medium-sized companies, often do not have these resources and therefore miss out on technological development opportunities. In this area, the State must create flexible financial mechanisms that give businesses easy access to this type of technology without severely disrupting their financial balance.

46. Adjusting fiscal policy in order to foster the green economy: Promotion of the green economy requires a review of the country?s fiscal policy in order to make the products of this economy more attractive. This fiscal policy will make the necessary changes and adjustments to the regulations on investments and fiscal policy in order to encourage private investment in green options. Market expansion will reduce the costs and sales prices of the products and services that are most desirable from an environmental and sustainable development standpoint, making them more accessible. Fiscal incentives, including cutting the value-added tax, may be envisaged in this regard.

47. Assisting businesses: Assistance should be provided to businesses, especially those that show signs of being out of step with the national and international markets in key areas and that provide support for promotion of the transition to the green economy. Such assistance should be geared in particular to their degree of openness to external markets; their level of technological advancement; and their human, organizational and financial capacities.

48. Making information on the ecological quality of products available: The goal is to make products more environmentally friendly, more attractive and more credible to consumers, and to make the corresponding environmental informationavailable while supporting the most environmentally sound consumption patterns. This change in consumption patterns must be sustained and broadened in order to put the economy on a clear path towards greener, more responsible growth.

49. Enhancing training and promoting real synergy between training and businesses: During the next phase, human resources, which are crucial for any growth or development, must develop their abilities and skills in various fields in order to adapt more easily to the rapid changes taking place in all development sectors. The most cutting-edge knowledge, the ability to innovate and the mastery of advanced technologies are among the assets that job-seekers and employees in general must possess in order to overcome the challenges that businesses will face in the transition to a greener economy. Training programmes must therefore be geared towards meeting the challenges of the next phase, taking the imperatives of continuous technological development into account, and generating more opportunities for investment in promising and innovative sectors.

50. Increasing public awareness of the benefits of the green economy: The public must be constantly informed about the benefitsof the green economy for both environmental growth and protection and human health. Through targeted advertisements and media campaigns, the public in general and young people in particular will be introduced to more environmentally friendly products, thereby promoting green growth.

51. Strengthening regional and international cooperation: Stronger regional and international cooperation speed up the transition to technologies and organizational and practical modalities that are adapted to a green economy. Stronger cooperation would be achieved through the sharing of good practices, expansion of networks among the various stakeholders, design and implementation of joint research and development programmes, adoption of policy harmonization approaches in key sectors, including energy, and introduction of instruments for the creation of an integrated market in this area.

D. Promotion of the green economy at the international level and in Tunisia: Expectations for Rio+20

52. Creating international modalities for the promotion of technological and financial solidarity among countries: The Rio+20 Conference will be an important step towards a better understanding of the scope of the green economy and its potential economic, social and environmental effects. In any event, sustained international solidarity would be required in order to provide a major impetus to this type of development. Such solidarity would lead, in particular, to the creation of modalities for cooperation and exchange that would enhance the transfer of new technologies between countries, especially between developed and developing countries, and to the development of mechanisms for the financing of innovative green economy projects. To that end, a global technological innovation pact involving all countries, as well as multinational corporations, might be proposed.

V. Institutional framework for sustainable development

A. Significant features of the institutional framework for the environment in Tunisia

53. The institutional framework in the multiple and fragmented field of the environment: Environmental action in Tunisia began with independence in the 1960s. At the time, it was focused largely on programmes and activities designed to rehabilitate and manage natural resources, especially water, soil and forests, and was closely linked to agriculture. It was not until the expansion of industrial, urban and tourist activities in the late 1980s that a new form of environmental action was introduced, aimed this time at cleaning up and managing environmental hazards, namely the liquid, solid and gaseous wastes generated by those diverse, constantly changing activities.

These two prongs of environmental action, although closely related and interlinked, have evolved in virtual isolation until now. During that period, the institutional separation that has generally characterized environmental action did not foster the integration of pollution remediation issues into natural resources management. The management of natural resources has remained separate, under the supervision of the Department of Agriculture, while the mitigation and management of environmental damage have been assigned to the new Department of the Environment; there is no real collaboration or synergy between the two departments.

In terms of new environmental problems that have arisen since the end of the 1980s, notably pollution mitigation, energy conservation, waste management, protection of coastal areas and promotion of environmental technologies, there has been a proliferation of agencies and structures at the institutional level, each specializing in a single area. The past ten years have seen the establishment of the National Environmental Protection Agency in the field of pollution mitigation, the National Agency for Energy Conservation for energy conservation and the promotion of renewable energies, the National Waste Management Agency, the Coastal Protection and Planning Agency, the International Centre for Environmental Technologies and the Ministry of the Environment and Spatial Planning, which later became the Ministry of the Environment and Sustainable Development. This state of affairs has probably strengthened institutions in the environmental field but in the absence of strong, sustained coordination between the different bodies, it has unfortunately split and isolated a group of issues that needed to be examined and dealt with under a common, consistent framework and has therefore limited the effectiveness of their actions.

B. Significant features of the institutional framework for sustainable development in Tunisia

54. Establishment of the National Commission for Sustainable Development: Tunisia, like all countries, officially discovered the concept of sustainable development during and just after the Earth Summit, held in Rio de Janeiro in 1992. Very quickly, and as a sign of the genuine will that characterized States? environmental action at the time ? already demonstrated in 1988 and 1991 with the creation of the National Environmental Protection Agency and the Ministry of the Environment and Spatial Planning ? in 1993, just after the Rio Summit, the Government decided to establish and implement a forum for consultation and dialogue within a National Commission for Sustainable Development (CNDD) in order to promote sustainable development in Tunisia.

Despite the difficulties encountered by the Commission in the effort to achieve its objectives in a planning context dominated by sectoral approaches, the CNDD managed to contribute to the production of a set of integrated tools that sought to reconcile various decision makers? concept of sustainable development while giving it a more concrete and practical dimension. A national Agenda 21, environmental and sustainable development indicators and sectoral studies on the definition of sustainability in a number of priority economic sectors, such as agriculture, transport, energy and many others, were the primary outcomes of the CNDD from its establishment until it ceased to operate in 2010.

55. Establishment of a Tunisian Environmental Observatory for Sustainable Development: In the mid-1990s, in cooperation with the CNDD and with the assistance of the United Nations Development Programme (UNDP), the Department of the Environment established an Environmental Observatory for Sustainable Development (OTEDD). This entity has consistently played the role of secretariat to the CNDD while being responsible for developing a system to monitor the environment at the national and regional levels and for encouraging discussion of sustainable development within the technical committees of the CNDD. As it lacked an adequate and transparent legal framework, the OTEDD was unable to take root fully in the institutional landscape and so could not promote the concepts it developed or the results it produced, even to the other environmental agencies.

56. Testing the first integrated and coordinated planning mechanisms: Over the past decade, the Department of the Environment, in cooperation with other national and international partners, has been testing integrated and coordinated planning tools within specific regions and areas of the country. The local Agendas 21 and the regional environmental programmes were the primary tools developed for that purpose. The planning products obtained in that regard were often used to enhance national, regional and sectoral social and economic development plans.

57. Establishment of the General Directorate for Sustainable Development: The CNDD and OTEDD, the two bodies responsible for promoting sustainable development in Tunisia, were strengthened in 2006 with the establishment of the General Directorate for Sustainable Development within the Ministry of the Environment and Sustainable Development. This initiative, as set out in organizational decree of the Ministry of the Environment and Sustainable Development, charged the General Directorate with the primary function of raising adequate funding to publicize the concept of sustainable development and disseminate it to the different parties concerned. To this end, the Directorate was given responsibility for mainstreaming the environment into economic sectors and development activities and for defining the principles and methods of sustainable development.

Since its establishment, the General Directorate for Sustainable Development has been involved in developing sustainability studies, of which the last and most important concerns the development of a national sustainable development strategy. The Directorate would use this exercise to strengthen its institutional positioning and to initiate the creation of a genuine partnership network that would enable it to fulfil its mandate and incorporate environmental imperatives into sectoral policies with various development stakeholders.

58. Predominance of sectoral approaches over the integrated approach: Despite this abundance of institutions and tools in the field of sustainable development, the environmental approach developed in Tunisia over the past 30 years has not consistently or comprehensively encouraged integrated approaches and has not achieved a systematic view that the various elements are interrelated and interconnected. Themes and issues are often dealt with separately and an integrated approach has not been fully developed as part of Tunisia?s environmental policy and thus has not helped the programmes and plans in this field to reach their full potential.

Similarly, social and economic development approaches have not gone far enough to integrate the three primary sustainable development components simultaneously. Despite some failures, social and economic integration has often prevailed over economic-environmental, and even social-environmental, integration; environmental concerns still lag behind in terms of integration.

59. Less political and organizational importance attached to sustainable development: For the past 20 years, sustainable development in Tunisia has suffered from the lack of importance attached to it at the political, institutional and organizational levels. At the political level, discussion during that period was fragmented, without clear or concrete examples of the main problems that hindered the implementation of sustainable development. This vagueness was reflected in the planning for social and economic programmes that have never managed, through the elaboration of development plans, to draw up real sustainable development strategies and have remained largely sectoral; even the sections on sustainable development applied to one sector rather than taking a cross-cutting, multisectoral approach.

At the organizational level, sustainable development, even when it had evolved institutionally, was attached to the Department of the Environment without the latter being given the necessary powers or adequate mechanisms to ensure synergy with the other components of sustainable development and with all stakeholders. The CNDD, which should have played a unifying role in developing and implementing a genuine national sustainable development policy, was unable to create the necessary interaction among all stakeholders and therefore could not become the architect of the country?s sustainable development.

C. Policies for strengthening the institutional framework for the environment and sustainable development

60. Providing for environmental rights in the Constitution: Tunisia, like many countries around the world, strengthened its environmental activities by incorporating environmental rights into its new Constitution. A process supported and initiated by civil society, calling for environmental rights to be included in the Constitution, began after the revolution of 14 January 2011. Three fundamental principles are established: the right to a healthy environment, the right to environmental information and the right of citizens to be involved in decision-making during the development process.

61. Optimizing the institutional framework for environmental issues: The institutional framework governing environmental issues prior to the revolution of 14 January 2011 must now, more than ever, change and adapt to the new situation in Tunisia. The new institutional framework towards which we must move must give priority to:

(i) Integrating different environmental issues, thus avoiding fragmentation;

(ii) Linking the environment to sectoral social and economic development issues, thereby encouraging the integration of environmental concerns into relevant policies;

(iii) Strengthening local environmental action so that it is not detached and removed from the reality of users and the public;

(iv) Developing mechanisms for dialogue and involving citizens in decision-making.

62. Repositioning sustainable development on the political and administrative chessboard: Since the concept of sustainable development came into being in Tunisia, it has suffered from institutional isolation as it has been confined to environmental commissions and departments that have not developed special ties or exceptional synergy with other departments responsible for the development process. It is therefore essential to reposition sustainable development on Tunisia?s political and administrative chessboard now by elevating it to higher decision-making levels and making it the central framework for plans and programmes.

63. Developing subnational governance through the regionalization of public policy and strengthening of local authorities: The expansion of environmental action in Tunisia and the promotion of sustainable development will require the significant involvement of regions, towns and their residents. Henceforth, local authorities and the equivalents of regional councils, whose status will be defined at a later date, will have broader mandates and greater powers with regard to the environment and development mainstreaming at the expense of centralized structures. Greater autonomy, both political and financial, will be indispensable for the smooth running of these new entities.

64. Expanding data, monitoring and evaluation systems for the environment and sustainable development: Environmental and sustainable development data is increasingly seen as necessary to the awareness and full understanding of environmental and development issues and as a prerequisite for optimal decision-making and response to circumstances and needs. Environmental and sustainable development indicators are relevant management, assessment and planning tools in this area. In order for the information in general to be useful to meet these goals, it is now clear that it must be produced in a relevant and reliable way, circulated and disseminated. Environmental stakeholders and those who must mainstream the environment into sectoral development plans are, more than ever, in need of useful data and information in order to perform and organize their daily tasks. The current communication tools offer many possibilities for the dissemination and sharing of information; however efforts to improve coordination and organization among stakeholders are needed in order to design and develop appropriate, flexible and, above all, integrated information systems that meet increasingly pressing and complex needs.

65. Increasing the involvement of citizens and civil society in decision-making processes: The 14 January 2011 revolution revealed a fundamental gap that has characterized all development activities in Tunisia, particularly those related to the environment: lack of involvement of the population and citizens in decision-making. After the revolution, a number of economic development projects that had been launched without any public consultation were rejected by the people. These projects were often challenged as a result of concerns over pollution and environmental damage, hampering their ability to operate and to contribute effectively to the social and economic development of the regions in question.

Consequently, it is generally recognized that henceforth, citizens will be involved in decision-making on issues that affect the development of their towns and regions. Mechanisms, forums and tools for consultation and involvement of the population must therefore be considered and implemented during the next stage.

66. Strengthening the mainstreaming of the environment into sectoral policies: A sustainable development policy, adopted as a strategic choice, can only be implemented and achieved in the long term through effective integration of the environment into sectoral plans and programmes. Voluntary initiatives have been developed in recent years in Tunisia by several sectoral departments that take environmental imperatives into consideration during their planning processes. Some have produced conclusive results, but others have been limited and unsatisfactory.

Today, the need for progress in this area makes it increasingly urgent to provide the necessary framework and tools to all development stakeholders so that they may complete such projects successfully. Strategic environmental assessments prepared by several countries would give Tunisia a suitable framework for greater mainstreaming of the environment into sectoral policies in the future. The research conducted in this area over the past two years by the Ministry of the Environment and Sustainable Development reveals a common desire to move towards the institutionalization of such a planning tool. These strategic environmental assessments could enrich the new development planning arrangements that Tunisia must establish in the future in order to achieve the most collaborative and integrated approach possible.

67. Establishing a strategic monitoring mechanism for sustainable development: Tunisia?s experience with the various approaches to sustainable development has revealed the need to establish sustainable development as a guiding principle for the public planning system. In order to implement this new approach, it is inevitable that a sustainable development monitoring mechanism will be needed; this will provide access to the most modern and efficient tools. The establishment of a specialized research and studies centre in this area could help promote sustainable development in Tunisia and in the region.

VI. International cooperation and global governance in the area of sustainable development

68. The need to expand exchange and cooperation mechanisms among countries: All countries now face the challenge of managing the environment in a rational manner, developing a green economy and instituting true sustainable development. However, in this new environment, each country must grapple with the constraints and limitations of its own circumstances and intrinsic potential. It is therefore urgent that the various regions and countries of the world, irrespective of their capacity, establish exchange and reciprocity mechanisms that increase their complementarity and enhance their potential to overcome the challenges identified.

The existing mechanisms for cooperation among countries or groups of countries and between countries and international institutions in an effort to address the challenges already identified ? whether for environmental management or for the development of a green economy ? remain limited, isolated and, above all, of limited effectiveness and impact compared with the issues and problems that they were designed to address. This weakness results from the fact that countries engaged in such cooperation are still unconvinced of the merits of solving problems through joint action and a shared vision. Self-centred, short-term interests set against a national or, at best, regional backdrop are preventing the development of this new and sought-after shared vision, often undermining the very purpose of cooperation. In that vein, investment agreements will be negotiated based on new approaches that will systematically involve an analysis and evaluation of each party?s social and economic benefits, making it possible to incorporate the necessary sustainability clauses into those agreements in accordance with their strategic objectives and with political priorities.

69. The need for strong, far-reaching international institutions capable of developing and financing joint programmes that are beneficial and cost-effective for all parties involved: The desired cooperation in the promotion of sustainable development among the various countries of the world must generally be based on the idea and conviction that the solutions sought from any cooperation must systematically generate shared, visible and transparent outcomes for the parties involved. This cooperation will have three main components: defining the purpose of the cooperation and the concept to be developed; identifying the methodological and technological tools needed for its implementation; and securing financing. In viable, cost-effective and therefore sustainable cooperation, the relevant parties participate jointly, based on their respective capacities, in identifying and elaborating on these three components. From Tunisia?s perspective, the international cooperation mechanism or mechanisms that should be developed in the future with a view to the promotion of sustainable development should be able to foster, in a shared and joint manner, the development and identification of programmes that are beneficial to all participants, generate multiple outcomes and are financially viable. This would ensure that the institutions in charge of such mechanisms are simultaneously endowed with the capacity for research, coordination, financing and implementation of cost-effective projects and programmes.

Annex: Summary of the national workshop

Tunisia?s preparations for the United Nations Conference on Sustainable Development (Rio+20)

National workshop (in cooperation with UNDP-Tunisia)

Tunis, 26 October 2011


* Translator?s note: It appears that there were, in fact, four presentations.

This workshop was attended by more than 80 representatives of the Government, civil society, economic sectors, social and economic research centres and the media. The two themes addressed were: ?The green economy in the context of sustainable development and poverty eradication? and ?The institutional framework for sustainable development?. Three* presentations were made:

? ?Rio+20: Objectives and expectations?

? ?Towards an optimal institutional framework for sustainable development?

? ?What global governance of the environment and sustainable development??

? ?The green economy: opportunities and risks?

Primary recommendations:

? International support should be provided in order to prepare a green economy strategy and select promising sectors;

? The mechanisms and tools for promoting the renewable energy (solar and wind) sector should be strengthened;

? Sustainable development governance and the participatory approach at the local and regional levels in Tunisia should be better assessed;

? Communication and awareness-raising with regard to the green economy and sustainable development should be a strategic area of focus;

? It is important to have the political will to move towards sustainability;

? Analysis of the effectiveness of the United Nations system in supporting and strengthening Tunisia?s sustainable development capacity should be enhanced;

? Capacity-building in the areas of data and human and social indicators (poverty, unemployment ?) should be provided urgently in Tunisia;

? A clear definition of the green economy and of the difference between the green economy and green growth is needed;

? A clearer justification of the move towards a green economy as a choice or an obligation for Tunisia should be provided;

? A global vision of development that includes the economic, social, environmental and cultural pillars should be adopted;

? A regional vision that takes Arab, Mediterranean and African specificities into account will be needed;

? Other discussion forums on the various themes of sustainable development should be organized, even after the Rio+20 Conference;

? The legal framework of the green economy should be examined; and

? The construction sector should be expanded from a sustainable development perspective.


Préparation à la Conférence des Nations Unies sur le Développement Durable (Rio + 20) Rapport National

Tunisie

Octobre 2011

Rapport de la Tunisie dans le cadre de la Préparation à la Conférence des Nations Unies sur le Développement Durable (Rio+20)

SOMMAIRE

I. INTRODUCTION 3

II. PROGRES ET INSUFFISANCES DANS LA MISE EN ?UVRE DU DEVELOPPEMENT DURABLE DEPUIS LE SOMMET DE RIO DE 1992 3

A. PROGRES DANS LA PROMOTION DU DEVELOPPEMENT DURABLE 3

B. INSUFFISANCES ENTRAVANT LA MISE EN ?UVRE DU DEVELOPPEMENT DURABLE 3

III. DEFIS POUR LA PROMOTION DU DEVELOPPEMENT DURABLE 3

A. DEFIS ECONOMIQUES 3

B. DEFIS SOCIAUX 3

C. DEFIS ECOLOGIQUES 3

D. DEFIS EN MATIERE DE GOUVERNANCE 3

IV. ECONOMIE VERTE DANS LE CONTEXTE DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L?ERADICATION DE LA PAUVRETE 3

A. INITIATIVES PRISES EN TUNISIE EN MATIERE DE PROMOTION DE L?ECONOMIE VERTE 3

B. CONTRAINTES ET DEFIS POUR LA PROMOTION D?UNE ECONOMIE VERTE 3

C. AMENDEMENTS POLITIQUE, ECONOMIQUE, ORGANISATIONNEL ET CULTUREL POUR LA PROMOTION D?UNE ECONOMIE VERTE 3

D. ATTENTES DE LA CONFERENCE RIO+20 PAR RAPPORT A LA PROMOTION DE L?ECONOMIE VERTE DANS LE MONDE D?UNE MANIERE GENERALE ET EN TUNISIE D?UNE MANIERE PARTICULIERE 3

V. CADRE INSTITUTIONNEL DU DEVELOPPEMENT DURABLE 3

A. CARACTERISTIQUES MAJEURES DU CADRE INSTITUTIONNEL REGISSANT L?ENVIRONNEMENT EN TUNISIE 3

B. CARACTERISTIQUES MAJEURES DU CADRE INSTITUTIONNEL REGISSANT LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN TUNISIE 3

C. PRINCIPALES ORIENTATIONS DE RENFORCEMENT DU CADRE INSTITUTIONNEL REGISSANT L?ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE 3

VI. COOPERATION INTERNATIONALE ET GOUVERNANCE MONDIALE DANS LE DOMAINE DU DEVELOPPEMENT DURABLE 3

ANNEXE : RESUME DE L?ATELIER NATIONAL ?????.???????????????????????.??.?...24

I. Introduction

1. Un développement socioéconomique mitigé: La Tunisie a atteint sur la base d?une économie relativement soutenue et diversifiée un certain niveau de développement. Celui-ci n?a pas été socialement et régionalement équitable. Des déséquilibres se sont apparus notamment entre les régions relativement avancées du littoral et celles défavorisées de l?intérieur. Une frange de la population dont une fraction importante de diplômés de l?université se trouvait marginalisée, en dehors du processus de développement. La révolution du 14 janvier 2011 est venue traduire un malaise social de plus en plus prononcé.

2. Un développement entaché par la corruption et un manque de transparence dans certaines transactions économiques et financières: Une corruption touchant des secteurs clé de l?économie a eu un impact négatif important sur l?initiative économique et les investissements porteurs. Ceci a eu pour conséquence une dégradation des indicateurs socio-économiques notamment la croissance, le taux de chômage et la pauvreté.

3. Des modes de gouvernance statiques ne s?accommodant pas avec les nouveaux impératifs du développement : Les modes de gouvernance sont restés relativement centralisés avec prédominance d?un pouvoir à parti et voix uniques. L?administration n?a pas pu évoluer et s?adapter aux nouvelles contraintes du développement. De même, le citoyen constamment privé de participation s?est constamment marginalisé.

4. Un système éducatif en décalage avec les exigences du développement : Dans un mode de gouvernance corrompu, non démocratique, centralisé et excluant la participation citoyenne, le système éducatif tunisien s?est progressivement dégradé et renfermé sur lui-même ; ceci en l?absence d?initiatives sérieuses de réforme. L?école et l?université se sont trouvées de plus en plus décalées par rapport à la réalité et aux besoins d?une économie en perpétuelle évolution.

5. Plusieurs défis à relever afin d?assoir un vrai développement durable : Dans une conjoncture de transition démocratique après la révolution, la Tunisie est amenée à apporter de sérieux réformes et amendements dans différents domaines afin de promouvoir un vrai développement durable qui soit économiquement dynamique et créateurs d?emplois, socialement équitable et solidaire et environnementalement viable et responsable. Ces réformes s?articuleraient autour de :

i. La promotion d?une nouvelle forme de gouvernance qui garantirait une meilleure participation citoyenne et régionale,

ii. L?instauration de nouvelles formes de planification et de programmation qui assureraient une meilleure intégration des impératifs triples de l?économie, du social et de l?environnemental,

iii. La transparence à tous les niveaux du processus de développement notamment dans la gestion des ressources naturelles,

iv. La réhabilitation et la modernisation de l?administration,

v. La promotion d?un nouveau système éducatif, moderne, à grande composante citoyenne et à portée scientifique et technologique notable.

II. Progrès et insuffisances dans la mise en ?uvre du développement durable depuis le sommet de Rio de 1992

A. Progrès dans la promotion du développement durable

6.Croissance économique positive apportant des réponses partielles à la population : L?économie tunisienne, par une croissance moyenne annuelle durant des deux dernières décennies autour de 4 à 5 %, a favorisé surtout le développement de secteurs traditionnels tels que le textile, le cuir et chaussures, l?extraction et la transformation du phosphate, le tourisme balnéaire, l?agriculture non intensive et grande consommatrice de ressources en eau. On constate aussi l?émergence de nouveaux secteurs à valeur ajoutée relativement élevée tels que les technologies de l?information et de la communication. Seulement, la dynamique observée dans ces différents secteurs est restée modeste avec des retombées souvent jugées en dessous des attentes et des aspirations de la population et des différentes régions du pays.

7.Développement social non équitable : La croissance économique au cours des dernières décennies a favorisé le développement social d?une frange de la population située dans les villes du littoral. Ce progrès social était aussi de plus en plus limité à une fraction de la société de plus en plus restreinte. L?accès à un emploi et à une vie décente devient de plus en plus difficile même pour les diplômés de l?université. Le taux de chômage a considérablement grimpé. Actuellement, il est d?environ 20 % de la population active et le taux de pauvreté atteint des seuils élevés.

8.Promotion de certaines activités environnementales souvent avec de faibles impacts réels : Les activités environnementales se sont multipliées depuis les années 90s. Elles ont intéressé essentiellement le milieu urbain : assainissement, gestion des déchets, dépollution etc. L?impact de ces programmes sur l?environnement et la qualité de vie des populations n?était pas toutefois à la hauteur des investissements engagés et des objectifs attendus. Des problématiques institutionnelles et de gouvernance étaient souvent à l?origine de telles défaillances. Les politiques dans ces domaines manquaient de vision claire et de cohérence ; elles étaient souvent fragmentaires, isolées des processus de développement et surtout planifiées séparément des acteurs concernés et de la population.

9.Engagement politique apparent dans la voie du développement durable : La Tunisie, et depuis 1992, s?est engagée solennellement dans la voie du développent durable ; les institutions se sont multipliées dans le domaine de l?environnement et du développement durable et le discours politique n?a cessé d?appeler à instaurer le développement durable comme seul garant pour la Tunisie de demain. Seulement et malgré les initiatives engagées dans cette voie, l?intégration des trois composantes du développement durable à savoir l?économique, le social et l?environnemental dans une vision commune est restée timide laissant la place à des modes de planification prédominée par le caractère sectoriel.

B. Insuffisances entravant la mise en ?uvre du développement durable

10.Faible niveau de durabilité des choix politiques de développement socioéconomique : Une lecture rapide de la performance du développement en Tunisie permet de dégager des lacunes dans les differents domaines economique, social et environnemental; ceci sur la base des donnees et des indicateurs produits notamment apres la revolution de Janvier 2011. L'on peut citer les taux de chornage et de pauvrete et les disparites regionales . Ces defaillances traduisent Ie caractere souvent non durable des choix de developpernent pour les principaux secteurs de developpernent. En effet :

i.L?agriculture avec des produits à faible valeur ajoutée est jugée grande consommatrice de ressources naturelles et localement responsable de la dégradation de l?environnement ;

ii.L?industrie peu compétitive et prédominée par la petite et moyenne entreprise nécessite encore de grands efforts de mise à niveau environnementale ;

iii.Le tourisme à prédominance balnéaire apparait peu rentable et constitue souvent une source de dégradation du littoral ;

iv.Le transport prédominé de plus en plus par le mode individuel, constitue une source de grande consommation d?énergie, de saturation des villes et d?insécurité routière ;

v.Le bâtiment de plus en plus en décalage avec les spécificités climatiques du pays apparaît comme étant un secteur énergivore depuis la fabrication des matières premières jusqu?à l?exploitation des bâtiments eux-mêmes.

11.Retombées économiques inégales sur les différentes couches sociales : Sur le plan social, des taux de croissance moyens autour de 4 et 5 % n?ont pas permis d?absorber les inégalités entre les couches sociales et les différentes régions du pays. Le taux de pauvreté, jugé autour de 3 % avant la révolution, s?est avéré plus important et dépasserait même les 20 % d?après les premières estimations. Le chômage n?a fait que grimper au cours des dernières années avec des difficultés importantes particulièrement au niveau des diplômés ; le taux de chômage serait d?environ 20 %.

12.orruption importante touchant les principaux secteurs de l?économie: Le système organisationnel de l?économie tunisienne est devenu au cours des dernières décennies gangréné par une corruption structurée touchant plusieurs secteurs porteurs de l?économie.

13.Prédominance d?un pouvoir centralisé : La politique tunisienne demeure prédominée par un mode de planification centralisée dans les domaines de l?environnement et du développement d?une manière générale. La décision est souvent nationale avec faible prise en compte des spécificités régionales et locales. Les régions et les localités constituent de ce fait de simples prolongements organiques de la direction centrale sans une autonomie notable de décision au niveau des choix et des modalités de gestion. Cette manière de gouvernance a fini souvent par vider les régions et les localités de leur enthousiasme et de leur volonté d?agir et d?entreprendre.

14.Prédominance de l?approche sectorielle au détriment de l?approche intégrée : L?approche intégrée d?une manière générale demeure peu développée en Tunisie ; la vision sectorielle continue d?être prépondérante dans le processus de planification. Malgré la volonté visible ces dernières années auprès de certains acteurs de renforcer la concertation entre les parties prenantes, celleci finit souvent par s?essouffler la plupart du temps au cours du processus laissant la place aux moments clés de la planification aux décisions unilatérales. L?absence de mécanismes et d?outils de planification intégrés à l?instar des évaluations environnementales stratégiques, qui ne sont pas réglementées en Tunisie, ne favorisent pas l?évolution escomptée en matière d?intégration des différentes composantes du développement durable. Egalement le tissu institutionnel tunisien tel qu'i1est mis en place et developpe depuis plusieurs decennies n'a plus aujourd'hui la capacite de s'adapter a un contexte caracterise par des problernatiques de plusenpluscomplexeset multidimensionnellesnecessitantdenouvellesapprocheset rnodalites de gestion et de planification.

15.Faible niveau d?intégration de l?environnement dans les politiques sectorielles de développement : Dans un contexte tunisien prédominé par des modalités de planification sectorielles et centralisées et en l?absence de dispositifs et d?outils performants de concertation et de coopération, la mission d?intégration de l?environnement dans les secteurs de développement économique est souvent confrontée à d?importantes difficultés et à de sérieuses réticences.

16. Absence quasitotale de la participation citoyenne dans les différents processus de prise de décision : Le citoyen est souvent marginalisé dans ce domaine ; il ne perçoit pas dans son quotidien les mécanismes qui l?impliqueraient dans la participation aux choix des modalités de développement socioéconomique de son quartier, de sa ville ou de sa région, ni même de son pays. La démocratie citoyenne était totalement absente en Tunisie ; elle commence actuellement à prendre forme progressivement. Un apprentissage de long terme est indispensable dans ce sens. On a instauré la consultation publique dans les études d?impact environnemental juste après la révolution et on compte généraliser ceci pour tous les nouveaux programmes et projets.

17.Faiblesse des dispositifs de production de l?information et de suivi de l?environnement et du développement durable : Autre défaillance qui n?a pas favorisé l?émergence du développement durable en Tunisie, c?est le manque de l?information fiable, continue et surtout accessible. L?avènement de la révolution de Janvier 2011 a mis en évidence de sérieuses lacunes et défaillances à ce niveau et dans tous les domaines du développement socioéconomique et environnementale. Les données manquent souvent de précision, elles ne couvrent pas l?ensemble des aspects d?une problématique, sont souvent ponctuelles et généralement d?accès difficile. D?ambitieux programmes nationaux attendent la Tunisie dans les prochaines années dans ce domaine.

III. Défis pour la promotion du développement durable

Dans sa nouvelle quête de promotion d?un réel développement durable à forte dimension humaine, la Tunisie est amenée dans l?avenir à surmonter plusieurs défis qui peuvent globalement se structurer autour de quatre thématiques majeures :

i.Promouvoir une économie performante à forte valeur ajoutée, créatrice d?emplois, utilisatrice de technologies nouvelles et innovantes, à faible intensité énergétique et respectueuse des équilibres écologiques ;

ii.Répondre aux besoins et aux aspirations d?une population essentiellement jeune, ambitieuse, dans le cadre d?un équilibre régional et d?une solidarité nationale entre les différentes composantes de la société ;

iii.Gérer convenablement et de manière rationnelle un capital naturel limité, fragile et souvent surexploité ;

iv.Instaurer une nouvelle gouvernance intégrant les trois composantes économique, sociale et environnementale et qui soit décentralisée et à forte participation citoyenne.

A. Défis économiques

18.Promotion d?une économie inclusive, solidaire et créatrice d?emplois : L?économie tunisienne a répondu jusqu?à présent, tant bien que mal, à la demande d?une société en perpétuelle évolution. Cette réponse a permis de créer des richesses dont les retombées ont été bénéfiques uniquement pour certaines franges de la société et certaines régions. Les zones et les catégories défavorisées sont restées au contraire à l?écart de la dynamique de développement. L?économie tunisienne est amenée ainsi dans l?avenir à progresser et surtout à évoluer afin qu?elle puisse répondre aux besoins de la totalité de la population tout en assurant un partage plus équitable et plus solidaire entre les différentes catégories de la société et les principales régions du pays.

19.Promotion d?une économie dynamique, ouverte et innovante : La dynamisation de l?économie tunisienne passe inéluctablement par sa modernisation, son ouverture sur les marchés extérieurs et sa capacité à produire à faible intensité énergétique et avec moins d?impacts sur l?environnement. Tant de défis qui nécessitent une mutation technologique et une transformation des modes de production. L?entreprise, afin de pouvoir atteindre de tels objectifs, doit être parfaitement à l?écoute des innovations tout en étant appuyée technologiquement et capable de s?adapter rapidement à l?évolution des contraintes du marché national et international.

B. Défis sociaux

20.Lutte contre le chômage : La Tunisie vivait déjà une crise importante de l?emploi avant la révolution. Cette crise s?est toutefois amplifiée au cours l?année 2011 avec le retour de plusieurs dizaines de milliers de travailleurs tunisiens de Libye, la perte de 40 000 emplois à cause d?une très faible croissance et l?arrivée sur le marché de l?emploi de plus de 80 000 jeunes. Les estimations actuelles avancent des niveaux de chômage qui dépasseraient les 700 000 personnes, soit environ 20 % de la population active contre 490 000 en mai 2010. Ces chiffres cachent des réalités encore plus sévères, le chômage des diplômés et les disparités entre les régions. Le taux de chômage parmi les diplômés du supérieur serait de l?ordre de 40 %.

21.Eradication de la pauvreté : Après la révolution, le seuil de pauvreté est révisé, il est calculé sur la base de 2.7 $ US atteignant de ce fait environ 24 %. Cette nouvelle donne conditionnera dans l?avenir et pour une longue période les modalités de planification et de développement socioéconomique du pays en ayant constamment à l?esprit la volonté double de créer des richesses à l?échelle nationale tout en cherchant à combler les lacunes observées dans les régions déshéritées. En même temps, une réforme structurelle de la politique sociale s?impose ; elle concernera essentiellement la mise en place et le développement de mécanismes de solidarité, la refonte du système fiscal et de la politique des salaires et l'amélioration du secteur de la santé et de l'éducation.

22.Développement du système éducatif: La Tunisie a misé dans ce sens et depuis l?indépendance sur le développement de son système éducatif qui a contribué largement au cours des cinq dernières décennies à rehausser le niveau de la société ; facteur important pour la dynamique socioéconomique du pays. Avec l?essoufflement du système éducatif, observé ces dernières décennies et l?émergence de nouveaux défis, ce système est plus que jamais contraint à évoluer afin qu?il puisse répondre positivement aux nouvelles aspirations de la société tunisienne.

23.Adaptation de la formation et de l?enseignement supérieur aux impératifs de l?emploi : La formation et l?enseignement supérieur sont amenés dorénavant à s?adapter de plus en plus aux nouvelles contraintes du marché de l?emploi en offrant les outils les plus modernes d?analyse, d?investigation et surtout d?adaptation aux nouvelles situations sans cesse en évolution continue. La recherche pour le développement, souvent jugée en décalage par rapport aux problématiques nationales les plus saillantes, est également amenée à améliorer son positionnement sur le marché et à se rapprocher beaucoup plus des demandes des différents acteurs agissant dans tous les domaines de développement socioéconomique.

C. Défis écologiques

24.Protection et valorisation des ressources en eau : La Tunisie est un pays aride sur la majeure partie de son territoire. Cette aridité, conjuguée à la variabilité du climat méditerranéen, fait de l?eau une ressource à la fois rare et inégalement répartie dans le temps et dans l?espace. La consommation en eau en Tunisie est caractérisée par une agriculture grande consommatrice en eau. Cette activité consomme, en effet, plus de 80 % du potentiel disponible, suivie de l?eau potable, de l?industrie et du secteur touristique qui consomment respectivement 12 %, 5 % et 1 %. Afin de continuer à répondre aux besoins actuels en eau et en vue de satisfaire le développement socioéconomique des générations futures, on devrait s?appuyer essentiellement sur la préservation du capital déjà acquis et disponible, l?économie et la valorisation de l?eau, la gestion de la demande en eau et le développement des eaux non conventionnelles.

25.Lutte contre la désertification et préservation des terres agricoles :

Une deuxième ressource naturelle après l?eau constitue un enjeu et un défi majeur pour la Tunisie du fait de sa grande relation avec l?agriculture et la sécurité alimentaire, il s?agit des sols et des terres arables. En Tunisie, la situation géographique est caractérisée par un climat diversifié dominé par l?aridité. Globalement, les trois quarts du pays sont menacés par la désertification. A cette aridité climatique caractérisée par la rareté et l?irrégularité de la pluie et l?agressivité des averses et des vents violents s?ajoute certains modes d?exploitation inappropriés des ressources naturelles qui sont à l?origine de la vulnérabilité du couvert végétal naturel et des sols. De telles pratiques culturales menacent les ressources en sols de la Tunisie qui sont limitées et fragiles et amplifient le phénomène de la désertification. L?érosion hydrique constitue le facteur le plus important des formes de dégradation du sol qui cause un colmatage des barrages de 0.8% annuellement.

Sachant que les terres agricoles utiles couvrent 5.4 million d?ha et les forets et les parcours couvrent 4.8 million d?ha de la superficie total du pays qui est de 16.4 million d?ha.

Les pertes en terres agricoles causées par la désertification engendrent annuellement de sérieux déficits au niveau de la production agricole et entravent sérieusement la durabilité de l?activité agricole et mettent par conséquent en péril des équilibres socioéconomiques à l?échelle nationale et plus particulièrement au niveau des populations concernées, malgré les efforts consentis par les travaux de conservation des eaux et du sols, qui ont pu traité plus que 2 millions d?ha et un couvert végétal qui ne représente que 13.2 % de la superficie total du pays.

26.Protection et valorisation de la biodiversité :

Le milieu naturel tunisien comporte 7 grands ensembles majeurs, 69 écosystèmes naturels et 12 agro systèmes. En termes d?espèces, l?étude nationale sur la diversité biologique (2009) a recelé l?identification de 7212 espèces entre animales et végétales terrestres et marines. Depuis sa ratification de la CBD en 1993, la Tunisie a consentis un effort en matière de protection et valorisation des éléments de la biodiversité biologique. En effet, le couvert végétal (forestier et pastoral) connaît une progression continue. Il atteint actuellement à un taux de couverture de l?ordre de 13%. Aussi, on compte actuellement 44 aires protégées terrestres et 5 aires marines et côtières protégées et 20 sites Ramsar. Aussi, et sur les plans institutionnel et juridique, le code forestier qui régit les aires protégées terrestres a connu plusieurs amendements visant notamment une meilleure implication de la population riveraine. Toutefois, il est fondamental de veiller à l?amélioration des approches de gestion de ses écosystèmes notamment pour réhabiliter et reconstituer les écosystèmes dégradés. L?assise juridique et institutionnelle, à son tour, doit être adaptée et améliorée vers une meilleure gouvernance et une gestion plus efficace. Aussi une nouvelle loi spécifique pour les aires protégées terrestre, à l?instar des aires marines et côtières protégées qui dispose d?un cadre réglementaire adéquat, s?impose. Le cadre institutionnel devrait également évolué vers la création d?une institution spécialisée.

Sur le plan spécifique, une banque de gènes a été crée en 2007. Cette banque a pu rapatrier et conserver jusqu?à maintenant plus que 40000 accessions. En plus un noyau de la liste Rouge Tunisienne, constitué de plus de 200 espèces animales et végétales des espèces rares et menacées selon la méthodologie de l?UICN, a été élaboré et des plans de conservation pour les espèces prioritaires ont été établis. Toutefois la mise en ?uvre de ces plans nécessite la mobilisation de moyen financiers

Reste à signaler que le « mainstreaming », l?appropriation et l?intégration des concepts et notions de la biodiversité dans les politiques sectorielles est parmi les défis qu?on doit résoudre pendant la période future pour assurer sa protection contre toutes les sortes de dégradation et de surexploitation.

27.Adaptation aux changements climatiques :

Il est maintenant établi que le changement climatique représente un défi majeur pour tous les pays, et particulièrement ceux en développement, qui, dans leur majorité, sont dépourvues des capacités nécessaires de riposte et d?adaptation ; et la Tunisie, dans ce contexte, ne fait pas exception.

En effet, les travaux du Groupe Intergouvernemental sur l?Evolution du Climat (le GIEC) ont démontré que l?Afrique, et aussi la région méditerranéenne, sont parmi les régions les plus vulnérables et les plus menacées par les sévères impacts du changement climatique.

Les études menées à l?échelle nationale ont démontré, sans équivoque, que la Tunisie subit déjà, et subira encore, les effets adverses du changement climatique, principalement l?élévation des températures moyennes, la réduction des précipitations et l?élévation du niveau de la mer.

En termes d?impacts, le changement climatique se traduira en Tunisie par une amplification du stress hydrique et de la rareté de l?eau, des sécheresses récurrentes, une accentuation de la désertification, la submersion de zones côtières basses et l?accroissement du phénomène d?érosion des côtes. Il affectera également, et de manière négative, les conditions de vie et le bien-être des populations vulnérables, particulièrement dans les zones rurales arides, semi-arides et même côtières.

L?ampleur et la gravité de ces impacts nécessitent, d?une part, la mise en ?uvre de mesures d?adaptation pour augmenter la résilience des écosystèmes, ressources naturelles et secteurs économiques vulnérables, en particulier l?agriculture et le tourisme, et, d?autre part, des mesures d?atténuation de la croissance des émissions de gaz à effet de serre en empruntant la voie inévitable d?un développement durable à faible intensité carbone.

Consciente de ces enjeux majeurs, la Tunisie, avec l?appui de nombre d?agences de coopération multilatérale et bilatérale, a élaboré plusieurs stratégies et initiatives visant l?adaptation des secteurs les plus vulnérables aux changements climatiques, dont particulièrement:

i. la stratégie d?adaption du secteur agricole et des écosystèmes aux changements climatiques ;

ii.la stratégie et le plan d?action d?adaptation du littoral tunisien aux changements climatques ;

iii.la stratégie d?adaptation du secteur de la santé publique aux changements climatiques ;

iv.la stratégie d?adaptation du secteur touristique aux changements climatiques ;

v.la préparation d?un portefeuille national de projets concrets d?adaptation aux changements climatiques dans tous les secteurs vulnérables. Pour la mise en ?uvre de ces projets, une attention particulière a été accordée à la mobilisation de ressources financières dans le cadre de la Convention cadre des Nations Unies sur les Changements et le Protocole de Kyoto, ainsi que d?autres axes de coopération multilatérale et bilatérale en matière de protection de l?environnement.

Egalement, plusieurs programmes et projets, en cours en Tunisie, contribuent à l?adaptation aux impacts du changement climatique, notamment dans les domaines de l?optimisation de la gestion des ressources en eau, la protection des côtes contre l?érosion, la préservation de la biodiversité et des écosystèmes, la lutte contre la désertification, le boisement forestier, l?utilisation des eaux usées traitées pour les besoins des espaces verts urbains et la création de périmètres irrigués.

Par ailleurs, la Tunisie, dont les émissions ne dépassent pas actuellement 3,5 tonnes équivalent CO2 par habitant, ce qui est largement inférieur à la moyenne dans les pays industrialisés et plusieurs pays en développement, continue de mener des politiques et stratégies qui contribuent aux efforts mondiaux d?atténuation des émissions de gaz à effet de serre. Ces politiques et stratégies s?appuient, en particulier, sur la lutte contre la pollution, l?amélioration de l?efficacité énergétique, le recours aux énergies renouvelables et l?introduction des technologies les plus propres dans l?industrie, et l?amélioration des couverts forestier et végétal.

Les efforts engagés dans les domaines de l?efficacité énergétique et d?utilisation des énergies renouvelables ont permis une décélération du taux de croissance des émissions de gaz à effet de serre dues à la consommation d?énergie (ce taux est passé de 4,2% à 2,2% depuis 2001), le découplage entre la croissance économique et les émissions de gaz à effet de serre dues à l?énergie et par conséquent une réduction de l?intensité carbone.

Egalement, la Tunisie a entrepris nombre d?initiatives pour se positionner sur le marché mondial du carbone via le Mécanisme de Développement Propre (MDP) instauré par le Protocole de Kyoto.

Dans ce contexte, plus de 40 projets et programmes MDP sont en cours de développement en Tunisie dans nombreux domaines éligibles à ce mécanisme, notamment les domaines de l?efficacité énergétique (cogénération, isolation thermique des bâtiments, diffusion des lampes basse consommation, substitution énergétique), les énergies renouvelables (énergie éolienne, énergie solaire et biomasse), le développement du transport urbain collectif et la gestion écologiquement rationnelle des déchets.

Toutefois, plusieurs de ces stratégies, programmes et autres projets, surtout en matière d?adaptation au changement climatique, n?ont pas dépassé le stade de conception. Ceci s?explique, en premier lieu, par les coûts de leur mise en ?uvre, qui sont largement au dessus des propres moyens du pays.

Dans ce contexte, et à l?instar de la majorité des pays en développement, la Tunisie compte sur l?opérationnalisation rapide des mécanismes financiers, tels que le Fonds Vert pour le Climat, ainsi que ceux relevant du transfert et de développement des technologies, qui sont en cours de conception dans le cadre des négociations actuelles sur le futur régime post-2012 sur les changements climatiques.

D. Défis en matière de gouvernance

28.Promotion et développement de modalités de planification et de gestion intégrée: Les mécanismes de planification et de gouvernance actuellement en Tunisie demeurent à prédominance sectorielle, centralisée et souvent exclusive du fait qu?une grande partie des acteurs concernés et des citoyens n?y sont pas impliqués. Le plan de développement quinquennal a constitué jusqu?à présent le document de base de la politique de développement. Des améliorations notables sont aujourd?hui indispensables sur les trois plans : intégration, prise en compte de la dimension environnementale et régionale et implication de la population concernée. L?amélioration et le renforcement toucheraient le niveau national de la planification à travers la consolidation de l?approche intégrée et participative au niveau de l?élaboration des politiques et des programmes de développement. Un renforcement de la planification, l?implication citoyenne et la concertation sur le plan régional et local seraient de même nécessaire.

29.Réduction des disparités régionales et réexamen des politiques d?aménagement du territoire : Afin de dépasser l?un des handicaps sociaux majeurs qui a été à l?origine de la révolution de Janvier 2011, il convient dans l?avenir de repenser l?aménagement du territoire en Tunisie et d?inclure l?ensemble des régions du pays dans le processus de développement sans exclusion particulière. En effet et au cours des dernières décennies, certaines régions, particulièrement celles de la côte, ont attiré la plupart des investissements importants et se trouvent ainsi plus favorisées par rapport à celles situées à l?intérieur du pays. Un nouveau découpage administratif des régions avec la recherche d?une plus grande complémentarité régionale, une gouvernance régionale plus autonome, des incitations de tout ordre pour encourager l?investissement dans les régions défavorisées, un développement des infrastructures et des équipements sont autant de pistes en matière de renforcement et de développement des régions.

30.Développement de villes durables : Sur un autre plan territorial et en relation avec les questions de gouvernance, la ville en Tunisie occupe de plus en plus une place importante. Plus de 65 % des tunisiens sont aujourd?hui citadins. En effet et dans le contexte actuel de mondialisation de l'econornieet d'integrationdelaTunisieaurnarcheeuro-mediterraneen, lesvilles sont appelees ajouer un role crucial qui exige plus que jamais une vision claire de leur devenir et une approche permettant de concilier les imperatifs economiques, ecologiques, urbanistiques et sociaux et assurant une meilleure rnaitrise collective du developpernent urbain. Pour valoriser les potentialites nouvelles qui s'offrent aux vilies tunisiennes, tout en minimisant les risques de fracture sociaIe, de dlsparites spatiales et de degradation de I'environnement et de la qualite de lavie,Iebesoindenouvellesmethodesdegestiondesviliessefait sentir, ala croisee des champs de l'economle, du social et de I'environnement. Pour ce faire, les vilies sont appelees aetre des vecteurs d' innovation. Seulement, l'Etat et les collectivites locales ne peuvent agir seuls; ils doiventetreappuveset relavesparlesautresacteurs:secteur prive, societe civile.Desprocessus de planification participative, strategique et prospective doivent etre dorenavant couramment developpes danslesdemarchesdegestiondesviliestunisiennes.

IV. Economie verte dans le contexte du développement durable et de l?éradication de la pauvreté

A. Initiatives prises en Tunisie en matière de promotion de l?économie verte

31.Le sens de l?économie verte demeure peu développé, insuffisamment ancré et nécessitant analyse et surtout mise en évidence des retombées potentielles : L?appellation « économie verte » est apparue en Tunisie depuis à peine quelques années ; elle est véhiculée par quelques spécialistes de l?environnement au sein et à l?extérieur de l?administration dans les différents milieux professionnels. Elle est souvent assimilée à un nouveau concept qui vient en continuité ou en substitution au concept de développement durable.

Toutefois et quelque soit la place accordée à l?économie verte par rapport au développement durable, la plus part des intervenants s?accordent sur le fait que l?économie verte est d?une manière générale une économie viable, basée sur le respect de l?environnement, rationalisant l?usage des ressources naturelle et favorisant la promotion de l?emploi et promouvant le développement durable, basé sur une faible émission de carbone, le recours aux nouvelles technologies de production à faible émission de carbone, et assurant le développement des outils économiques favorisant l?implication du secteur privé et toute la société civile dans les secteurs économiques innovants et l?exploitation des biens et services environnementaux.

Dans ce contexte, et tenant compte des priorités nationales, une étude portant sur l?économie verte, est actuellement en cours de préparation, avec une forte implication de toutes les parties prenantes en Tunisie. Son objectif principal est tout d?abord de proposer les lignes directrices d?une stratégie nationale instaurant les fondements d?un un nouveau modèle de développement basé sur une économie verte, qui permettra de réduire les pressions sur l?environnement et d?assurer la durabilité environnementale grâce à l?amélioration de l?efficacité écologique de la croissance économique.

Cette étude devra aboutir, à travers une analyse et identification des opportunités de développement de l?économie verte en Tunisie, à la mise en place d?une stratégie nationale pour une économie verte en Tunisie, avec un plan d?action identifiant, notamment les rôles respectifs de l?état, du secteur privé et des organisations professionnelles, dans le développement de chacun des secteurs de l?économie verte, y compris sous formes de partenariat public-privé et propositions sur la contribution de la société civile et du secteur de l?information à assurer la transition vers la nouvelle économie. On analyse de même le bilan prévisionnel des incidences économiques (réduction des coûts de dégradation de l?environnement et de surexploitation des ressources naturelles), sociales (création de l?emplois et employabilité des jeunes diplômés et réduction de la pauvreté), technologiques (amélioration des capacités d?innovation au niveau de l?entreprise et réorientation de la recherche scientifique), financières (contributions et subventions publiques, valeur ajoutée dégagées par les entreprises, secteur bancaire local, coopération bilatérale et multilatérale ainsi qu?au transfert spécialisé, tel que le fonds carbone) et structurelles touchant le système productif (diversification économique, tertiarisation de l?économie nationale, potentiel de l?économie numérique) et la consommation en Tunisie.

Dans tous les cas, la mise en ?uvre du concept de l?économie verte en Tunisie, devra émaner des caractéristiques du développement et des enjeux et priorités environnementaux inhérents à la Tunisie. Dans ce contexte, les domaines les plus prioritaires pour la Tunisie, devraient, à notre sens, intégrer les priorités ci-dessous.

32.Le développement des énergies renouvelables et l?efficacité énergétique, premiers jalons de l?économie verte : Les pouvoirs publics se sont engagés depuis quelques années dans la mise en ?uvre des premiers jalons d?une économie verte ; celle-ci s?est illustrée particulièrement par le développement des énergies renouvelables (notamment solaire et éolien) et la promotion de l?efficacité énergétique en guise de réponse à une situation caractérisée par un déficit de plus en plus marqué du bilan énergétique. Un plan solaire s?étalant sur la période 2010-2016 projette de réduire de 22 % la consommation énergétique nationale et de promouvoir le développement des énergies renouvelables à hauteur de 1 000 MW à l?horizon 2016. Un cadre réglementaire et incitatif adapté est en train de se mettre progressivement en place encourageant la production des énergies renouvelables ; l?autoproduction électrique par les énergies renouvelables en est l?illustration la plus récente. Celle-ci accorde aux usagers privés la possibilité de transport de l?électricité via le réseau national et de vente de l?excédent à la Société nationale d?électricité.

33.L?économie d?eau : Le secteur agricole, grand consommateur d?eau en Tunisie, s?est engagé depuis plus d?une vingtaine d?années dans d?ambitieux programmes d?économie d?eau au niveau de la parcelle irriguée réduisant de manière substantielle les quantités d?eau utilisées. Des subventions ont été accordées aux agriculteurs en vue d?acquérir les équipements nécessaires.

34.Le recyclage et la valorisation des déchets apparaissent également et de plus en plus comme des composantes de l?économie verte : Cette alternative demeure cependant encore peu généralisée et limitée à certains produits traditionnellement connus comme étant rentables : cas du plastique et des métaux.

35.L?agriculture biologique : La filière de l?agriculture biologique se répand de manière progressive. La Tunisie se positionne actuellement 2ième producteur d?Afrique avec 285 mille ha consacrés aux cultures biologiques.

36.La dépollution industrielle et la mise à niveau environnementale des entreprises : Ceci permettrait à l?économie de se conformer aux orientations et directives dans le domaine de la protection de I'environnement aux echelles national et internationale, de reduire la consommation des matieres premieres plus particulierernent I'eau et l'energie et de gerer les nuisances provenant des activites de developpernent. Un cadre reglernentaire a ete mis en place graduellement au cours des dernieres annees et un ensemble d'incitations financieres, fiscales et techniques ont ete regulierernent developpees pour accompagner les entreprises.

37.L?écotourisme s?installe progressivement dans certaines régions du pays : Des initiatives privées, souvent à petite échelle, prennent de plus en plus forme dans les différentes régions de la Tunisie offrant de nouvelles opportunités de tourisme à caractère écologique en complément à un tourisme balnéaire de masse en difficulté de mutation et de développement.

38.Efficacité énergétique des bâtiments : Un cadre réglementaire de l?économie d?énergie dans les bâtiments neufs résidentiels et à usage de bureaux a été promulgué et plus de 43 projets de démonstration dans le secteur tertiaire et résidentiel permettent aujourd?hui de suivre leurs performances thermiques.

39.L?écotaxe comme outil de promotion de l?économie verte : L?écotaxe apparait ces dernières années comme une nouvelle approche qui favoriserait l?instauration d?une économie verte ; la démarche consiste à instaurer dorénavant en Tunisie et de manière graduelle trois catégories de taxes dans le domaine de l?environnement : une taxe fiscale pour accroître les recettes fiscales de l'Etat, une taxe financière pour couvrir le coût de la réduction de la pollution et une troisième taxe incitative pour modifier les comportements et réduire la consommation.

B. Contraintes et défis pour la promotion d?une économie verte

40.Promotion d?une économie moderne, dynamique, utilisatrice de technologies nouvelles et largement ouverte sur le marché extérieur : De prime abord, l?économie verte est perçue comme une alternative à l?économie classique grande consommatrice en énergie fossile et ressources naturelles et souvent socialement exclusive. Elle doit être dans cette logique et par opposition à l?économie classique, respectueuse des équilibres naturels, à faible carbone, rentable et profitable à l?ensemble des couches sociales.

La promotion d?une telle économie ne peut se concrétiser qu?à travers la mise en place et le développement d?une politique innovante s?appuyant sur la mise en ?uvre d?une multitude de réformes dans l?ensemble des domaines qui toucheraient directement ou indirectement à l?économie comme les modalités de production et l?installation progressive de technologies nouvelles et performantes, le management de l?entreprise, l?administration publique, les établissements scolaires et universitaires et leur capacité à répondre aux besoins de cette nouvelle économie.

41.Développement de nouvelles capacités d?adaptation aux mutations croissantes observées dans l?ensemble des domaines de développement : Le défi majeur de la promotion d?une telle économie, qualifiée de verte, dans un pays comme la Tunisie, réside ainsi et de ce fait dans la capacité du système et de l?ensemble des acteurs publics, privés et de la société civile à s?adapter à l?ensemble de ces réformes et tirer les profils escomptés sur les plans économique, social et environnemental et sans que ces réformes ne constituent un frein au développement du pays et une entrave à la création de richesse. L?étude lancée par le département de l?environnement sur l?économie verte doit permettre de disposer des premières réponses à ce sujet et commencer à percevoirlesamendements et lescorrectifsmajeursqu'ilyalieu d'instaurerafin defavoriser la promotion d'une rE~ ell e econornie verte en Tunisie.

C. Amendements politique, économique, organisationnel et culturel pour la promotion d?une économie verte

42.L?émergence d?une économie verte ne peut se concrétiser que dans le cadre d?une vision intégrée multidimensionnelle : La promotion d?une économie verte à l?échelle de la Tunisie nécessitera un ensemble d?ajustements et d?amendements cohérents et qui soient intégrés dans une vision commune, globale et transversale répondant aux besoins nouveaux dictés par les impératifs d?un développement vert pour la Tunisie. Ces amendements se regroupent en neuf grands domaines interconnectés les uns avec les autres et qui répondent aux mêmes objectifs.

43.?amélioration de la cohérence entre les politiques économique, sociale et environnementale : Une nouvelle vision politique et organisationnelle de développement s?impose dans le cadre d?une promotion de l?économie verte, elle doit intégrer au même niveau dans les processus de planification et de gestion l?ensemble des considérations économique, sociale et environnementale. L?administration sera amenée dans ce sens à s?adapter, se développer et surtout à mettre à sa disposition les outils et les mécanismes nécessaires pour l?accomplissement de cette nouvelle vision.

44.Le développement d?une véritable politique industrielle : Cette nouvelle politique doit favoriser la promotion de nouvelles filières stratégiques de croissance verte basées sur l?utilisation et l?exploitation de technologies innovantes dans le cadre de partenariat international solide et équitablement négocié. La stratégie à mettre en place sera de ce fait adaptée aux spécificités et caractéristiques du marché national tout en étant largement ouverte sur l?extérieur et à l?écoute du marché mondial.

45.Le développement et la mise en place de mécanismes de financement de technologies nouvelles : L?accès aux technologies nouvelles nécessite souvent un niveau de veille élevé, une grande capacité d?assimilation et d?adaptation, mais aussi et chose capitale des moyens financiers disponibles. Les entrepreneurs et plus particulièrement ceux qui sont à la tête de petites ou moyennes entreprises ne disposent pas souvent de ces moyens et voient par conséquent les opportunités de développement technologiques leur échapper. L?état doit créer dans ce domaine des mécanismes financiers souples qui permettent l?accès facile à ce type de technologie sans alourdissement notable des équilibres financiers de l?entreprise.

46.L?ajustement de la politique fiscale en faveur de l?économie verte : La promotion de l?économie verte passe forcément par une révision de la politique fiscale à l?échelle nationale de telle manière à ce que les produits issus de cette économie soient avantagés. Cette fiscalité apportera également les modifications et les ajustements nécessaires au niveau de la réglementation des investissements et des politiques fiscales en vue de soutenir l?investissement privé dans les filières vertes. En même temps, le développement des marchés doit diminuer les coûts et les prix de vente des produits et des services les plus performants au regard de l?environnement et du développement durable, ce qui améliorera leur accessibilité. Des incitations fiscales peuvent être envisagées dans ce domaine, telles que des réductions de la TVA.

47.L?accompagnement des entreprises : Un accompagnement des entreprises est nécessaire, celui-ci concernera en priorité les entreprises qui présentent des signes de décalage par rapport au marche national et international dans les prmcrpaux domaines des et servant d'appui a la promotiondelatransitionversl'econornieverte;Iecasparticulierernentduniveau d'ouv erture sur les marches exterieurs, Ie niveau de rnaitrise technologique, les capacites humaines, organisationnelleetfinanciere deI'entreprise.

48.Le développement de l?information sur la qualité écologique des produis : Il s?agit de rendre les produits, respectueux de l?environnement, plus attractifs et plus crédibles auprès des consommateurs et de développer dans ce sens l?information environnementale correspondante tout en soutenant les comportements des consommations les plus vertueux. Le changement des comportements doit être engagé, tout en étant soutenu et amplifié et ceci afin de placer résolument l?économie sur une trajectoire de croissance plus verte et plus responsable.

49.Le renforcement de la formation et la promotion d?une synergie réelle entre la formation et l?entreprise : Les ressources humaines, capital de toute croissance et évolution, sont amenées au cours de la prochaine étape à développer leurs aptitudes et leurs compétences dans les différents domaines en vue de mieux s?adapter aux changements rapides que nous observons aujourd?hui dans tous les secteurs du développement. Le savoir le plus actualisé, la capacité d?innovation, la maîtrise de technologies avancées sont autant de garants dont les demandeurs d?emplois et les employés d?une manière générale doivent posséder pour surmonter les défis auxquels les entreprises seront confrontées dans leur évolution vers une économie plus verte. Les programmes de formation doivent ainsi permettre de relever les défis de la prochaine étape à la lumière des impératifs de l?évolution technologique continue, et d?ouvrir de plus larges perspectives à l?investissement dans les secteurs prometteurs et innovants.

50.La sensibilisation du public aux vertus de l?économie verte : Le public doit être constamment informé des effets positifs de l?économie verte sur aussi bien la croissance que la protection de l?environnement et la santé humaine. Des spots publicitaires et des campagnes de communication ciblés permettront de rapprocher le grand public et plus particulièrement les jeunes, des produits les plus respectueux de l?environnement favorisant ainsi une croissance verte.

51.Le renforcement de la coopération régionale et internationale : Le renforcement de la coopération régionale et internationale permet une évolution plus rapide vers les technologies et les modalités organisationnelles et pratiques qui régissent une économie verte. Ce renforcement se matérialise à travers un partage des bonnes pratiques et le développement de réseaux entre les différents intervenants , la conception et le développement de programmes conjoints de recherche et de développement ainsi que le développement d?approches d?harmonisation de politiques dans certains secteurs clés comme celui de l?énergie et la mise en place d?instruments pour la création de marché intégré dans le domaine.

D. Attentes de la conférence Rio+20 par rapport à la promotion de l?économie verte dans le monde d?une manière générale et en Tunisie d?une manière particulière

52.réation de dispositifs internationaux favorisant la solidarité technologique et financière entre les pays : La conférence Rio+20 constituera une étape importante pour une meilleure compréhension de la portée de l?économie verte et de ses effets potentiels sur les plans économique, social et environnemental. Dans tous les cas, une solidarité internationale soutenue serait necessaire pour donner une impulsion importante ace mode de developpernent. Cette solldarite se t raduirait particulierement d'une part au niveau de la creation de dispositifs de cooperation et d'echange qui assureraient un meilleur transfert de technologies nouvelles entre les differents pays et particulierernent entre ceux developpes et ceux en voie de developpernent et d'autre part, au niveau du developpernent de mecanisrnes de financement de projets novateurs dans Ie domaine de l'econornie verte . Un pacte mondial autour de l' innovat ion technologique, engageant l'ensernble des pays ainsi que les societes multinationales, pourrait J etre propose dans ce sens.

V. Cadre institutionnel du développement durable

A.Caractéristiques majeures du cadre institutionnel régissant l?environnement en Tunisie

53.Cadre institutionnel dans le domaine de l?environnement multiple et fragmenté : L?action environnementale en Tunisie a débuté à l?aube de l?indépendance au cours des années soixante. Elle était orientée, à l?époque, essentiellement vers les programmes et les activités relatives à la réhabilitation et la gestion des ressources naturelles et plus particulièrement les eaux, les sols et la les forêts dans une relation étroite avec l?agriculture. Il a fallu attendre la fin des années quatre vingt et le développement de l?activité industrielle, urbaine et touristique, pour assister à une nouvelle forme d?action environnementale, orientée cette fois ci vers les activités de dépollution et de gestion des nuisances occasionnées par ces différentes activités en évolution continue à savoir les rejets liquides, solides et gazeux.

Ces deux axes de l?action environnementale, bien que étroitement liés et dépendants l?un de l?autre, ont évolué depuis cette époque et jusqu?à nos jours pratiquement de manière isolée. La séparation institutionnelle qui a caractérisé l?action environnementale d?une manière générale n?a pas en effet, au cours de toute cette période, favorisé l?intégration des questions relatives à la dépollution avec celles en relation avec la gestion des ressources naturelles. La gestion des ressources naturelles est restée isolée, sous tutelle du département de l?agriculture et la dépollution et la gestion des nuisances ont été rattachées au nouveau département de l?environnement sans qu?il y ait conjonction et synergie réelles entre les deux départements.

Au niveau des nouvelles problématiques environnementales qui ont émergées progressivement depuis la fin des années quatre vingt, à savoir particulièrement la dépollution, la maîtrise de l?énergie, la gestion des déchets, la protection du littoral, la promotion des technologies de l?environnement, nous avons observé, sur le plan institutionnel, une multiplication d?agences et de structures spécialisée chacune dans une et une seule problématique. Nous avons ainsi assisté, à peine, au cours d?une dizaine d?années à la création de l?Agence Nationale de Protection de l?Environnement dans le domaine de la dépollution, l?Agence Nationale de Maîtrise de l?Energie dans le domaine de la maîtrise de l?énergie et de la promotion des énergies renouvelables, l?Agence Nationale de Gestion des Déchets, l?Agence de Protection et d?Aménagement du Littoral et le Centre International des technologies de l?Environnement ; sans oublier le Ministère de l?Environnement et de l?Aménagement du Territoire qui a ensuite évolué vers un Ministère de l?Environnement et du Développement Durable. Cette situation, a probablement enrichi la sphère institutionnelle dans le domaine de l?environnement, seulement et en l?absence d?une coordination forte et soutenue entre ces différentes structures, elle a malheureusement fractionné et individualisé un ensemble de thématiques qui avaient tant besoin d?être examinées et traitées dans un cadre commun et cohérent et réduit par conséquent la performance des actions correspondantes.

B. Caractéristiques majeures du cadre institutionnel régissant le développement durable en Tunisie

54.Création de la Commission Nationale de Développement Durable : La Tunisie et à l?instar de l?ensemble des pays du monde entier a découvert officiellement le concept de développement durable au moment et juste après le sommet de la terre tenu à Rio de Janeiro en 1992. Très rapidement et en guise d?illustration d?une volonté réelle qui caractérisait à l?époque l?action environnementale nationale et initiée déjà en 1988 et 1991 par respectivement la création de l?Agence Nationale de Protection de l?Environnement et le Ministère de l?Environnement et de l?Aménagement du Territoire, les pouvoirs publics ont jugé opportun de mettre en place et de développer en 1993, juste après le sommet de Rio, un espace de concertation et de dialogue autour de la promotion du développement durable en Tunisie au sein d?une Commission Nationale de Développement Durable, CNDD.

Malgré les difficultés rencontrées par cette commission au niveau de la mise en ?uvre de ses objectifs, dans un contexte de planification prédominé par les approches de planification sectorielle, la CNDD a contribué tant bien que mal à produire un ensemble d?outils à caractère intégré ayant pour objectif de rapprocher le concept de développement durable des différents décideurs tout en lui donnant une dimension plus concrète et pratique. Un agenda 21 national, des indicateurs d?environnement et de développement durable, des études sectorielles de définition de la durabilité dans un certains nombre de secteurs économiques prioritaires, tels que l?agriculture, le transport, l?énergie et bien d?autres, ont été les principaux produits de la CNDD depuis sa création jusqu?à l?arrêt de ses activités en 2010.

55.Création d?un Observatoire Tunisien de l?Environnement pour le Développement Durable : En synergie avec les travaux de la CNDD, le département de l?environnement a créé avec le concours du PNUD depuis le milieu des années 90 un Observatoire de l?Environnement pour le Développement Durable, OTEDD. Il s?agit d?un dispositif qui a joué constamment le rôle de secrétariat de la CNDD, tout en ayant à sa charge le développement d?un système de suivi de l?état de l?environnement aux échelles nationale et régionale et la promotion du débat autour du développement durable au sein des comités techniques de la CNDD. Etant dépourvu d?un cadre juridique adéquat et transparent, l?OTEDD n?a jamais réussi à s?ancrer parfaitement dans le paysage institutionnel et à promouvoir par conséquent les concepts qu?il a développé et les résultats auxquels il a abouti y compris auprès des institutions environnementales les plus proches.

56.Expérimentation des premiers mécanismes de planification intégrée et concertée : Le département de l?environnement, en coopération avec d?autres partenaires nationaux et internationaux, a engagé au cours de la dernière décennie l?expérimentation de certains outils de planification intégrée et concertée au niveau de certaines régions et localités du pays. Les agendas 21 locaux ainsi que les programmes régionaux de l?environnement ont été les principaux outils développés dans ce sens. Les produits de planification obtenus dans ce cadre ont souvent servi a enrichir les plans de developpent socioeconorniques tantsur Ie plan national, regionalque sectoriel.

57.Création de la Direction Générale du Développement Durable : La CNDD et l?OTEDD, les deux organes en charge de la promotion du développement durable en Tunisie ont été renforcés en 2006 par une Direction Générale du Développement Durable au sein du Ministère de l?Environnement et du Développement Durable. Cette initiative et telle que formulée dans le décret d?organisation du Ministère de l?Environnement et du développement Durable, attribuait à cette Direction Générale la principale fonction de promotion de moyens adéquats pour la vulgarisation du concept de développement durable et sa diffusion entre les différentes parties concernées. A cet effet, la Direction Générale du développement durable a été chargée notamment d?agir en vue d'intégrer la dimension environnementale dans les secteurs économiques et dans les activités de développement et de concrétiser les principes et les méthodes de la durabilité du développement.

Depuis sa création, la Direction Générale du Développement Durable s?est engagée dans l?élaboration de certaines études autour de la durabilité dont la dernière et la plus importante est celle relative à la définition d?une Stratégie Nationale de Développement Durable. La Direction Générale du Développement Durable profiterait de cet exercice pour renforcer son positionnement institutionnel et entamer le tissage d?un vrai réseau partenarial qui pourrait lui permettre de contribuer à la réalisation de sa mission et intégrer les impératifs de l?environnement dans les politiques sectorielles avec les différents acteurs du développement.

58.Prédominance des approches sectorielles au détriment de l?approche intégrée : Malgré cette multiplicité d?institutions et d?outils dans le domaine du développement durable, l?approche environnementale développée en Tunisie au cours des trente dernières années n?a pas favorisé de manière cohérente et globale les approches intégrées et n?a pas su accéder au niveau des visons systémiques dans les quelles les différentes composantes sont inter reliées et interconnectées. Les thématiques et les problématiques sont souvent restées isolées les unes des autres. L?approche intégrée n?a pas en effet émergée de manière parfaitement visible dans la politique environnementale tunisienne et n?a pas par conséquent contribuer à l?optimisation parfaite des programmes et des plans développés dans ce domaine.

De même et au niveau des approches de développement socioéconomiques, celles-ci sont restées assez timides au niveau de l?intégration simultanée des trois principales composantes du développement durable. En effet et malgré certaines défaillances, l?intégration socioéconomique a souvent prévalu sur les intégrations économico environnementale ou même socio environnementale ; l?environnement reste encore à la traine en matière d?intégration.

59.Faible positionnement politico organisationnel du développement durable : Le développement durable en Tunisie a souffert au cours des vingt dernières années d?un faible positionnement sur les plans politique, institutionnel et organisationnel. Sur le plan politique, le discours avancé dans ce sens au cours de cette même période est resté fragmentaire sans illustration parfaite et concrète des principales problématiques qui entraveraient la mise en place d?un développement durable. Cette indétermination s?est répercutée sur la planification des programmes socioéconomiques qui n?a jamais accédée, dans le cadre de l?élaboration des plans de développement, au niveau de stratégies réelles de développement durable et est restée la plus part du temps de dimension purement sectorielle, y compris le chapitre consacré au developpernent durable qui s'apparente beaucoup plus a un secteur qu'a un domaine horizontale, multisectoriel.

Sur le plan organisationnel, le développement durable et même quand il a évolué institutionnellement, il s?est trouvé annexé au département de l?environnement sans que ce dernier dispose du positionnement privilégié nécessaire et des mécanismes adéquats qui assureraient la synergie avec les autres composantes du développement durable et l?ensemble des acteurs concernés. La commission Nationale de Développement Durable qui devait jouer le rôle de fédérateur dans le domaine de la définition et la mise en ?uvre d?une vraie politique de développement durable à l?échelle nationale, n?a pas pu créer la dynamique nécessaire entre l?ensemble des acteurs et accéder par conséquent à cette position d?artisan du développement durable à l?échelle du pays.

C.Principales orientations de renforcement du cadre institutionnel régissant l?environnement et le développement durable

60.Constitutionnalisation des droits environnementaux : La Tunisie et à l?instar de plusieurs pays dans le Monde renforcerait son action dans le domaine de l?environnement en inscrivant les droits environnementaux dans sa nouvelle constitution. Une dynamique soutenue et initiée par la société civile depuis la révolution du 14 janvier 2011 a vu le jour dans ce sens, appelant à la constitutionnalisation des droits de l?environnement. Trois principes fondamentaux sont évoqués, le droit à un environnement sain, le droit à l?information environnementale et enfin le droit à la participation du citoyen à la prise de décision dans les processus de développement.

61.Optimisation du cadre institutionnel régissant les questions environnementales : Le cadre institutionnel qui régissait les questions environnementales antérieurement à la révolution du 14 janvier 2011 est amené aujourd?hui et plus que jamais à évoluer et s?adapter au contexte nouveau que vit actuellement la Tunisie. Le nouveau cadre institutionnel vers le quel nous devons évoluer doit privilégier :

i. L?intégration des différentes questions environnementales évitant ainsi la dispersion et l?éparpillement,

ii.Le rapprochement de l?environnement des thématiques sectorielles du développement socioéconomique favorisant ainsi l?intégration de l?environnement dans les politiques correspondantes,

iii.Le renforcement de l?action environnementale de proximité afin qu?elle ne soit pas détachée et éloignée de la réalité des usagers et de la population,

iv.Le développement de mécanismes de concertation et d?implication des citoyens dans la prise de décision.

62. Repositionnement du développement durable dans l?échiquier politico-administratif : Le développement durable en Tunisie et depuis que le concept a vu le jour a constamment souffert d?un isolement institutionnel du fait qu?il a été cantonné au sein de commissions ou de départements environnementaux n?ayant pas développé de liens privilégiés et de synergie remarquable avec les autres départements en charge des processus de développement. Aujourd?hui et sur la base de ce constat, il est indispensable de repositionner le développement durable dans l?échiquier politico administratif de la Tunisie en le rehaussant à des niveaux de decision plus eleves et en faisant de lui Ie cadre essentiel de la planification et de la programmation.

63.Développement de la gouvernance infranationale à travers la régionalisation de l?action publique et le renforcement du pouvoir local : Le développement de l?action environnement en Tunisie et la promotion du développement durable sont tributaires de leur rapprochement de manière significative des régions, des localités et de leurs populations respectives. Les collectivités locales ainsi que l?équivalent des conseils régionaux, dont le statut sera défini ultérieurement, prendraient dorénavant à leur charge de plus amples missions et prérogatives dans les domaines de l?environnement et de l?intégration du développement et ceci au détriment des structures centralisées. Une autonomie plus significative sera alors indispensable pour le bon fonctionnement de ces nouvelles structures, autonomie aussi bien politique que financière.

64.Développement des dispositifs d?information, de suivi et d?évaluation dans les domaines de l?environnement et du développement durable : L?information dans le domaine de l?environnement et du développement durable apparait de plus en plus comme un besoin pour la maîtrise et la connaissance parfaite des phénomènes ayant trait à l?environnement et au développement, mais aussi comme une nécessité pour prendre les meilleures décisions et agir en fonction des circonstances et des besoins. Les indicateurs de l?environnement et du développement durable apparaissent comme de pertinents outils de gestion, d?évaluation et de planification dans ce domaine. Afin que l?information d?une manière générale puisse être utile et servir aux deux objectifs signalés, sa production de manière pertinente et fiable, sa circulation et sa diffusion apparaissent aujourd?hui comme une nécessité absolue. Les acteurs intervenant dans le domaine de l?environnement ainsi que ceux qui sont amenés à intégrer l?environnement dans leurs plans de développement sectoriels, sont plus que jamais en quête de données et d?informations utiles dans la réalisation et la gestion de leurs taches quotidiennes. Les outils de communication actuels offrent de larges possibilités de circulation et de partage des informations, un effort de concertation et de structuration entre les différents acteurs demeure toutefois nécessaire pour concevoir et développer des systèmes d?information adéquats, dynamiques et surtout intégrés répondant ainsi à des besoins de plus en plus grandissants et complexes.

65.Renforcement de l?implication des citoyens et de la société civile dans les processus de décision : La révolution du 14 Janvier 2011 a mis en évidence une lacune fondamentale qui a caractérisé l?action de développement d?une manière générale en Tunisie et celle en relation avec l?environnement d?une manière particulière, celle relative à l?implication de la population et des citoyens dans la prise de décision. En effet et après la révolution une multitude de projets de développement économique, érigés antérieurement et sans la moindre concertation avec le public, ont été rejetés par les populations à partir du 14 janvier, faisant l?objet de contestations pour des raisons souvent en relation avec la pollution et la dégradation de l?environnement, entravant ainsi leur fonctionnement et leur contribution efficace au développement socioéconomique de leurs régions respectives.

Devant de tels constats, il ne peut être que largement admis dorénavant d?impliquer les populations concernées dans les décisions qui touchent de prés au développement de leurs localités et régions. Des mécanismes, des espaces et des outils de concertation et d?implication des populations doivent être par conséquent réfléchis et mis en ?uvre au cours de la prochaine étape.

66.Renforcement de l?intégration de l?environnement dans les politiques sectorielles : Une politique de développement durable, retenue comme un choix stratégique, ne peut se mettre en place et se concrétiser à long terme qu?à travers une intégration effective de l?environnement dans les plans et les programmes sectoriels. Des initiatives volontaires ont été développées ces dernières années en Tunisie par plusieurs départements sectoriels en vue de prendre en considération dans leurs planifications les impératifs de l?environnement ; certaines ont abouti à des résultants concluants, d?autres au contraire sont restées timides et peu convaincantes.

Aujourd?hui et devant la nécessité d?évoluer dans ce domaine, il est de plus en plus urgent de mettre à la disposition des différents acteurs du développement, le cadre et les outils nécessaires pour mener à bien de tels projets. Les évaluations environnementales stratégiques développées par plusieurs pays à travers le monde constitueraient pour la Tunisie un cadre idoine dans l?avenir pour le renforcement de l?intégration de l?environnement dans les politiques sectorielles. Les investigations menées dans ce sens au cours de ces deux dernières années par le Ministère de l?Environnement et du Développement Durable témoignent d?une volonté commune pour aller dans le sens de l?institutionnalisation d?un tel outil de planification. Ces évaluations environnementales stratégiques pourraient venir enrichir les nouvelles modalités de planification du développement que la Tunisie doit instaurer dans l?avenir dans la vision la plus concertée et la plus intégrée possible.

67.Mise en place d?un dispositif de veille stratégique sur le développement durable : L?expérience de la Tunisie par rapport aux différentes approches du développement durable a montré l?impératif d?ériger le développement durable en un principe directeur du système de la planification publique. La concrétisation de cette nouvelle approche nécessitera forcément la mise en place d?un vrai dispositif de veille dans le domaine du développement durable, celui-ci permettra l?accès aux différents outils les plus modernes et les plus performants. La création d?un Centre Spécialisé de Recherches et d?Etudes dans ce domaine pourrait contribuer à la promotion du développement durable en Tunisie ainsi que dans la région.

VI.Coopération internationale et gouvernance mondiale dans le domaine du développement durable

68.Nécessité de développer des mécanismes d?échange et de coopération entre les différents pays : La gestion rationnelle de l?environnement, le développement d?une économie verte et l?instauration d?un vrai développement durable, constituent le défi auquel tout pays est dorénavant confronté. Toutefois et dans cette nouvelle perspective, chacun des pays engagés se trouve confronté aux contraintes et limites de son propre espace et de ses potentialités propres et intrinsèques. D?où le besoin pressant de développer entre les régions du monde et l?ensemble des pays, quelque soit leur capacité, des mécanismes d?échange et de réciprocité qui développeraient la complémentarité entre les uns et les autres et offriraient par conséquent aux différents pays, plus de potentialités pour surmonter les défis signalés.

Les rnecanismes de cooperation developpes jusqu'a present entre les differents pays ou groupe de pays ou entre pays et institutions internationales dans la perspective d'atteindre les defis deja enurneres, que ce soit en matiere de gestion de I'environnement ou de developpernent d'une econornie verte, demeurent Iimites, ponctuels et surtout d'efficacite et de rendement faibles comparativement aux enjeux et aux problernatiques auxquels i1s ont assignes. Cette defaillance trouve ses origines dans Ie fait que les pays engages dans cette cooperation demeurent encore peu convaincus de l'interet de solutionner les problematiques de maniere commune dans Ie cadre de visons partagees. Les interets egoistes, a court terrne, cantonnes dans un cadre purement national ou a la limite, regional entravent Ie developpernent de cette nouvelle vision commune recherchee, favorisant ainsi et souvent des desequillbres manifestes dans l'objet rnerne de la cooperation. Les accords d'investissement seront dans cette logique negocies suivant de nouvelles approches qui procederont svsternatiquement a I'analyse et l'evaluation des avantages socio-econorniques de chaque parties permettant ainsi d'y inclure les clausesdedurabilitenecessairesconforrnernentauxobjectifsstrategiquesfixesetaux priorites politiques arretees.

69.Nécessité de disposer d?institutions internationales fortes, rayonnantes, capables de développer et de financer des programmes communs, bénéfiques et rentables à l?ensemble des parties impliquées : La coopération recherchée dorénavant dans le domaine de la promotion du développement durable entre les différents pays de la planète d?une manière générale doit être menée avec l?idée et la conviction que les solutions recherchées au sein de toute coopération doivent avoir systématiquement des retombées communes, visibles et transparentes au niveau des différentes parties impliquées. Cette coopération s?articulera essentiellement autour de trois composantes majeures, la définition de l?objet de la coopération et du concept à développer, l?identification des outils méthodologiques ou technologiques nécessaires à sa mise en ?uvre et enfin son financement. Une coopération viable, rentable et par conséquent durable est celle dans la quelle les parties concernées se trouvent impliquées de manière commune et en fonction de leurs capacités respectives, dans l?identification et l?élaboration de ces trois composantes. Ainsi, le ou les mécanismes de coopération internationale que la Tunisie souhaite voir le jour et se développer dans l?avenir en matière de promotion du développement durable sont celles qui seraient capables de favoriser de manière partagée et commune, l?émergence et l?identification de programmes bénéfiques pour l?ensemble des participants, à retombées multiples et financièrement rentables. Les institutions qui seraient en charge de tels mécanismes disposeraient ainsi et en même temps de capacité d?investigation, de coordination, de montage de projets et de programmes rentables mais aussi de financement.

Préparation de la Tunisie à la Conférence des Nations Unies sur le Développement Durable (Rio+20)

Atelier National (en collaboration avec PNUD-Tunisie)

Tunis, le 26 octobre 2011

Plus de 80 représentants de l?administration, de la société civile, des secteurs économiques, de centres de recherche dans le domaine socio-économique et de la presse ont participé à cet atelier. Les deux thèmes discutés sont l?économie verte dans le contexte de développement durable et de l?éradication de la pauvreté et le cadre institutionnel du développement durable. Trois présentations ont été faites :

-«Rio + 20 : Objectifs et attentes »

-« Vers un cadre institutionnel optimal du Développement Durable »

-« Quelle gouvernance mondiale de l?environnement et de Développement Durable »

-« Economie verte : opportunités et risques »

Principales recommandations :

-Nécessité de soutien international pour préparer une stratégie d?économie verte et choisir les secteurs prometteurs ;

-Possibilité de renforcer les mécanismes et les moyens de promotion du secteur des énergies renouvelables (solaire et éolienne) ;

- Mieux analyser la gouvernance du DD et l?approche participative au niveau local et régional en Tunisie ;

- Inclure la communication et la sensibilisation dans le domaine de l?EV et du DD comme étant un axe stratégique ;

- Importance de la volonté politique pour progresser dans la voie de la durabilité ;

-Mieux analyser l?efficacité du Système des Nations Unies en matière d?appui et de renforcement des capacités de la Tunisie pour le Développement durable ;

-Besoin urgent d?un renforcement des capacités de la Tunisie en matière d?information et d?indicateurs humains et sociaux (pauvreté, chômage ?) ;

- Besoin d?une définition claire de l?économie verte et quelle différence entre économie verte et croissance verte ;

- Mieux justifier l?adoption de l?économie verte, un choix ou une obligation pour la Tunisie ;

-Importance d?une vision globale du développement intégrant les quatre piliers : l?économique, le social, l?environnemental et le culturel ;

-Une vision régionale tenant compte des spécificités Arabes, Méditerranéennes et Africaines serait nécessaire ;

-Proposition de faire d?autres journées de discussion sur les différents thèmes du développement durable, même après le sommet Rio + 20 ;

- Importance de réfléchir sur le cadre juridique de l?économie verte ;

- Secteur des bâtiments important à développer du point de vue de l?EV ;
Copyright (c) United Nations 2011 | Terms of Use | Privacy Notice | Contact | Site Map | New