Burkina Faso
Information
  • Date submitted: 1 Nov 2011
  • Stakeholder type: Member State
  • Name: Burkina Faso
  • Submission Document: Download
Keywords: Public procurement (2 hits),

Full Submission

REPONSES AU QUESTIONNAIRE PAR LE BURKINA FASO

Documents A.

Expériences 1) les moyens objectifs de mesurer l?engagement politique.

1.1 Oui des mesures existent pour mesurer l?engagement politique ;

1.2 Principaux indicateurs : Elaboration de la Stratégie de Croissance Accéléré et de Développement Durable (SCADD,) création du MEDD ; prise en compte de l?environnement et le développement durable dans l?élaboration des politiques sectorielles ;

1.3 Tous.

2) l?engagement politique connaît un progrès de 1992 à nos jours car très peu de choses étaient faites en 1992 en termes institutionnel dans le sens du DD. L?engagement de la communauté internationale est évident depuis 1992 à travers des appuis considérables ;

Facteurs de succès :

3) Des appuis financiers et institutionnels ont été accordés au Burkina Faso pour renforcer le support politique du DD ;

4) Secteurs où l?engagement politique a été le plus fort : gestion des ressources naturelles (gestion durable des terres, biodiversité, eau, etc.). Les facteurs qui peuvent expliquer cet engagement sont d?ordre alimentaire, économique et écologique ;

5) L?élaboration du Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté, l?adhésion aux différentes conventions de la génération de Rio montre que le soutien politique pour les questions critiques a été renforcé. Ces exemples, par le souci de prendre en compte les aspects sociaux et économiques des populations d?une part et d?autre la volonté de gérer durablement le capital productif (terres, biodiversité, etc.) s?appliquent au Développement.

Défis :

6) Priorités du gouvernement pour accélérer le progrès envers le DD : développement économique et social (Burkina émergent) et des efforts dans le domaine de la restauration de l?environnement ;

7) La coopération internationale pourrait renforcer le soutien pour le développement en appuyant les structures chargées de sa mise en ?uvre dans le domaine du renforcement des capacités et des moyens de cette mise en ?uvre.

8) Il ya des arbitrages difficiles entre les trois piliers du développement durable. En effet, avec les piliers économiques et sociaux, le pilier environnemental a de la peine à se faire prendre en compte. Devant la pauvreté ambiante du pays, l?Etat et ses partenaires ont tendances à privilégier les piliers économiques et sociaux

Document B

Expériences

1) Quels indicateurs ou information sur le développement durable se sont montré les plus utiles pour évaluer les écarts et les progrès envers le développement durable? Svp, classez ces derniers par ordre d?importance avec 1 = plus important. Mettre en pièce-jointe, ou fournir aussi un lien pour les données statistiques pertinentes svp.

oIndicateurs Économiques (croissance économique, commerce)

oIndicateurs de Pauvreté (Indice de pauvreté ou autres mesures, spécifier svp)

oIndicateurs Sociaux (Chômage, espérance de vie)

oIndicateurs Compréhensifs (IDH, OMD)

oIndicateurs Environnementaux (Indice de Durabilité de l?Environnement (IDE), Empreinte écologique, autres, spécifier svp.)

o Résultats de Sondages d?Opinion Publique

2) Quels indicateurs d?objectifs et de stratégies intégrées sont les plus utiles? Classez-les selon leur ordre d?importance.

o Indicateurs de Résultats (corrélation entre les indicateurs de changement économique, social, et environnemental) ;

o Indicateurs institutionnels (utilisation des stratégies intégrées, établissement de mécanismes de coordination) ;

o Indicateurs d?engagement (fiscal ou autre soutien pour les programmes intégrés de développement durable) ;

o Indicateurs lies à l?information (développement d?outils d?analyse et de d?évaluation, collection de données, investissement dans la recherche) ;

o Liens : www.scadd-burkina.com.

3) En se basant aussi bien que possible sur ces indicateurs, pouvez-vous fournir une évaluation des progrès fait envers le développement durable ces 18 dernières années (1992-2010) (a) au niveau de votre pays (si possible) et (b) au niveau global. Svp mettre en pièce-jointe toutes études techniques ou analyses politiques pertinentes sur le sujet. Pour chaque entrée, veuillez fournir svp l?article original ou un lien internet, accompagné d?un court résumé.

Depuis les 18 dernières années, des progrès sont faits dans le domaine de la prise en compte des trois piliers du Développement durable au Burkina à travers le Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté(CSLP) et la création du Conseil National pour la Gestion de l?Environnement (CONAGESE) en 1995 puis devenu Conseil National pour l?Environnement et le Développement Durable (CONEDD) en 2002. Il faut ajouter à cela la création d?organes ministériels, interministériels et du secteur privé de mise en ?uvre du développement durable : Comité Interministériel de Développement Durables, Cellules environnementales au sein des ministères(12) et des entreprises(6), et des régions(3) etc. Aux niveaux local : création des commissions environnement et développement local dans toutes les communes. Elaboration d?un plan d?action de mise en ?uvre des réformes institutionnelles et juridiques pour la décentralisation dans le secteur forestier(2006).

Facteurs de Succès

4. Quels facteurs expliquent les progrès dans la mise en ?uvre? Classez-les selon leur ordre d?importance.

o Utilisation de stratégies intégrées

oInvestissement dans la capacité technique et institutionnel

oSoutien financier de ressources internationales

oCroissance économique généralisée ou prospérité

oLes réalités au niveau de la dégradation de l?environnement

5) Votre gouvernement a-t-il introduit une planification intégrée et une prise de décision pour le développement durable? Si oui, sous quel titre (SNDD, DSRP, PANE, etc.). Quelles sont les leçons tirées de cette expérience?

Oui, sous le titre de PANE, CSLP et de Stratégie de Croissance Accélérée et de Développement Durable (SCADD.), le Programme national du secteur Rural(PNSR) en cours de finalisation. Le plan d?action du MAEP (Mécanisme d?évaluation par les Pairs) Les leçons tirées sont nombreuses et vont d?une prise de conscience des décideurs et de tous les acteurs de développement et l?engagement de tous à faire changer les choses. Toutefois l?insuffisance de ressources et de coordination ne permettent pas toujours la réalisation d?actions concrètes.

6) Ces dernières sont-elles des exemples de solides partenariats public-privé pour le développement durable dans votre pays? Comment ont-ils été promus?

Cela implique tous les acteurs. Il faut relever que l?implication du secteur est toujours timide compte tenu de son organisation et ses limites. Des outils existent comme « la concertation annuelle gouvernement -secteur privé » et le symposium « environnement et secteur privé »

7) L?assistance technique des entités du système des Nations-Unies a-t-elle été un facteur-clé dans l?explication des progrès liés au développement durable? Si oui, dans quels secteurs (OMD, énergie, eau, santé, agriculture, biodiversité, forêts, changement climatique, emplois, autre)?

Oui, l?appui des entités du système des Nations Unies a été un grand facteur des résultats obtenus dans les domaines de la diversité biologique, de l?eau, de l?énergie, de la forêt, des changements climatiques ainsi que dans les OMD.

Défis

8. Quelles sont les principales barrières à la mise en ?uvre? Classez-les selon leur ordre d?importance avec 1 = plus important.

1) Faible priorité politique pour les prises de décisions intégrées ;

2) Coordination inadéquate entre ministères ;

3) Manque de données ;

4) Sensibilisation ou engagement du public inadéquat ;

5) Problèmes crées par une croissance ralentie ;

6) Soutien international inadéquate ou imprévisible ;

7) Faiblesse des ressources allouées ;

8) Difficultés d?implication du secteur privé.

9) Quelles sont les mesures qui doivent être prise pour faire face à ces barrières dans un effort de combler les lacunes de la mise en ?uvre?

Les principales mesures sont :

 une volonté et un engagement politiques plus accrus ;

 une bonne stratégie de communication ;

 un appui financier conséquent pour la mise en ?uvre du DD ;

 le renforcement des capacités à tous les niveaux ;

 une meilleure coordination de l?action des ministères ;

 doter la structure de coordination de ressources humaines et financières adéquates ;

 des solutions alternatives de l?exploitation de certaines ressources (forêts, faune, pêche, etc.), ce qui implique la lutte contre la pauvreté des populations.

10)Quelles sont les principales difficultés rencontrées dans la promotion de planification et de prise de décision intégrées ?

C?est essentiellement le niveau de prise en compte de l?environnement dans les politiques sectorielles et par le secteur privée. A cela s?ajoute l?insuffisance de capacités dans le mainstreaming, accentué par une insuffisance de contrôle et de suivi.

11) Quelles actions supplémentaires pourraient être prises pour promouvoir des actions volontaires et des partenariats effectifs?

Sensibilisation et conscientisation et motivation de tous les acteurs et des partenaires. Des mesures incitatives pour le secteur privé. (Allègement fiscal et transfert de technologies propres)

Risques

12) Quelles sont les risques d?un progrès soutenu envers la convergence entre les trois piliers du développement durable?

Que certains projets à effets à long terme ne soient pas mis en ?uvre. Et appui limité de certains partenaires.

Document C

Questionnaire : Relever les nouveaux défis émergents

Expériences

1) Quels cinq nouveaux défis émergents risquent plus fortement d?avoir un impact important sur les perspectives de développement durable de votre pays dans la décennie à venir? Les classez selon leur ordre d?importance svp.

oPauvreté ;

oChangements climatiques ;

oLa recherche d?un développement économique ;

oLe niveau d?instruction des populations ;

oLes modes de consommation et de production

2) Quels mécanismes ont été mis en place par votre pays pour faire face à ces défis: au niveau local? Au niveau national?

Mécanismes au niveau local : élaboration d?agenda 21 locaux en cours ; amélioration des systèmes de production ;.

National : création d?emplois ; amélioration du niveau d?éducation et d?instruction des populations ; faire la promotion des MCPD ; promouvoir le Mécanisme pour un Développement Propre (MDP) ; Elaboration de la SCADD qui combine stratégie de lutte contre la pauvreté et promotion du développement durable y compris les OMD.

3) Dans lesquels de ces domaines le soutien de la communauté international est-il à venir? Dans quels domaines un nouveau soutien ou un soutien renforcé de la communauté internationale est-il nécessaire?

Dans tous les domaines, on s?attend à un soutien du niveau international Un nouveau soutien renforcé sera nécessaire dans les MCPD et l?économie verte.

4) Quels nouveaux défis émergents doivent être exécutés à la CNUDD ?

La lutte contre la pauvreté, la gestion des déchets et les transports urbains constituent de nouveaux défis qui doivent être exécutés à la CNUDD

Facteurs de succès

5) Quels facteurs expliquent la capacité de succès pour relever les nouveaux défis émergents ?

oRessources financières adéquates

oInvestissement dans les infrastructures nécessaires

oAlphabétisation et sensibilisation auprès de la population

oSystèmes de communications effectives

o Disponibilité des données et des capacités technique

o Coopération Sud-Sud

oCoopération régionale ( Afrique, UEMOA , CEDEA)

6) Quelles mesures ont été prises ou sont en considération dans votre pays pour renforcer ces facteurs de succès ?

oModernisation de l?administration ;

oEfforts dans l?élaboration de données statistiques ;

oRenforcements des capacités à tous les niveaux ;

o Intégration du pays dans des organisations africaines et sous régionales.

Défis ;

7) Comment est-ce que le lien entre science, éducation et politique peut être renforcé pour faire face à ces nouveaux défis émergents, en particulier ceux identifiés plus haut?

La science à travers la recherche propose des solutions innovantes qui donnent des informations précieuses à la politique pour prendre des décisions idoines. Ces décisions permettent d?inscrire dans le système éducatif des activités qui vont pérenniser les actions et les inscrire dans la durée. Car les acteurs formés développent des attitudes nouvelles et des comportements responsables face aux thèmes émergents.

8) Comment est-ce que le soutien international peut être employé effectivement pour faire face à ces défis?

Le soutien international peut être utilisé pour le renforcement des capacités d?intervention des acteurs en vue l?opérationnalisation des politiques et mesures. Cela pourrait s?accompagner d?un transfert de technologies.

Risques

9) Les nouveaux défis émergents posent-il un risque fondamental aux perspectives de croissance économique et de développement de votre pays?

Oui les nouveaux défis de la CNUDD que sont la lutte contre la pauvreté croissante, les catastrophes naturelles, les changements climatiques pourront poser un problème de l?exploitation exagérée des ressources naturelles et compromettre le DD au Burkina Faso.

10) Comment est-ce que les risques sur les pauvres et les autres populations vulnérables peuvent-ils être adressés?

Document D

Questionnaire sur

L?économie verte dans le contexte de l?éradication de la pauvreté et du développement durable

I. Introduction

Le concept de l?économie verte est un des quelques concepts étroitement liés qui ont émergé ces dernières années pour renforcer la convergence entre les trois piliers du développement durable. Bien que l?idée présente un certain intérêt intrinsèque, des questions ont été soulevées concernant sa clarté conceptuelle, sa définition précise, et ses implications pour les objectifs économiques et sociaux clés.

Une question spécifique se rapporte à la différence entre le concept idéal ?d?économie verte et les implications à court et moyen termes de la ?transition vers une économie verte?. Dans la littérature, la plupart des textes invoque le terme dans le but de tracer le contour des éléments et actions qui seraient normalement décrits comme ?écologisation de l?économie?. L?objectif étant donc de chercher à réunir sous une seule enseigne une vaste gamme de politiques économiques reliés à l?atteinte du développement durable.

Le PrepCom a aussi soulevé un bon nombre de questions en regard de l?impact de la ?transition vers une économie verte? sur d?autres objectifs, notamment les performances macroéconomiques (particulièrement la croissance du revenu), la compétitivité au commerce, le protectionnisme, la conditionnalité de l?aide et la pauvreté et les moyens de subsistance. De plus et, les délégués ont demandé pour le partage des expériences, facteurs de succès, défis, et risques en application pratique avec quelques uns des outils recommandés.

II. Questionnaire

Les États Membres sont invités à fournir des contributions sur leurs expériences, facteurs de succès, défis et risques pertinents au thème de la CNUDD ?l?économie verte dans le contexte de l?éradication de la pauvreté et du développement durable? en réponse aux questions suivantes qui ont été développées en se basant sur les discussions tenues lors du premier PrepCom.

Expériences

1.

Existe-il un consensus entre les décideurs politiques de votre pays sur une définition précise du terme ?économie verte dans le contexte de l?éradication de la pauvreté et du développement durable?? Si oui, comment est-il défini? (si pertinent, fournir toutes publications officielles ou études analytiques sur le concept de l?économie verte ou ses implications opérationnelles et sociales, le tout accompagné d?un petit résumé).

11 le concept d?économie verte a été lancé en avril 2011avec l?appui du PNUE 2011. La définition actuelle c?est l?économie qui crée de la croissance, contribue à lutter contre la pauvreté et qui dégrade moins l?environnement. Ce qui est important c?est la définition de la CEDEAO adoptée a Addis Abéba en Ethiopie en 2011 et qui définit l?économie verte « « l?économie verte est l?ensemble des activités conduisant à la réduction de la pauvreté, la création d?emplois verts décents, des richesses et des revenus au profit de la population, qui assure le bien être global pour toutes les personnes tout en maintenant un environnement sain dans le respect des droits humains et de la contribution à la cohésion sociale »

Quels sont les principaux exemples de politiques liées à l?économie verte qui sont actuellement mises en place dans votre pays? (dépenses gouvernementales sur les infrastructures ?vertes?, réformes des subventions, tarification de la pollution, marchés publics, autre) . Les mesures gouvernementales en cours sont : la promotion des achats publics durables, un symposium sur la responsabilité sociétale des entreprises, la promotion et la mise en ?uvre des évaluations environnmentales et surtout la promotion des produits forestiers non ligneux. Des textes sur la circulation des produits dangereux. La comptabilité environnementale est en cours.

Quelles politiques, ou types de politique, devrait-on considérer comme plus utiles pour promouvoir une économie verte, et pourquoi? La promotion des produits forestiers non ligneux, la gestion des déchets, car les effets sont visibles. 80% de la population vit des ressources naturelles constituent .les produits d?exportation reposent sur les mines, le coton, l?élevage. La gestion des déchets crée des emplois verts décents et lutte contre la pauvreté. Les produits forestiers non ligneux impliquent tous des acteurs de la filière dont les femmes depuis la cueillette, la transformation et l?exportation.

Est-ce que la pauvreté et d?autres impacts sociaux probables sont-ils explicitement considérés dans la conception des politiques d?économie verte? Si oui, comment? La pauvreté est bien prise en compte dans la stratégie de croissance accélérée et de développement durable pour la conception de politique d?économie verte par la prise en compte des thèmes émergents (genre, emploi, environnement, aménagement du territoire, renforcement de capacités et intelligence économique) dans l?élaboration des politiques sectorielles.

1. Ces politiques sont-elles mises en ?uvre comme faisant partie d?une stratégie d?économie verte cohérente ou d?une croissance verte? Ces outils sont en cours d?élaboration. 1. Quels sont les principaux bénéfices à tirer de la mise en ?uvre d?une stratégie nationale pour l?économie verte?

1. les bénéfices sont connus : génération de revenue, préservation de l?environnement, création d?emplois décents, maintien de la cohésion sociale, croissance et par conséquent lutte contre la pauvreté. Quels secteurs économiques considérez-vous comme les plus important pour construire une économie verte dans le contexte de l?éradication de la pauvreté et du développement durable? Une économie verte basée sur la gestion des ressources naturelles, la pêche, la foresterie et l?agriculture. Et la gestion des déchets.

Facteurs de succès

1. Quelles politiques sur l?économie verte considéreriez-vous comme les plus efficaces?

1. la valorisation des ressources naturelles et une fiscalité environnementale claire Comment est-ce que ces politiques ont contribué à l?éradication de la pauvreté, ou à d?autres objectifs spécifiques au développement durable?

1. la SCADD est en cours de mise en ?uvre Selon vous, quelles sont les raisons principales de ce succès? (disponibilité d?aptitudes institutionnelles et techniques pertinentes, un fort soutien politique, un vaste engagement de la société civile et des hommes d?affaires, un soutien international, autre)

1. Quelles mesures et actions ont été prouvées efficaces dans la construction dans un engagement politique et populaire pour les mesures liées à l?économie verte? En cours de mise en ?uvre l?Initiative ? pauvreté- environnement du PNUD/PNUE et les modes de consommations et de production durables.

Défis

1. Existent-ils des études dans votre pays qui identifient les facteurs de succès, défis ou risques associés aux politiques liées à l?économie verte soulignées à la Question 1? Pour chacun, fournir un article original ou un lien internet, accompagné d?un petit résumé. Il ya une étude récente conduite dans le cadre de l?Initiative Pauvreté - environnement intitulée « évaluation économique de l?environnement et des ressources naturelles (2011) qui met en relief la contribution de l?environnement et des ressources naturelles au PIB(6,48%) ainsi que le cout de la dégradation et du cout de remediation qui donne des indications sérieuses pour la promotion de l?économie verte.

1. En se basant sur toutes les informations ci-dessus, quel(s) est (sont), selon vous, le(s) résultat(s)- clé(s) qui vont émerger de la Conférence des Nations-Unies sur le développement durable.

12 la définition claire du concept de développement durable. N?est il pas un frein à ceux qui sont développés et polluent ? N?est il pas un frein aux pays émergents qui comment à exploiter au maximum leurs ressources naturelles notamment minières ? Les liens économie verte et mode de consommation et de production durables ? La transition vers une économie verte ? Les indicateurs ? L?implication des financiers. Et l?échéancier pour une réelle économie verte ? Son impact sur le commerce international ?

Document E

Questionnaire sur

le Cadre Institutionnel du Développement Durable

I. Introduction

Le soutien institutionnel pour le développement durable fonctionne horizontalement à travers différents domaines, agences, ministères, groupes de fonction, et pays, alors que l?organisation traditionnelle de l?autorité est verticale, précisément selon les lignes directives des mêmes agences et ministères et autres groupes spécialisés. Dans ce cas-ci, le défi est donc d?identifier les éléments institutionnels qui vont faciliter l?intégration, sur une base continuelle, à travers les différentes lignes d?autorité et les structures de programme, sans les miner ou les déplacer.

Au niveau international, le CNUDD a permis l?établissement de trois principales structures institutionnelles: la Commission du Développement Durable (CDD), le Comité Inter-Agence de Coordination du Développement Durable (IACSD) pour la coordination au sein du système de l?ONU, et le Conseil Consultatif de Haut Niveau pour le Développement Durable (HLB) pour l?orientation intellectuelle. Le CDD reste toutefois la principale institution décisionnelle sur la question du développement durable au sein du système des Nations-Unies, les deux autres structures ayant été abandonnées.

Depuis Rio, plusieurs corps des Nations-Unies et des organisations internationales ont accompli leur travail en se basant sur les principes du développement durable, qui est mentionné dans le Document final du Sommet Mondial de 2005 (Résolution Assemblée Générale A/RES/06/1) comme ?un élément-clé du cadre général des activités des Nations-Unies?.

Aux niveaux nationaux, les premières innovations comprennent les conseils nationaux de développement durable (CNDD), et les stratégies intégrées. L?expérience avec les CNDD a besoin d?être évaluée pour en identifier les leçons à tirer, autant au niveau des réussites, qu?au niveau des échecs. Le processus de développement des stratégies intégrées a bien pris racine, notamment sous la forme de stratégies nationales de développement durable (SNDD); toutefois, il est nécessaire d?examiner cette expérience pour évaluer quelle est la manière la plus efficace pour atteindre cette intégration, et particulièrement, si la présence de plusieurs processus de stratégie en compétition les uns avec les autres (DSRP, plan de développement, stratégie nationale de conservation) risque de nuire à l?objectif même de l?intégration.

Aux niveaux locaux, les Agendas 21 locaux ont été développés par les institutions locales et les municipalités urbaines, et ici encore, il est nécessaire de tirer des leçons de cette expérience.

II. Questionnaire

Les États Membres sont invités à fournir des contributions sur leurs expériences, facteurs de succès, défis et risques pertinents au thème de la CNUDD sur ?le cadre institutionnel du développement durable? en réponse aux questions suivantes qui ont été développées en se basant sur les discussions tenues lors du premier PrepCom. Expériences 1.

Différents changements dans le cadre institutionnel global du développement durable ont été discutés. Selon vous, quelle est l?importance de ces différentes avenues pour une réforme?

Renforcer les institutions existantes

Fusionner les institutions

Améliorer la coordination entre les institutions existantes

Établir de nouvelles institutions

Changer le(s) mandat(s) des institutions

Simplifier/fuseler les institutions

Expliquez vos choix svp, en indiquant quelles sont les mesures concrètes qui doivent être considérées à cet effet.

1.

Je crois qu?il est judicieux de renforcer l?existant pour capitaliser les acquis, revoir certains mandats pour éviter des doublons et en fusionnant certains à d?autres pour une réelle synergie d?actions pour l?efficacité et l?efficience. Comment est-ce que le cadre institutionnel assure-t-il des synergies efficaces entre le CDD et les autres instruments et processus intergouvernementaux existants, y compris les différents accords multilatéraux, les programmes et fonds des Nations-Unies et les processus régionaux?

1.

un cadre adéquat va permettre une bonne synergie des initiatives et l?efficacité et la dispersion des énergies et des ressources. Et une bonne communication et une meilleure circulation de l?information. Comment est-ce que le cadre institutionnel assure-t-il de manière effective la coordination et les synergies entre les différentes agences et organisations responsable des aspects du développement durable?

La préparation, l?organisation et la prise de décision.

1.

Votre pays possède-t-il un conseil national de développement durable (CNDD) (ou un équivalent) ? Oui/Non Pensez-vous qu?un CNDD actif peut faciliter la préparation de votre pays à la CNUDD? Si oui, comment?

Le Burkina Faso dispose d?un Conseil National pour l?environnement et le développement durable(CONEDD). Ce conseil de par sa composition plurielle va faciliter la préparation du pays à la CNUDD en ce sens que certains de ces membres sont dans le comité préparatoire et le conseil va valider le rapport national su le DD de 1992 à nos jours.

1.

Fournir svp les coordonnées (nom et email) du point focal chargé du CNDD de votre pays.

__________________________________________________________

Monsieur OUEDRAOGO RASMANE Point Focal National DD : Email : rasowat@yahoo.fr

1.

Quel rôle le gouvernement local et les sous-nationaux (infranationaux) de votre pays ont-ils joué dans la mise en oeuvre du développement durable depuis Rio?

Concertation, mise en ?uvre des actions, suivi, évaluation et parfois contrôle.

7.

Depuis la Conférence de Rio de 1992, est-ce que la participation des principaux groupes majeurs et autres Parties Prenantes dans les processus décisionnels nationaux sur le développement durable a-t-elle augmentée? Oui/Non Indiquez svp laquelle des formes d?engagement des grands groupes dans la prise de décision sont utilisés dans votre pays (les classer selon l?ordre d?importance avec 1 = plus important):

Participation dans les politiques de développement audiences publiques partenariats comités scientifiques

15

Inclusion dans les délégations internationales

Consultations multilatérales pour des réunions internationales

1.

Nommez les principaux groupes avec lesquels le gouvernement possède des collaborations étroites? Pour chacun, décrivez les principales caractéristiques de la collaboration. La société civile, elle est partie prenante dans l?élaboration, la mise en ?uvre et le suivi évaluation des politiques et stratégies.

Le secteur privé participe également à toutes les actions.

Facteurs de réussite

1.

Existent-ils des exemples, soit dans le domaine de développement durable ou dans des domaines reliés aux politiques de développement durable (OMD, autres), où un cadre institutionnel international a contribué positivement de manière significative des résultats au niveau national? Au niveau international?

Le Burkina reçu un prix en 2010 à New York sur la mise en ?uvre des OMD. L?élaboration participative et inclusive de la SCADD constitue un succès politique important pour le pays.

1.

Comment est-ce que les leçons de telles réussites peuvent être utilisées pour améliorer l?efficacité du cadre institutionnel de développement durable? Ces leçons sont-elles pertinentes pour la CDD? Les concertations, la participation de toutes les parties prenantes et impliquant les régions et les différents niveaux décentralisés constituent des meilleures pratiques.

1.

Comment est-ce que les leçons tirées de telles réussites peuvent être utilisées pour améliorer l?efficacité de l?orientation de la politique/gouvernance environnementale internationale?

1. Chef de file ayant une ouverture d?esprit. Si on renforce le PNUE et on lui dote des ressources nécessaires il peut jouer pleinement son rôle bien sur avec une légitimité institutionnelle.

Selon votre expérience, quels ont été les moyens les plus efficaces pour renforcer la participation des groupes majeurs et des principales parties prenantes dans les efforts nationaux de développement durable?

Au Burkina Faso depuis 1990, l?approche participative est une option nationale. De ce fait tous les groupes sont impliqués dans les efforts nationaux de DD.

Défis

1.

Quels sont les défis les plus importants auxquels font face les institutions internationales chargées de promouvoir le développement durable?

La synergie, le financement, la communication.

1.

Quels sont les défis majeurs auxquels font face les institutions nationales chargées de promouvoir le développement durable dans votre pays?

Ressources humaines et financières. Autonomie de gestion et légitimité institutionnelle forte.

Risques

1.

Quelles décisions la CNUDD devrait-elle chercher à atteindre sur la question relative au cadre institutionnel du développement durable? Quels sont les principaux risques qui menaceraient un succès de la CNUDD sur cette question?

16 : refus des autres structures de se fondre dans une organisation unique. Financement.

Coordonnées du Point Focal/Répondant:

Pays: BURKINA FASO

Nom (facultatif): OUEDRAOGO RASMANE

E-mail (facultatif): rasowat@yahoo.fr

Position: Directeur de la Division des Politiques Environnementales

Ministère/Organisation affiliée: Ministère de l?Environnement et du Développement Durable

Autres Ministères/Organisations consultés dans la préparation du questionnaire: Comité préparatoire de Rio + 20

Autres parties prenantes consultées dans la préparation du questionnaire.

English Translation

Burkina Faso's responses to the questionnaire

Attachment A

Experiences

(1) Are there objective ways of measuring political commitment?

1.1 Yes, there are ways of measuring political commitment.

1.2 Main indicators: Elaboration of the National Strategy for Accelerated Growth and Sustainable Development (SCADD); creation of the Ministry of the Environment and Sustainable Development (MEDD); consideration of the environment and sustainable development in the elaboration of sectoral policies.

1.3 All

(2) Political commitment has been increasing since 1992, because there were very few institutional achievements in the area of sustainable development in 1992. The international community's commitment has been evident since 1992 through the considerable support it has provided.

Success factors

(3) Financial and institutional support has been provided to Burkina Faso to strengthen political support for sustainable development.

(4) Sectors where political commitment has been strongest: management of natural resources (sustainable land management, biodiversity, water, etc.); this commitment may be attributable to food-related, economic and ecological factors.

(5) Elaboration of the Poverty Reduction Strategy Framework; accession to the various conventions of the Rio generation shows that political support for critical issues has been enhanced.

These examples apply to development in that they consider the social and economic aspects of the population as well as the will to manage productive capital (land, biodiversity, etc.) in a sustainable manner.

Challenges

(6) The Government's priorities to accelerate progress towards sustainable development: economic and social development ("Emerging" Burkina) and efforts in the area of environmental restoration.

(7) International cooperation could strengthen support for development by supporting entities charged with its implementation in the area of capacity-building and the tools for this implementation.

(8) There are difficult trade-offs among the three pillars of sustainable development; the environmental pillar is not taken into consideration as much as the economic and social pillars; given the country's existing poverty, the State and its partners tend to focus more on the economic and social pillars.

Attachment B

Experiences

(1) What indicators or information on sustainable development have proven to be most useful for assessing gaps and progress towards sustainable development? Please rank in order of importance 1 = most important. Please also attach or provide a link to relevant statistical databases.

? Economic indicators (GDP growth, trade performance)

? Poverty indicators (Headcount or other measure)

? Social indicators (unemployment, life expectancy)

? Comprehensive indicators (Human Development Index, MDGs)

? Environmental indicators (Environmental Sustainability Index, Footprint)

? Results of public opinion surveys

(2) What indicators of integrated goals and strategies have been most useful? Please rank in order of importance.

? Outcome indicators (correlation between indicators of economic, social, and environmental change)

? Institutional indicators (use of integrated strategies, establishment of coordination mechanisms)

? Commitment indicators (fiscal or other support for integrated sustainable development programmes)

? Information-related indicators (development of analytical and assessment tools, collection of data, investment in research)

? Links: www.scadd-burkina.com.

(3) Based as far as possible on these indicators, please provide an assessment of the progress made towards sustainable development over the past 18 years (1992-2010), (a) at the level of your country (where applicable) and (b) globally. Please attach any relevant technical studies or policy analyses. For each input, kindly provide the original article or url, and enter a short abstract.

Over the past 18 years, Burkina Faso has made progress in taking into account the three pillars of sustainable development through the Poverty Reduction Strategy Framework (PRSF) and the establishment in 1995 of the National Council for Environmental Management (CONAGESE), which became the National Council for the Environment and Sustainable Development (CONEDD) in 2002. The country has also created ministerial, inter-ministerial and private sector entities for the implementation of sustainable development: Inter-ministerial Committee for Sustainable Development; environmental units in ministries (12), corporations (6) and the regions (3), etc.

At the local level: establishment of environment and local development commissions in all municipalities.

Elaboration of an action plan for implementation of institutional and legal reforms aimed at decentralization in the forestry sector (2006).

Success factors

(4) What factors explain progress in implementation? Please rank in order of importance.

? Use of integrated strategies

? Investment in technical and institutional capacity

? Financial support from international sources

? Generalized economic growth and prosperity

? Realities of environmental degradation

(5) Has your government introduced integrated planning and decision-making for sustainable development? If so, under what title (NSDS, PRSP, Five Year Plan, NCS or NEAP, other)? What are the lessons from this experience?

Yes, under NEAP, PRSF and the National Strategy for Accelerated Growth and Sustainable Development (SCADD), the National Rural Sector Programme (PNSR) that is being finalized, and the APRM (African Peer Review Mechanism) plan of action.

Many lessons can be drawn from this experience, including greater awareness of policymakers and all development actors and a commitment by all to effect change. However, owing to a lack of resources and poor coordination, concrete actions are not always possible.

(6) Are there examples of strong public-private partnerships for sustainable development in your country? How have these been promoted?

All actors are involved, but the private sector's involvement is always limited, given its organization and limitations. There are tools, however, such as the "annual government-private sector consultation" and the "environment and private sector" symposium.

(7) Is the technical assistance from United Nations system entities a key factor in explaining progress with sustainable development? If so, in what areas or sectors (MDGs, water, energy, health, agriculture, biodiversity, forests, climate change, jobs, other)?

Yes, the support of United Nations system entities has been a major factor in the outcomes achieved with regard to biodiversity, water, energy, forestry, climate change and the MDGs.

Challenges

(8) What are the major barriers to implementation? Please rank in order of importance 1 = most important.

(1) Low political priority for integrated decision-making

(2) Inadequate coordination between ministries

(3) Lack of data

(4) Inadequate public awareness or engagement

(5) Problems created by slow growth

(6) Inadequate or unpredictable international support

(7) Limited amount of resources allocated

(8) Difficulty in involving the private sector

(9) What steps need to be taken to address these barriers in an effort to bridge the implementation gaps?

The main steps are:

? Increased political will and commitment

? A good communication strategy

? Adequate financial support for the implementation of sustainable development

? Capacity-building at all levels

? Better coordination of the actions of ministries

? Provision of adequate financial and human resources to the coordination entity

? Alternative solutions for the exploitation of certain resources (forests, wildlife, fishery, etc.), which entails poverty reduction among the population.

(10) What are the main difficulties experienced in promoting integrated planning and decision-making?

Ensuring that the environment is taken into consideration in sectoral policies and by the private sector; insufficient mainstreaming capacities, exacerbated by inadequate oversight and monitoring.

(11) What further actions could be taken to promote effective voluntary actions and partnerships?

Sensitization, awareness-raising and motivation of all actors and partners; and incentive measures for the private sector (tax relief and transfer of clean technologies).

Risks

(12) What are the risks to sustained progress towards convergence among the three pillars of sustainable development?

Certain long-term projects might not be implemented; and support from certain partners might be limited.

Attachment C

Experiences

(1) What five new and emerging challenges are likely to affect most significantly your country?s prospects for sustainable development in the coming decade? Please rank in order of importance.

? Poverty

? Climate change

? Search for economic development

? Level of literacy among the population

? Patterns of consumption and production

(2) What mechanisms have been put in place in your country to address these challenges: At local level? At the national level?

At the local level: ongoing elaboration of local Agendas 21; improvement of production systems.

At the national level: employment creation; improvement of levels of education and literacy among the population; promotion of the multi-country programme document (MCPD); promotion of the Clean Development Mechanism (CDM); and development of SCADD, which encompasses the poverty reduction strategy and promotion of sustainable development, including the MDGs.

(3) In which of these areas has support from the international community been forthcoming? In what areas is new or enhanced international support needed?

International support is expected in all areas; new enhanced support will be needed for MCPDs and the green economy.

(4) What new and emerging challenges should be acted upon at UNCSD?

Poverty reduction, waste management and urban transport are new challenges that must be acted upon at UNCSD.

Success factors

(5) What factors explain the successful ability to address new and emerging challenges?

? Adequate financial resources

? Investment in essential infrastructure

? Literacy and awareness among the population

? Effective communication systems

? Availability of data and technical capacity

? South-South cooperation

? Regional cooperation (Africa, WAEMU, ECOWAS)

(6) What steps have been taken or are under consideration in your country to enhance these success factors?

? Modernization of administration

? Efforts in developing statistical data

? Capacity-building at all levels

? The country's membership in African and subregional organizations

Challenges

(7) How can the link between science, education, and policy be strengthened to address the new and emerging challenges, especially those identified above?

Science through research offers innovative solutions that provide valuable information for policymakers to take appropriate decisions. Those decisions would allow for the inclusion of sustainable and long-term activities in the educational system, because trained actors develop new attitudes and responsible conduct towards emerging themes.

(8) How can international support be harnessed effectively to address these challenges?

International support can be used to strengthen actors' intervention capacities for the implementation of policies and measures. This could be accompanied by technology transfer.

Risks

(9) Do the new and emerging challenges pose a fundamental risk to the prospects of economic growth and development of your country?

Yes, the new UNCSD challenges ? combating growing poverty, natural disasters and climate change ? could pose a risk of over-exploitation of natural resources and compromise Burkina Faso's sustainable development.

(10) How can the risks to the poor and other vulnerable populations be addressed?

Attachment D

Questionnaire on Green economy in the context of sustainable development and poverty eradication

I. Introduction

The concept of the green economy is one of the several closely related constructs that have emerged in recent years to enhance convergence among the three pillars of sustainable development. While the idea has an intrinsic appeal, questions have been asked regarding conceptual clarity, precise definition, and implications for key social and economic goals.

One specific question pertains to the difference between the ideal concept of a ?green economy? and the near- to medium-term implications of the ?transition to a green economy?.

In the literature, most treatments invoke the term in order to outline elements and actions that should normally be described as ?greening of the economy?. The more comprehensive of such treatments seek to unite under a single banner a broad suite of economic policies that are relevant to achieving sustainable development.

The Prepcom also raised a number of questions regarding the impact of the ?transition to a green economy? on other goals, notably macroeconomic outcomes (especially income growth), trade competitiveness, protectionism, aid conditionality and poverty and livelihoods. In addition, the delegates asked for sharing of experiences, success factors, challenges, and risks in the practical application of some of the recommended instruments.

II. Questionnaire

Member States are invited to provide contributions and inputs on experiences, success factors, challenges and risks pertaining to the UNCSD theme ?Green economy in the context of sustainable development and poverty eradication? in response to the following questions which have been developed based on the discussions which took place at the first Prepcom.

Experiences

Is there a consensus among policymakers in your country on the meaning of the term ?green economy in the context of sustainable development and poverty eradication?? If so, how is it defined? [If relevant, please provide any official publications or analytical studies on the concept of green economy or its operational or social implications, together with a short abstract]

The concept of the green economy was launched in April 2011 with the support of UNEP 2011. It is currently defined as an economy that creates growth, contributes to poverty reduction and causes less damage to the environment. Of significance is the definition adopted by ECOWAS in Addis Ababa, Ethiopia in 2011, which states that the green economy is the set of activities that leads to poverty reduction, creation of decent green jobs, wealth and revenues for the population and provides for the general well-being of all persons, while maintaining a healthy environment, respecting human rights and contributing to social cohesion.

What are the main examples of green economy policies that are currently in place in your country? (e.g., government expenditures on green infrastructure, incentives for private investment in green sectors, subsidy reform, pricing of pollution, Public procurement, other)

The following measures are being implemented by the Government: promotion of sustainable Public procurement, organization of a symposium on the social responsibility of corporations, promotion and implementation of environmental assessments and, above all, promotion of non-timber forest products. Texts on the movement of hazardous products and environmental accounting are being prepared.

Which policies, or types of policy, do you consider to be most effective in promoting a green economy and why?

Promotion of non-timber forest products and waste management, because their effects are visible; eighty per cent of the population relies on natural resources for its livelihood; the principal exports are minerals, cotton and livestock. Waste management creates decent green jobs and combats poverty; non-timber forest products involve all actors of the sector, including women, from harvesting to transformation and export.

Are poverty and other possible social impacts explicitly considered in the design of green economy policies? If so, how?

Poverty is taken into consideration in the National Strategy for Accelerated Growth and Sustainable Development for the design of green economy policies; emerging themes such as gender, employment, environment, territorial development (land management), capacity-building and business intelligence are also taken into consideration in the elaboration of sectoral policies.

Are these policies being implemented as part of a coherent green economy, or green growth, strategy?

These tools are still being developed.

What are the main perceived benefits of implementing a national green economy strategy?

The benefits are well known: income generation, preservation of the environment, creation of decent jobs, maintenance of social cohesion, growth and, consequently, poverty reduction.

What economic sectors do you consider to be most important to building a green economy in the context of sustainable development and poverty eradication?

A green economy based on natural resources, fisheries, forestry, agriculture and waste management.

Success factors

What green economy policies would you rate to be most effective?

Development of natural resources and a clear environmental tax policy.

How have those policies contributed to poverty eradication, other specific sustainable development goals?

SCADD is being implemented.

What in your view are the principal reasons for their success? (e.g., availability of relevant institutional or technical capacity, strong political support, broad engagement of business and civil society, international support, other)

What steps and actions have proven effective in building political and popular ownership for green economy measures?

The UNDP-UNEP Poverty-Environment Initiative and sustainable patterns of consumption and production are being implemented.

Challenges

Are there studies for your country that identify success factors, challenges or risks associated with green economy policies identified under Question 1? For each, kindly provide the original article or web link, and a short abstract.

There is a recent study conducted under the Poverty-Environment Initiative, entitled "Economic Assessment of the Environment and Natural Resources (2011)", which highlights the contribution of the environment and natural resources to GDP (6.48 per cent), as well as the costs of degradation and remediation, which have serious implications for the promotion of the green economy.

Based on all of the above, what is (are) the key outcome(s) you think could emerge from the UN Conference on Sustainable Development in 2012 with respect to a ?green economy in the context of sustainable development and poverty eradication??

A clear definition of the concept of sustainable development. Is that concept not an obstacle to developed countries that pollute? Is it not an obstacle to emerging countries that are beginning to fully exploit their natural resources, especially their mineral resources? The links between green economy and sustainable patterns of consumption and production? The transition to a green economy? The indicators? The involvement of financiers? The timetable for a real green economy? Its impact on international trade?

Attachment E

Questionnaire on Institutional framework for sustainable development

I. Introduction

Institutional support for sustainable development works horizontally across different domains, agencies, ministries, functional groups, and countries, while the traditional organization of authority and action is vertical, precisely along the lines of the same agencies and ministries and other specialities. So, the challenge is to identify institutional elements that can facilitate integration, on a continued basis, across existing lines of authority and programme structures, without undermining or displacing them.

At the international level, UNCED led to the establishment of three main institutional structures to pursue sustainable development, namely the Commission on Sustainable Development (CSD) for political leadership, the Inter-Agency Coordination on Sustainable Development (IACSD) for coordination within the UN system, and the High Level Advisory Board on Sustainable Development (HLB) for intellectual guidance. CSD remains the principal policy making institution on sustainable development within the UN system, but the other two structures were discontinued. Since Rio, many UN bodies and international organizations have aligned their work with the principles of sustainable development, which is referred to in the 2005 World Summit Outcome (GA Resolution A/RES/06/1) as ?a key element of the overarching framework of United Nations activities?.

At national levels, early innovations include national sustainable development councils (NSDC), and integrated strategies. The experience with NSDCs needs to be assessed to identify lessons of success as well as failure. The process of developing integrated strategies has taken root, including in the form of national sustainable development strategies (NSDS), but there is a need to review this experience to assess how best the goal of integration can be advanced, and in particular whether the existence of several competing strategy processes (e.g., PRSP, development plan, national conservation strategy) can undermine the very goal of integration.

At local levels, Local Agendas 21 were developed by local institutions and urban municipalities, and again there is a need to draw lessons from this experience.

II. Questionnaire

Member States are invited to provide contributions and inputs on experiences, success factors, challenges and risks pertaining to the UNCSD theme ?Institutional framework for sustainable development? in response to the following questions which have been developed based on the discussions which took place at the first Prepcom.

Experiences

Various changes in the global institutional framework for sustainable development have been discussed. In your experience, what is the importance of the following avenues for reform?

? Strengthen existing institutions

? Merge institutions

? Improve coordination among existing institutions

? Establish new institutions

? Change mandate(s) of institution(s)

? Streamline institutions

Kindly explain your choices, indicating what concrete measures could be considered in this regard.

I believe that existing measures should be strengthened in order to capitalize on achievements; certain mandates should be reviewed in order to avoid duplication; and others should be merged in order to achieve real synergies that enhance efficiency and effectiveness.

How can the institutional framework ensure effective synergies between the CSD and other existing inter-governmental instruments and processes, including different multilateral agreements, United Nations programmes and funds, and regional processes?

An appropriate framework will allow for good synergy among initiatives, efficiency and dispersion of energies and resources, good communication and better circulation of information.

How can the institutional framework ensure effective coordination and synergies among different agencies and organizations responsible for aspects of sustainable development?

Preparation, organization and decision-making.

Does your country have an active national sustainable development council (NSDC) (or equivalent)? Yes/No Do you think an active NSDC could facilitate your country?s preparations for UNCSD? If so, how?

Burkina Faso has a national environment and sustainable development council (CONEDD) with broad membership; the council will facilitate the country's preparation for UNCSD, as some of its members are also members of the preparatory committee, and also validate the national report on sustainable development from 1992 to date.

Please provide the name and e-mail contact of the focal point for your country?s NSDC.

Mr. Ouedraogo Rasmane, National Sustainable Development Focal Point: E-mail: rasowat@yahoo.fr

What role has sub-national and local government in your country played in implementing sustainable development since Rio?

Consultation, implementation of actions, monitoring, evaluation and, sometimes, oversight.

Since the UNCED (Rio) in 1992, has the participation of major groups and other relevant stakeholders in national decision-making processes on sustainable development significantly increased? Yes/No Please indicate which of the following forms of engagement of major groups in decision making are commonly used in your country (ranking in order of importance with 1 = most important):

? Participation in policy development

? Public hearings

? Partnerships

? Scientific panels

? Inclusion in international delegations

? Multi-stakeholder consultations for international meetings

Name the major groups with which your Government has had the closest collaboration? For each, briefly describe the main features of the collaboration.

Civil society is a stakeholder in the elaboration, implementation, monitoring and evaluation of policies and strategies; the private sector also participates in all actions.

Success factors

Are there examples, whether in the sustainable development domain or in related policy domains (e.g., MDGs, other), where an effective institutional framework has contributed to significant positive outcomes at national level? international level?

Burkina Faso received an award in 2010 in New York on the implementation of the MDGs; the participatory and inclusive elaboration of SCADD is a major political success for the country.

How can the lessons from such successes be used to enhance the effectiveness of the institutional framework for sustainable development? Are the lessons relevant to the Commission on Sustainable Development?

Consultations, participation of all stakeholders and involvement of the regions and the various decentralized levels are examples of best practices.

How can the lessons from such successes be used to enhance the effectiveness of international environmental governance/policy guidance?

Being a leader with an open mind: if UNEP is strengthened and given the necessary resources, it can, of course, fulfil its role with institutional legitimacy.

What in your experience have been the most effective means of strengthening major group and other relevant stakeholders? participation in national sustainable development efforts?

Since 1990, the participatory approach has been a national option in Burkina Faso. Consequently, all groups are involved in national sustainable development efforts.

Challenges

What are the most significant challenges facing international institutions charged with promoting sustainable development?

Synergy, financing, communication.

What are the most significant challenges facing national institutions charged with promoting sustainable development in your country?

Human and financial resources; independent management and strong institutional legitimacy.

Risks

What decisions should UNCSD aim to reach on the institutional framework for sustainable development? What are the main risks threatening a successful UNCSD outcome on the institutional framework?

Refusal by other entities to become part of a single organization; financing.

Contact Information of Focal Point/Respondent:

Country: Burkina Faso

Name (optional): Ouedraogo Rasmane

E-mail (optional): rasowat@yahoo.fr

Title: Director, Environmental Policy Division

Affiliated ministry/organization: Ministry of the Environment and Sustainable Development

Other ministries/organizations consulted in preparation of questionnaire: Rio + 20 preparatory committee.

Other stakeholders consulted in the preparation of the questionnaire:
Copyright (c) United Nations 2011 | Terms of Use | Privacy Notice | Contact | Site Map | New