Central African Republic
Information
  • Date submitted: 1 Nov 2011
  • Stakeholder type: Member State
  • Name: Central African Republic
  • Submission Document: Download
Keywords: Justice (23 hits),

Full Submission

Translated from French

Ministry of Environment and Ecology

Office of Cabinet Affairs

Central African Republic

No. 03/MEE/DIRCAB/011

Decree supplementing the provisions of Decree No. 003/MEE/DIRCAB of 16 February 2010, designating or confirming the focal points for monitoring and implementing various international and regional legal instruments concerning the environment

Considering the Constitution of 27 December 2004;

Considering Constitutional Act No. 10,005 of 11 May 2010, modifying and supplementing certain provisions of the Constitution of 27 December 2004;

Considering Act No. 07,018 of 28 December 2007, establishing the Environment Code of the Central African Republic;

Considering Decree No. 11,032 of 18 April 2011, designating the Prime Minister and Head of Government;

Considering Decree No. 11,034 of 22 April 2011, designating the members of the Government, and subsequent amendments thereof;

Considering Decree No. 09,239 of 27 August 2009, establishing the structure and function of the Ministry of Environment and Ecology and setting out the remit of the Minister;

Considering Decree No. 003/MEE/DIRCAB of 16 February 2010, designating or confirming the focal points for monitoring and implementing various international and regional legal instruments concerning the environment,

The Minister of Environment and Ecology hereby decrees:

Article 1: The provisions of Decree No. 003/MEE/DIRCAB of 16 February 2010, designating or confirming the focal points for monitoring and implementing various international and regional legal instruments concerning the environment, shall be supplemented as follows: Sustainable development:

? National focal point: Mr. Christophe Ndarata Massanguet;

? Assistant national focal point: Mr. Ralph Mercier Degue-Nambona

Article 2: The present Decree, which shall take effect as from the date of its signature, shall be recorded and promulgated wherever the need arises.

Done at Bangui on 21 September 2011

(Signed) François Naoueyama

Minister of Environment and Ecology

Copies:

DIRCAB

UNDP

COMIFAC

OIF

CEAC

Other interested parties File |--------------------------------|


REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE
REPONSE AU QUESTIONNAIRE SUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE

DOCUMENT A

Questionnaire :
Susciter un engagement politique renouvelé pour le développement durable
I. Introduction
II. Questionnaire
Expériences

1. Existent ? ils des moyens objectifs de mesurer l?engagement politique ? Quels en sont les indicateurs principaux ? Selon vous, quels indicateurs sont les plus utiles ? (exemples : nouvelles législation, Politiques publiques, le soutien et l?allocation budgétaire, la Proéminence des institutions compétentes, le niveau d?intérêt des médias, etc.)
Oui il existe des moyens objectifs pour mesurer l?engagement politique du Gouvernement Centrafricain.
Les indicateurs les plus utiles sont :
? Nouvelle législation ;
? Politiques publiques ;
? Les stratégies et projets ;
? Le soutien et l?allocation budgétaire.

2. En se basant si possible sur ces indicateurs, comment évaluerez vous l?engagement politique du gouvernement national aujourd?hui sur la question du développement durable comparé à 1992 ? Et celui de la communauté internationale?
En se basant sur ces indicateurs on estime que le niveau d?engagement politique du gouvernement national et de la communauté international sur les questions du développement durable reste faible.

Facteurs de Succès
3. Quelles actions ont été introduites dans votre pays pour renforcer le support politique pour le développement durable ?
Les actions menées dans le pays pour renforcer le support politique pour le développement durable sont :
? L?organisation d?un dialogue national en 2003 puis d?un dialogue politique inclusif en 2008 ;
? L?organisation en avril 2008 d?un séminaire national sur la réforme du secteur de la sécurité (RSS) ;
? L?organisation des états généraux des secteurs minier, forestier, agricole, de Justice et des finances ;
? L?organisation d?un forum national de la jeunesse ;
? L?adoption de l?approche pôle de développement ;
? La ratification des conventions internationales ;
? L?adoption des nouvelles lois et règlements ;
? L?élaboration des différentes stratégies et programmes ;
? L?élaboration et l?exécution des projets ;
? Création des nouvelles institutions chargées de la gestion de l?environnement et des autres secteurs.

4. Existent-ils des secteurs (exemples : énergie, eau, biodiversité ou autre) où l?engagement politique national pour atteindre les objectifs du développement durable a été particulièrement importante/fort ? Si oui, quels facteurs peuvent expliquer cet engagement ?
Oui, il ya plusieurs secteurs d?activités où l?engagement politique national visant à atteindre des objectifs de développement durable a été particulièrement fort. Il s?agit des secteurs suivants :
1. Economie et Finances
2. Commerce ;
3. Environnement ;
4. Eaux et Forêts ;
5. Social ;
6. Développement rural ;
7. Eaux ;
8. Energie ;
9. Education ;

Les facteurs qui sous ? tendent cet engagement sont essentiellement la ratification des conventions internationales, l?adoption des lois et règlements, l?élaboration des stratégies, l?exécution des projets et la création des institutions appropriées. Ils se présentent de la manière suivante :

I/ Economie :

 L?économie centrafricaine est dominée par le secteur primaire qui représentait 52,2% du produit intérieur brut (PIB) en 2008, suivi du secteur tertiaire (30,3%) et du secondaire (12,4%). L?agriculture de subsistance (28,5% du PIB) et l?élevage (12,5% du PIB) constituent les principales activités du secteur primaire. Le secteur forestier, les industries extractives (principalement le diamant), et les cultures de rentes (essentiellement le café et le coton) ne contribuent que marginalement au PIB, mais demeurent les principales sources de recettes d?exportations et de revenu des populations en milieu rural. L?économie centrafricaine a connu un élan de reprise entre 2003 et 2007, avec un taux de croissance qui est passé de -7,1% à 4,2% dans un contexte marqué par le retour progressif à la stabilité sociopolitique et la mise en oeuvre de réformes dans les domaines clés. Malgré le faible niveau de l?investissement public, le niveau global de l?investissement a augmenté, soutenu par l?investissement privé dans les secteurs des mines, des transports et de la télécommunication.

 L?investissement étranger a progressé tout comme la consommation privée avec le paiement régulier des salaires. Cependant, la croissance du secteur agricole est faible en raison de l?insuffisance des infrastructures et des services d?encadrement, de l?insécurité dans certaines zones rurales, et de la faible performance des cultures de rente. Depuis 2008, l?économie centrafricaine a subi les effets combinés de la détérioration de l?environnement international et des différents chocs (crise de l?électricité au niveau national, flambée des prix du pétrole, crise alimentaire, dépréciation du dollar américain face à l?Euro, et crise financière internationale).

 Le taux de croissance du PIB réel est redescendu à 2,2% en 2008, soit un net recul de 2 points par rapport à 2007 et de 2,7 points par rapport aux projections initiales pour 2008. La crise financière internationale s?est notamment traduite par une forte contraction de la demande extérieure nette en 2008. Les exportations de biens ont reculé de 23% en 2008 contre des prévisions de croissance de 17,6% avant la crise. Cet effondrement des exportations a occasionné un alourdissement du déficit du compte courant (transferts publics inclus) de -6,1% du PIB en 2007 à -8,8% en 2008, qui a atteint -9,8% en 2009. En outre, la faible mobilisation des financements extérieurs s?est traduite par une baisse des investissements publics qui a contribué à freiner la croissance dont le taux est estimé à 2% en 2009. La gestion macro-économique a été marquée par la mise en oeuvre, globalement satisfaisante, du programme des réformes du gouvernement, soutenu par la Facilité pour la Réduction de la Pauvreté et la Croissance (FRPC) 2007- 2009, ce qui a permis d?atteindre le point de décision de l?initiative des Pays Pauvres Très Endettés (PPTE) en septembre 2007 et le point d?achèvement en juin 2009.

 La politique budgétaire qui visait la stabilité du cadre macroéconomique ainsi qu?une meilleure mobilisation des ressources intérieures et extérieures s?est également inscrite dans la logique du renforcement des dépenses sociales et de la couverture des besoins de la stratégie de réduction de la pauvreté. Les recettes totales ont représenté 10,5 % du PIB alors que les dépenses publiques2 ont atteint 16,7% en 2008.

 En matière de dette publique, après la prise en compte de l?allègement intérimaire PPTE, du rééchelonnement accordé par les créanciers du Club de Paris, et des échéances réglées, le ratio du stock de la dette extérieure (encours et arriérés) rapporté au PIB s?est inscrit en baisse, passant de 68,5% en 2007 à 63,2% en 20083. L?étape d?une réduction importante du niveau de l?encours et du service de la dette extérieure a été franchie avec l?atteinte du point d?achèvement de l?initiative PPTE renforcée le 30 juin 2009. Ce qui a permis désormais de rendre la RCA éligible à un allégement supplémentaire de sa dette, au titre de l?initiative d?allégement de la dette multilatérale (IADM) dont les économies attendues, devraient être orientées vers les secteurs sociaux (Education et Santé) et les infrastructures en vue de l?amélioration des indicateurs de suivi des OMD et la lutte contre la pauvreté.

 Bien que l?évolution de l?économie au cours des quatre dernières années soit bien orientée, la croissance moyenne annuelle du PIB (2006-2009) par tête n?a été que de 0,93%, niveau très inférieur au taux d?accroissement démographique estimé à 2,5% au cours de la même période. Ce qui n?a que peu ou pas d?impact sur la pauvreté dont l?incidence nationale reste trop élevée (62%)4 en 2008.

 Facteurs de la bonne gouvernance économique :
o Création du Comité Interministériel de Réflexion sur la Corruption par Décret n° 05.231 du 19 août 2005 et, l?Arrêté n° 05.002 du 24 août 2005 fixant les modalités d?application dudit décret. Le comité est chargé de, (i) réfléchir et élaborer des stratégies permettant d?enrayer le système de corruption qui provoque le dysfonctionnement dans les services publics et parapublics occasionnant d?importants coûts économiques et sociaux et ; (ii) étudier les conditions de création d?une structure permanente de lutte contre la corruption ;
o En 2005 création de l?Agence Nationale d?Investigation Financière (ANIF) conformément à l?article 25 du Règlement n°01/03-CEMAC-UMAC-CM du 4 avril 2003, portant prévention et répression du blanchissement des capitaux et du financement du terrorisme en Afrique Centrale. L?ANIF a pour mission de recevoir, traiter et, le cas échéant, de transmettre aux autorités judiciaires compétentes tous les renseignements propres à établir l?origine des sommes ou la nature des opérations faisant l?objet de la déclaration de soupçon au titre de la lutte contre le blanchissement des capitaux et le financement du terrorisme;
o Par Décret n°06.289 du 02 septembre 2006, il a été décidé de la dissolution et de la mise à la réforme de l?Administration des Douanes et Des Droits Indirects du Ministère des Finances et du Budget. Ainsi, un Comité de Pilotage des Réformes de l?Administration des Douanes chargé de restructurer les services de ladite institution pour un meilleur rendement a été mis en place par Décret n°06.291 du 02 septembre 2006 ;
o En 2006, le Gouvernement a ratifié à travers (i) la Loi n° 06.010 du 03 juillet 2006, la Convention de l?Union Africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption et, (ii) la Loi n°06.011 du 03 juillet 2006, la Convention des Nations Unies contre la corruption ;
o Par arrêté n°26 et 27 du 21 juin 2006, le Premier Ministre a crée le Comité Technique chargé de la Vérification de l?authenticité des diplômes ayant servi à l?intégration ou au reclassement des fonctionnaires et agents de l?Etat. Les objectifs recherchés étaient, (i) détecter les faux diplômes ; (ii) maîtriser les effectifs des fonctionnaires et agents de l?Etat ; (iii) rémunérer et utiliser les fonctionnaires et agents de l?Etat par rapport à leurs compétences/capacités (diplômes) réelles et ; (iv) apurer la base de données du FURCA ;
o En 2007, par Décret n°07.136 du 16 mai 2007 est instituée une procédure simplifiée dans le cadre du FURCA 2 qui va mettre fin à la gestion manuelle du fichier solde ;
o En 2008, par Décret n°08.133 du 29 mars 2008, sera créé le Comité National de Lutte Contre la (CNLC) et l?Arrêté n°018 du 31 mars 2008 qui définit les modalités d?application dudit décret. Le Comité est chargé de : (i) élaborer et mettre en ?uvre la stratégie nationale de lutte contre la corruption et assurer sa diffusion auprès des acteurs publics et privés et; (ii) coordonner, superviser et aider à la formulation des différentes actions du Gouvernement relatives à la lutte contre la corruption, la transparence et la bonne gouvernance ;
o La Loi n°08.017 du 06 juin 2008 promulgue le Code de marchés publics et délégations de service public en RCA. Il prévoit la création d?une Direction Générale des Marchés Publics et d?une Autorité de régulation des marchés publics ;
o En 2008, la loi n°08.022 du 17 octobre 2008 portant sur le nouveau Code Forestier de République Centrafricaine a été promulguée. Cette loi se propose de rendre la gestion de la forêt centrafricaine plus transparente en mettant des dispositifs attrayants pour rassurer les investisseurs ;
o Le nouveau Code Minier de la RCA a été aussi voté et promulgué en 2008. il prévoit la lutte contre la fraude et la participation de l?Etat aux activités de recherche et d?exploitation minière ;
o En 2008, c?est l?adhésion de la RCA à l?Initiative de Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) et, le Décret n°08.260 du 18 juillet 2008 crée un dispositif institutionnel de l?ITIE en RCA dénommé ITIE-RCA. Elle a pour mission de : (i) assurer la transparence des paiements et des revenus générés par les industries extractives; (ii) rendre cette information accessible à la société civile et au grand public et; (iii) favoriser le bon usage de cette richesse afin qu?elle soit le moteur de la croissance économique et du développement durable
o En 2008, le Décret n°08.338 du 28 septembre 2008 porte déclaration de patrimoine des personnalités, fonctionnaires publics et dirigeants des entreprises et offices publics et élargissant ainsi le champ d?action de la Constitution du 27 décembre 2004 ;
o Un Guichet Unique de formalités des entreprises en République Centrafricaine a été créé en 2008 en vue de, (i) simplifier les procédures de formalités de création, modification, dissolution ou cessation d?activités ; (ii) accueillir, informer, orienter et conseiller les investisseurs nationaux et étrangers ; (iii) contribuer à l?amélioration de l?environnement économique des affaires et ; appuyer la réalisation d?études de filières et la mise en place de bases de données sur le secteur privé ;
o Un Bureau d?Accueil des usagers a été mis en place au sein de l?Inspection Générale des Finances par l?Arrêté du Ministre des Finances le 21 juillet 2008. il est chargé de recueillir les doléances des usagers des services de l?Etat et de procéder à des investigations pouvant conduire à identifier les phénomènes de corruption, fraude, malversation ainsi que leurs auteurs.

II/ Commerce :

 Ratification des Accords internationaux :
o Loi N°06.026 du 04.09.2006 autorisant la ratification de la convention portant statuts du fonds africain de garantie et de coopération économique (FAGACE) ;
o Loi N°07.014 du 05.06.2007 autorisant la ratification de l?Accord Instituant l?Organisation Mondiale du Commerce ;
o Loi N°08.011 du 13..02.2008 portant organisation du Cadre Institutionnel et Juridique applicable aux Entreprises et Offices Publics ;
o Loi N°08.014 du 16.05.2008 autorisant l?Accord de partenariat ACP-UE signé à Cotonou le 23 juin 2000, révisé à Luxembourg le 25 juin 2005 ;
o Loi N°08.015 du 16.05.2008 autorisant la ratification du Protocole sur les Amendements à l?Acte Constitutif De l?Union Africaine ;
o Loi N°08.017 du 06.05.2008 portant Code des Marchés Publics et Délégation de Service Public en RCA ;
o Loi N° 09.008 du 14.07.2009 portant autorisation de la ratification du Traité révisé relatif à l?Organisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA) ;
o Au niveau de la CEMAC, des efforts ont été faits par les Etats en vue d?harmoniser certains secteurs de services. Il s?agit principalement des secteurs financiers, des transports, du commerce, des investissements, des professions libérales.

Tableau : Directives régionales sur les services

[UNDESA/DSD]: Please download original submission to view table

o le Code communautaire de la Marine Marchande (CEMAC) du 03 août 2001. Ce code fixe la réglementation des activités techniques et commerciales de la marine marchande de l?UDEAC du 22 décembre 1994 et fait référence à certaines dispositions des règles de Hambourg de 1978,
o le code de la navigation intérieure CEMAC/RDC du 17 décembre 1999 dont l?application est devenue définitive sur toutes les voies navigables le 09 décembre 2004 par Arrêté n°0025/04/MET/CAB/SG/DGT du 09 novembre 2004.

 Adoption des lois :
o Loi N°08.025 du 29.12.2008 fixant la Valeur Minimum Mensuelle d?Exportation des Diamants Bruts en RCA ;
o Loi n°94.006 du 08 octobre 1994 fixant les taxes d?abatage et de permis de chasse ;
o La Loi n°96.008 du 13 Janvier 1996 a été remplacée par la Loi n*07.020 du 28 décembre 2007 porte régulation des télécommunications en République Centrafricaine ;
o L?Ordonnance n°03.004 a également été remplacée par la Loi N°07.021 du 28 décembre 2007, fixant les taxes et redevances en matière d?établissement et/ou d?exploitation des réseaux et services des télécommunications applicables sur toute l?étendue du territoire national ;
o L?Agence chargée de la Régulation des Télécommunications (ART) est créée par Loi n°96.008 portant Régulation des Télécommunications en RCA. Elle est régie par le Décret n°96.241 portant approbation des statuts de l?ART ;
o Loi N°02.002 du 15 janvier 2002, portant création de l?Ordre National des Experts Comptables ;
o Loi N°92.02, du 26 mai 1992, portant Libéralisation des Prix et Réglementation de la Concurrence : par cette loi, le Gouvernement a libéralisé totalement les activités économiques en Centrafrique. C?est sur la base de cette Loi que toutes les branches d?activités économiques on été libéralisées.
o Loi N°01.010 du 10 janvier 2001, portant Charte des investissements : cette loi offre l?opportunité aux opérateurs économiques de bénéficier des avantages fiscaux allant de 2 ans à 5 ans en fonction de la taille des investissements.

 Adoption des règlements :
o Le Décret n° 01.242 du 14 septembre 2001 détermine les conditions d?exercice des activités de tourisme (établissements d?Hébergement, Restauration, Voyagiste, Agence de voyage et de Tourisme et promotion et valorisation du Patrimoine Touristique et fixe les conditions d?exploitation de ces activités touristiques) ;
o l?Arrêté n°012 du 19 juin 2002 conditionne l?accès au marché pour l?exploitation de restaurant à l?obtention d?un agrément délivré par le Ministère du Tourisme ;
o L?Arrêté n°013 du 19 juin 2002, conditionne l?exercice de profession de guide touristique à l?obtention d?un agrément délivré par le Ministère du Tourisme ;
o Pour l?exercice des activités d?agence de voyage et de tourisme, l?Arrêté n°020 du 02 août 2002 le soumet à l?obtention d?un agrément.
o Décret N°05.013 du13 janvier 2005 portant organisation et fonctionnement du Ministère du Commerce, de l?Industrie et de la Promotion du Secteur Privé et fixant les attributions du Ministre.

 Mise en ouvre du projet d?appui à la mise en ?uvre de projet du Cadre Intégré Renforcé :
La mise en ?uvre de ce projet qui va prendre fin en 2012 a permis d?obtenir, entre autres, les résultats fondamentaux suivants :
o Les acteurs de la filière sésame sont identifiés, organisés et appuyés et 1500 tonnes ont été vendues par les producteurs pour une valeur de 330 millions de Francs CFA soit 733.333 USD. En plus un test de transformation du sésame en huile a été réalisé par une entreprise de la place ;
o La table ronde sectorielle du commerce, secteur privé, intégration régionale et emploi est organisée ;
Dans le domaine de l?amélioration de l?environnement des affaires, certains résultats ont été obtenus notamment :
o La création et l?opérationnalisation d?un Guichet Unique de Formalité de création des Entreprises ;
o La mise en place d?un cadre permanent de concertation etat/secteur privé ;
o L?élaboration d?un code de commerce qui prend en compte les Actes Uniformes de l?OHADA, les accords de l?OMC ;
o La révision des codes forestier et minier ;
o L?inscription du pays à l?initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) ;
o L?élaboration et la mise en ?uvre de la politique commerciale ;
o La création de l?Institut Centrafricain des Statistiques et des Etudes Economiques et Sociales (ICASEES) ;
o L?installation de sydonia ++ dans les procédures douanières et ;
o La mise en place du Comité de facilitation des Echanges etc.

 Actions spécifiques en faveur de la création d?entreprises :
o Création du Ministère de la Promotion des Petites et Moyennes Entreprises, du Secteur Informel et du Guichet Unique de Formalité des Entreprises (GUFE) : Département créé par Décret n°09. 357 du 13 mai 2009, avec pour attribution de promouvoir les Petites et Moyennes Entreprises, le Guichet Unique des Formalités des Entreprises ainsi que de faciliter l?insertion du secteur informel dans le formel.
o Un organisme sous tutelle : le Guichet Unique de Formalité des Entreprises, qui a pour missions de faciliter les formalités relatives à la création et cessation des entreprises : décret n° 07. 371. du 17 décembre 2007 abrogé par le 08. 357 du 08 octobre 2008 portant création, organisation et fonctionnement du Guichet Unique de Formalité des Entreprises ;
o les lois, règlements et arrêtés mettant en route les reformes en matière de création d?entreprises:
? Décret N° 07. 371. du 17 décembre 2007 abrogé par le Décret N° 08. 357 du 08 octobre 2008 ; Ces deux derniers textes ont reformé les procédures de formalités en regroupant dans un même lieu toutes les institutions concernées par les formalités.
? Décret n°09. 357 du 13 mai 2009 portant création, organisation et fonctionnement du Ministère de la Promotion des promotion des Petites et Moyennes entreprises, du secteur informel et du Guichet Unique ;
? Décision n°006/ PM du 25 octobre 2010 du Comité Mixte chargé de l?Amélioration de l?Environnement des Affaires, ledit comité est placé sous la présidence du Premier Ministre Chef du Gouvernement ; réformes tendant à la réduction des coûts de formalités en matière fiscale, au niveau du Registre de Commerce et des Crédits Mobiliers, la gratuité des formalités de la Chambre Consulaire, de la Caisse Nationale de sécurité sociale et la suppression de certains actes ; réduction de la durée de délivrance
o Documents de politiques et de stratégies :
? Documents de stratégies de promotion des PME (2011- 2012 intégré dans la stratégie globale du gouvernement, le DSRP ;
o Résultats du guichet après les réformes :
? Amélioration du cadre légal des investissements, accroissement de créations d?entreprises induit par les facilités des réformes (1925 Entreprises créées depuis la mise en ?uvre représentant une de 61,74%) ;
? Réduction de presque de la moitié des coûts de création ;
? réduction de la durée de traitement de 4 à 6 mois à 7 jours ;
? Accessibilité des opérateurs des provinces aux services du GUFE ;
? Formation managérial des opérateurs économiques ;
? 2300 Emplois créées induits par les réformes.

III/ Environnement :

 Ratification des Accords Multilatéraux sur l?Environnement (AME) par :
o La Loi N° 94.020 du 31 décembre 1994 Autorisant la ratification de la Convention sur le changement climatique ;
o La Loi N°94.01 du 31 décembre 1994 Autorisant la ratification de la Convention sur la Diversité Biologique dont la ratification a eu lieu le 15 mars 1995 ;
o La Loi N° 08.002 du 01.01.2008 autorisant la ratification de la Convention de Bâle sur le contrôle des Mouvements Transfrontaliers des Déchets Dangereux et leur Elimination ;
o La Réglementation Commune sur le Contrôle des la Consommation des Substances qui appauvrissent la Couche d?Ozone dans l?Espace CEMAC ;
o La Loi N°08.003 du 01.01.2008 autorisant la ratification de la Convention de Stockholm sur les Polluants Organiques Persistants (POPS) ;
o La Loi N° 08.004 du 01.01.2008 autorisant la Ratification du Protocole de Kyoto relatif aux Gaz à Effet de Serre ;
o La Loi N° 08.005 du 01.01.2008 autorisant la Ratification du Protocole de Cartagena sur la Prévention des Risques Biotechnologiques ;
o La Loi N° 08.006 du 01.01.2008 autorisant la ratification des amendements de Pékin relatifs aux substances qui appauvrissent la couche d?ozone ;
o La Loi N° 08.007 du 01.01.2008 autorisant la ratification des Amendements de Copenhague relatifs aux substances qui appauvrissent la couche d?ozone ;
o La Loi N° 08.008 du 01.01.2008 autorisant la ratification des Amendements de Montréal relatifs aux substances qui appauvrissent la couche d?ozone ;
o La Loi N° 08.009 du 01.01.2008 autorisant la ratification des Amendements de Londres relatifs aux substances qui appauvrissent la couche d?ozone ;
o La Loi N°10.003 du 13.01.2010 portant autorisation de la ratification de la convention 169 de l?Organisation Internationale du Travail (OIT) relative aux personnes Indigènes et Tribaux

 Adoption des lois :
o Loi N°07.017 du 28.12.2007 portant Code de l?Environnement en RCA

 Adoption des règlements :
o Nomination des Points Focaux et mise en place des Comités de Pilotage des Accords Multilatéraux sur l?Environnement

 Mise en place d?Institutions :
o Création et Pérennisation du Ministère en charge de l?Environnement et définition de ses attributions par le Décret N° 09.239 du 27 août 2009 ;
o Mise en place de l?Agence Centrafricaine de l?Environnement et du Développement Durable;
o Mise en place de la Commission Nationale pour l?Environnement et le Développement Durable. Cet organe de réflexion est composé des Représentants de l?Etat, des Elus, des Collectivités Locales et des Organisations Non Gouvernementales ;
o Mise en place du Fonds National de l?Environnement en vue du financement des activités de l?environnement.

 Elaboration des rapports de mise en ?uvre des conventions :
o Quatre rapports de mise en ?uvre de la convention des Nations Unies sur la Diversité Biologique ;
o Deux rapports de mise en ?uvre de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques ;
o Elaboration et validation de la proposition de préparation à la Readiness (REDD+).

 Elaboration des documents de stratégie :
o Plan National d?Action Environnementale ;
o Stratégie nationale et plan d?action en matière de diversité biologique
o Programme d?Action National d?Adaptation aux changements climatiques ;
o Plan d?Action National de Lutte Contre la Désertification ;
o Stratégie Nationale Readiness (REDD+)

 Exécution des projets :
o Projet de renforcement des capacités juridico-institutionnelles pour la lutte contre la dégradation des terres qui a duré trois ans et a permis l?élaboration du Programme d?Action National de lutte contre la Désertification, d?un Plan d?Investissement à Moyen Terme en matière de gestion durable des terres en RCA et d?un document de formation sur la lutte contre la dégradation des terres ainsi que la sensibilisation des acteurs concernés ;
o Projet de protection de la couche d?ozone

IV/ Eaux et Forêts :

? Adoption de document de politique et stratégie :
Il n?existe pas de document spécifique de politique forestière en RCA. Toutefois, des recommandations ont été formulées par les Etats généraux des forêts de septembre 2003, autour des trois axes ci-après :
? Meilleure connaissance des ressources forestières du pays ;
?Etablissement des plans d?aménagement des forêts ;
? Meilleure valorisation des ressources forestières.

Par ailleurs, les Etats généraux ont aussi insisté sur :
?L?amélioration de la définition des domaines forestiers permanents (forêts de l?Etat) et non permanents (forêts des collectivités publiques, des communautés et des particuliers) ;
?La promotion de la foresterie participative ;
?Le cadrage des droits d?usage et la préparation de dispositions relatives à l?exploitation (industrielle, artisanale).
Ces préoccupations sont prises en compte dans la Loi n° 08.022 du 17 octobre 2008 portant Code forestier.

Par ailleurs, une Stratégie de Développement et Plan d?Action pour la Promotion de la Foresterie Urbaine et Péri Urbaine de la ville de Bangui avait été élaborée en 2009 grâce à l?appui de la FAO.
? Ratification des Accords Internationaux par les lois suivantes :
o Loi N° 06.027 du 04.09.2006 autorisant la ratification de la convention relative à la conservation et la gestion durable des écosystèmes forestiers d?Afrique Centrale et instituant la Commission des Forêts d?Afrique Centrale (COMIFAC) ;
o Loi N°08.001 du 01.01.2008 autorisant la ratification du Traité de Coopération sur le Tri-National de Sangha (TNS) ;
o Accord de Partenariat Volontaire APV-FLEGT avec l?Union européenne signé le 21 décembre 2010.
?Adoption des lois:
o Loi N° 07.008 du 09.05.2007 portant création du Parc National « Mbaéré Bodingué » ;
o Loi N° 07.010 du 11.05.2007 modifiant et complétant les dispositions de la loi N° 90.018 du 20 décembre 1990 portant création d?une Réserve Spéciale de Forêt Dense Dzanga ? Sangha ;
o Loi N° 08.022 du 17.10.2008 portant Code Forestier en RCA : Les points saillants du Code forestier et de ses textes d?application sont les suivants :
?Les anciens « permis d?exploitation » ont été convertis en PEA, plus soucieux de la durabilité des ressources forestières ;
?Les normes d?élaboration des PEA reposent sur la consultation des parties prenantes, l?Etude d?impact environnemental (EIE), la réalisation d?inventaires d?aménagement, la fixation de Diamètre minimum d?exploitabilité (DME), l?intégration des séries agricoles au sein des PEA, etc. ;
?Des permis d?exploitation forestière artisanale et des permis d?exploitation des produits forestiers non ligneux ont été également institués ;
?Ont été établis des conventions d?exploitation industrielle entre le concessionnaire et l?Etat, des cahiers des charges mentionnant des clauses spécifiques libellées au profit des populations riveraines ;
?Il est désormais formellement interdit d?abandonner du bois en forêt ;
? Un taux minimal de transformation local a été fixé à 70% des grumes récoltées ;
?Des dispositions légales relatives à la gestion des feux de brousse, incendies des forêts et parcours des troupeaux sont prévues ;
?Adoption des règlements :
o Décret n°09.11 du 28 avril 2008 fixant les modalités d?application du Code forestier ;
o Décret n°09.118 du 28 avril 2008 fixant les modalités d?attribution des Permis d?exploitation et d?aménagement (PEA) ;
o Arrêté n° 09.021 du 30 avril 2008 fixant les modalités d?application du Code forestier.
o Arrêté N° 014 / MEFCP/CAB/IC du 13 janvier 2004 portant création d?une brigade mobile d?intervention et de vérification. Elle est composée de deux unités : une unité mobile en matière des forêts et une autre en matière de la faune, des eaux et de la pêche. Sa mission est la suivante :
a. Dans le domaine des forêts, elle est chargée d?assurer :
i. Le respect des cahiers des charges de sociétés forestières ;
ii. Les vérifications des documents relatifs à l?exportation des grumes et des sciages ;
iii. Le contrôle des carnets de chantiers ;
iv. Le contrôle des carnets de chantier ;
v. Le contrôle de l?exploitation forestière ;
vi. Le respect du quota d?abattage ;
vii. Le respect des payements des taxes forestières.
b. Dans le domaine de la Faune, des Eaux et Pêches, elle est chargée d?assurer :
i. Le respect des cahiers des charges des sociétés de chasse ;
ii. La vérification des documents relatifs à l?introduction et à l?exportation des armes et munitions de chasse en République Centrafricaine ;
iii. Le contrôle des quotas d?abattage, la nature des espèces abattues et des trophées ;
iv. La lutte contre les pratiques de chasse illicite ;
v. Le respect des payements des taxes cynégétiques ;
vi. La vérification des mailles de filets de pêche ;
vii. La lutte contre l?empoisonnement des eaux ;
viii. Le contrôle des patentes de vente de viande de chasse et de leurs quantités autorisées par les textes en vigueur ;
ix. Le contrôle des patentes et décisions de vente des munitions de chasse.
c. Arrêté n°022/MEFCP/DIRCAB/DGEFPC/DEIFP du 3 juillet 2010 a mis en place un Comité national chargé de définir une politique de reboisement à grande échelle et d?identifier les sites à reboiser ;
d. Arrêté N° 029 du 08 octobre 2010 portant création de la Commission de validation des Documents de gestion des aménagements forestiers. Cette commission est chargée d?examiner et de valider les Plans de Gestion (PG), les Plans Annuels d?Opérations (PAO) et les Documents de Fermeture des Unités Forestières de Gestion (UFG) et les Assiettes Annuelles de Coupe.

? Exécution des projets :
o Projet Appui à la Recherche Forestière : Le projet d?Appui à la Recherche Forestière et Faunique (PARFF) initié en 1982 par la coopération française et mis en ?uvre par le CIRAD. Ce projet, qui est maintenant cofinancé par l?Etat centrafricain via le Compte d'Affectation Spéciale-Développement Forestier (CAS-DF), a permis de créer des dispositifs d?études sur les forêts de la Lolé et de Boukoko, près de la ville de Mbaïki, que ce soit en termes de dynamique de croissance des peuplements naturels de forêt dense ou en termes d?impact de l?exploitation forestière ;
o Projet d?Appui à la Réalisation des Plans d?Aménagement Forestier (PARPAF) : Le projet PARPAF a existé de juillet 2000 à août 2011. Il a été financé conjointement par l?Agence Française de Développement (AFD) et le Gouvernement Centrafricain à travers le Compte d?Affectation Spéciale de Développement Forestier (CASDF). Les exécutants du projet sont le Centre de coopération International en Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD) et Forêt Ressources Management (FRM), constitués en groupement. Ce projet a permis de couvrir 100% des 11 Permis d?Aménagement et d?Exploitation (PEA) attribués dans le massif forestier du Sud-Ouest Centrafricain des plans d?aménagement. Il a permis également l?élaboration des normes nationales qui fixent les règles à suivre lors de l'élaboration d'un scénario d'aménagement, des guides techniques qui ont pour vocation d'appuyer les cadres du Ministère en charge des Eaux et Forêts ainsi que ceux des sociétés forestières sur des aspects techniques.
o Projet d?appui à la conservation des écosystèmes du bassin du congo (PACEBCO). Le PACEBCo vise la conservation de la deuxième plus grande forêt tropicale du monde et le second « poumon vert » de la planète après l?Amazonie. Le bassin du Congo couvre une superficie de plus de 4.000.000 Km2. Ce Programme devrait alors apporter des réponses à la dégradation continue de ce massif forestier et aux changements climatiques. La durée du programme est de 5 ans à compter de mars 2009 et son coût total est estimé à 37,28 millions d?UC avec un financement don FAD de 32,00 millions d?UC, une contribution de 5,00 millions d?UC de la Communauté Economique des Etats d?Afrique Centrale (CEEAC) et 0,28 million d?UC des bénéficiaires vivant dans les paysages sélectionnés. Les bénéficiaires du programme sont les populations des dix pays-membres de la Commission des Forêts d?Afrique Centrale (COMIFAC) (Burundi, Cameroun, Congo, Gabon, Guinée Equatoriale, République Centrafricaine, RD Congo, Rwanda, Tchad et Sao Tome & Principe). Les bénéficiaires directs sont les 5,8 millions de personnes vivant dans les 6 paysages écologiques retenus dans les pays de la COMIFAC. Ces populations s?activent dans l?agriculture de subsistance, la cueillette, la chasse et la pêche. La CEEAC et le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC, ses coordinations nationales, les organismes spécialisés et les administrations en charge des forêts bénéficieront également de ce programme. Les populations vulnérables autour des paysages sélectionnés (populations autochtones notamment les Pygmées, femmes, jeunes) à travers les microprojets financés par le Fonds de Développement Local seront également les principales cibles du programme.
o Programme d?aménagement des ressources naturelles (PARN) financé par la Banque mondiale (BM) et mis en ?uvre entre 1991 et 1997. Ce projet a permis de réaliser une prise de vue aérienne et la cartographie numérique de la zone du Sud-Ouest, de procéder à l?inventaire de reconnaissance et au plan d?affectation des terres de ladite zone, ainsi que de réaliser le plan directeur d?aménagement de la zone péri urbaine de Bangui et d?apporter un appui à la protection de la faune dans l?aire protégée tri-nationale de Dzanga-Sangha ;
o Programme de développement de la région Nord (PDRN) financé par l?Union européenne et mis en ?uvre de 1987 à 2000. Ce programme a permis de lutter contre le braconnage, de mener des travaux d?aménagement (bâtiments, pistes, aérodrome, etc.) et des actions de développement dans les Préfectures de Bamingui-Bangoran et de la Vakaga ;
o Programme Ecosystèmes forestiers d?Afrique centrale (ECOFAC) financé par l?Union européenne en 1992 et mis en ?uvre par le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD). Ce projet a notamment permis de réaliser la cartographie participative de la forêt de Ngotto, soumise à de fortes pressions anthropiques ;
o Programme de gestion participative des ressources forestières (PGPRF) financé par la coopération technique allemande (GTZ pour l?acronyme allemand) et mis en ?uvre entre 1992 et 2009. Ce projet a permis la réhabilitation partielle de la Réserve spéciale de Bangui : protection de 245 ha et reboisement avec Gmelina et Teck de 129 ha (sur un total de 335 900 ha de Réserve) afin de limiter les feux et l?érosion ;
o Projet d?appui au suivi de l?exploitation forestière (PASEF) a été financé par l?ONG Institut des ressources mondiales (WRI pour l?acronyme anglais) et mis en ?uvre jusqu?en 2010. Ce projet, qui est déjà arrivé à terme, a permis de suivre l?exploitation forestière dans les Permis d?Exploitation et d?Aménagement forestier à l?aide de l?imagerie satellitaire et de produire un atlas interactif du secteur forestier ;
o Le projet GCP/RAF/441/GER «Renforcement de la sécurité alimentaire en Afrique centrale à travers la gestion durable des produits forestiers non ligneux» est mis en ?uvre sous la supervision de la Commission des Forêts d?Afrique Centrale (COMIFAC). Il est financé par le Ministère de l?Alimentation, de l?Agriculture et de la Protection des Consommateurs du Gouvernement Allemand pour une période de trois ans (01 octobre 2009 au 30 septembre 2012). Les objectifs globaux du Projet sont:
? Mieux conserver et gérer les PFNL par le biais d?une participation active et la responsabilisation des parties prenantes grâce à l?application d?un cadre juridique amélioré ;
? Améliorer les conditions de vie et le niveau de sécurité alimentaire des ménages dépendants des forêts, en particulier des groupes les plus vulnérables, grâce à la réalisation des principes du droit à l?alimentation et au développement de petites entreprises viables économiquement.
o Projet « Réserve de forêt dense de Dzanga-Sangha » financé par le WWF, la GTZ (dont la participation est arrivée à terme) et l?AFD, a été mis en ?uvre entre 1988 jusqu?à ce jour. L?UICN intervient dans ce projet depuis 2010. Ce projet a permis de préserver la grande faune en luttant contre le braconnage, de promouvoir le tourisme et de renforcer le développement local, d?assurer le suivi écologique de la flore et de la faune.
o Projet « protection et utilisation durables de la diversité biologique de la forêt de Bangassou par une approche hautement décentralisée » financé par le Fonds pour l?Environnement Mondial (FEM) et le PNUD entre 1999 et 2004. Ce projet a permis de limiter l?impact des pressions anthropiques sur les ressources naturelles notamment les activités minières et l?appropriation des acquis par les populations locales au moyen des unités de gestion d?écodéveloppement. Des extensions sont prévues vers d?autres sous-préfectures. Il est à noter qu?il est prévu dans le cadre de ce projet (seconde phase) la création d?un parc « MBARI-VOVODO » afin de lutter contre le braconnage des ressources fauniques de la zone ;
o Projet « Réserve de biosphère de la Basse Lobaye (14.700 ha) » financé par l?Organisation des Nations Unies pour l?éducation, la science et la culture (UNESCO) dans le cadre du programme « Homme et biosphère » (MAB pour l?acronyme anglais). Entamé en 1979, ce projet a permis de soutenir des activités en périphérie de la Réserve (reboisement, activités génératrices de revenus) pour diminuer la pression sur les forêts de la Réserve, puis a été abandonné quelques années plus tard faute de financement. La relève de l?UNESCO a été assurée par la COMIFAC, qui a financé un projet de réhabilitation de ladite réserve. Ce projet est mis en ?uvre par l?ONG Organisation centrafricaine de défense de la nature (OCDN) depuis 2009 et devrait se terminer en 2011 ;
o Projet ECOFAUNE, dont la convention a été signée entre l?Union Européenne et la RCA, verra bientôt le jour après la signature imminente du budget de démarrage. Ce projet ne prend en compte que le Nord-Est de la RCA.
o Projet de la pêche continentale et de l?aquaculture en zone CEMAC dont l?objectif est d?assurer le développement durable de la pêche et de l?aquaculture prévoit de doubler la production aquacole et d?augmenter de 5% la production actuelle de pêche d?ici trois ans;

o Le Programme de Développement Durable du Lac Tchad (PRODEBALT) de la Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT) constitue une réponse à un des graves problèmes qui se pose à l?existence du lac Tchad et à la pérennité des ressources naturelles du bassin. Il est conçu pour inverser les tendances de dégradation observées dans le bassin lors de l?analyse diagnostic transfrontalière. Le PRODEBALT s?inscrit dans le cadre de la mise en ?uvre du Programme d?Actions Stratégiques (PAS), la vision 2025 pour un développement durable du lac Tchad. L?agence d?exécution du programme est le Secrétariat exécutif de la Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT) à travers la coordination Régionale appuyée par cinq Coordinations Nationales (Niger, Cameroun, RCA, Tchad) et les agences d?exécution des services déconcentrés des Etats, les ONG et les agences locales spécialisées. Son coût total est de 60,7 millions d?UC soit 41,84 milliards de FCFA. L?objectif sectoriel du Programme est la réduction durable de la pauvreté des populations vivant des ressources du bassin de Lac Tchad. Plus spécifiquement, le programme vise la réhabilitation et la conservation des capacités productives des écosystèmes du bassin du lac Tchad dans un contexte d?adaptation des systèmes de production aux changements climatiques. Le Programme sera exécuté à travers quatre (4) composantes :
? Protection du lac Tchad et de son bassin ;
? Adaptation des systèmes de production aux changements climatiques ;
? Appui institutionnel ; et
? Gestion du programme.
? Création d?Institutions :
o Le Compte d?Affectation Spéciale pour le Développement Forestier et Touristique (CAS-DFT) a été mise en place au début des années 2000 avec pour missions principales de fournir des moyens financiers permettant le développement d?actions dans les domaines forestier, faunique et touristique et était alimenté par les taxes forestières, fauniques et touristiques. Ce compte s?est par la suite scindé en deux en devenant le Compte Spécial pour le Développement Forestier chargé de financer les activités forestières et faunique et le Compte Spécial pour le Développement Touristique chargé de financer les activités du tourisme.
o Le Centre des Données Forestières a été créé en 2004 avec l?appui financier de l?Union européenne. Sa mission consiste à collecter les données forestières, produire les statistiques forestières et gérer la banque de données forestières, assurer la traçabilité du bois depuis la production jusqu?à l?exportation, cartographier les Permis d?Exploitation et d?Aménagement et conduire le processus FLEGT. Bientôt il sera intégré dans le nouvel organigramme du Ministère en charge des Eaux et Forêt.
o L?Observatoire Economique de la Filière Bois conçu en 2008 comme un outil d?intelligence économique de la filière bois, afin d?actualiser au fur et à mesure les indicateurs devant permettre à l?Etat d?ajuster les prélèvements fiscaux pour garantir la pérennité économique du sous-secteur bois et fournir à l?Etat, aux entreprises du sous-secteur, aux partenaires au développement et à la société civile, les informations nécessaires pour assurer le suivi de l?activité et la rentabilité de la filière. A cet effet, il est chargé de produire périodiquement la note de conjoncture sur la filière bois
Par ailleurs, certains points méritent d?être mentionnés :
? plus grande transparence dans l?attribution des Permis d?Exploitation et d?Aménage : La gouvernance forestière s?est récemment améliorée en RCA, notamment avec les nouvelles dispositions du Code forestier qui ont été décrites précédemment. Ainsi, en 2005, le passage d?un système de Permis d?Exploitation (PE) à un système de Permis d?Exploitation et d?Aménagement(PEA) a permis de freiner l?exploitation anarchique et la corruption. Ceci devrait être renforcé par la mise en place, suite à appel de candidatures, d?un Observateur indépendant chargé d?analyser les réponses aux appels d?offres pour la délivrance des PEA, avec le pouvoir de rejeter certains dossiers.
? Plus grande implication de la société civile : La société civile est mieux impliquée par le Gouvernement dans la gestion des forêts et son avis est pris en compte depuis peu de temps :
o Le Forum national de la Conférence sur les écosystèmes de forêts denses et humides d?Afrique centrale (CEFDHAC), présidé par le Secrétaire général de l?OCDN, est très actif dans le processus FLEGT ;
o Au delà de FLEGT, il faut noter l?action du CIONGCA, plate-forme de plus de 50 ONG (sur les 500 associations/ONG présentes en RCA) organisées en six réseaux thématiques, dont le Réseau des Organisation Non Gouvernementales de l?Environnement et du Développement Durable (RONGEDD) ;
? Il faut également noter que des actions d?Information, d?Education et de Communication (IEC) sont menées à l?occasion des Journées Nationales de l?Arbre (JNA) et à travers d?autres créneaux (Radios, actions de proximités)
? Décentralisation de la fiscalité forestière : Elle existe même si les capacités des communes et communautés doivent encore être renforcées pour assurer une bonne gestion des recettes et l?élaboration de projets crédibles. Le Gouvernement a ainsi lancé la formation des comptables communaux, mis en place un Comité interministériel des programmes d?emploi pour l?utilisation des taxes forestières (Arrêté n°008/MICSP/MEFCPE du 3 octobre 2007) et un Comité interministériel de contrôle et de suivi de l?exécution des projets d?investissement des communes forestières (Arrêté n°109/MFB/DIRCAB du 28 février 2008). En effet, depuis 2001, une clé de répartitions des taxes et redevances forestières prévue par la Loi de finances permet aux communes de recevoir 30 % des taxes d?abattage et 25 % des taxes de reboisement. Par ailleurs, dans les Zones Cynégétiques Villageoises (ZCV) destinées à la gestion durable des ressources fauniques. Les villages perçoivent les taxes cynégétiques (abattage (chasse) et amodiation (loyer)) et reversent 25 % aux communes et 15 % à l?Etat, les 60 % restants étant destinés à leur développement socio-économique et au financement des activités de protection (lutte anti braconnage). 997 646 552 de FCFA de taxes et redevances forestières et fauniques ont ainsi été versées aux communes de 2008 à 2010.

V/ Social :

? Elaboration des documents de politique et stratégie :
o Politique Nationale de l?Egalité et de l?Equité et son Plan d?Action en novembre 2005 ;
? Ratification des Conventions internationales :
o Loi N°02.08 du 06 juillet 2002 autorisant la ratification de la Charte Africaine des Droits et du Bien Etre de l?Enfant ;
o Loi N°07.002 du 05.01.2007 autorisant la ratification de la Convention de l?UNESCO sur la « Protection de la Diversité des Expressions Culturelles » ;
o Loi N° 07.009 du 11.05.2007 autorisant la ratification de la Convention Régionale sur l?Enseignement Technique et Professionnel
o Loi N° 07.012 du 21.05.2007 portant ratification de la Convention Multilatérale de Sécurité Sociale ; Loi N°06.010 du 03.07.2006 autorisant la ratification de la convention de l?Union Africaine sur la Prévention et la Lutte contre la Corruption ;
o Loi N°06.11 du 03.07.2006 autorisant la ratification de la convention des Nations Unies contre la Corruption ;
o Loi N°06.012 du 03.07.2006 autorisant la ratification de la Convention Cadre de l?OMS de lutte Antitabac ;
o Loi N° 05.003 du 07.12.2005 autorisant la ratification de la convention N°120 sur l?hygiène ;
o Loi N° 05.003 du 07.12.2005 autorisant la ratification de la convention N° 131 sur la fixation des salaires minima ;
o Loi N° 05.003 du 07.12.2005 autorisant la ratification de la convention N° 132 sur les congés payés ;
o Loi N° 05.003 du 07.12.2005 autorisant la ratification de la convention N° 142 sur la mise en valeur des ressources humaines ;
o Loi N° 05.003 du 07.12.2005 autorisant la ratification de la convention N° 144 sur les consultations tripartites ;
o Loi N° 05.003 du 07.12.2005 autorisant la ratification de la convention N° 150 sur l?administration du travail ;
o Loi N° 05.003 du 07.12.2005 autorisant la ratification de la convention N° 155 sur la sécurité et la santé des travailleurs ;
o Loi N° 06.007 du 20.06.2006 autorisant la ratification du Protocole relatif à la Charte Africaine des Droits de l?Homme et des Peuples et portant création d?une Cour Africaine des Droits de l?Homme et des Peuples ;
o Loi N° 05.003 du 07.12.2005 autorisant la ratification de la convention N° 122 sur la politique de l?emploi ;
o Loi N° 05.003 du 07.12.2005 autorisant la ratification de la convention N° 158 sur le licenciement.
o
? Adoption des lois :
o Loi N° 97.014 portant orientation de l?Education du 10 décembre 1997. L?autorisation d?ouverture des établissements est soumis à l?obtention d?une autorisation signée du Ministre de l?Education Nationale,
o la Loi N° 99.001 du 13 janvier 1999, fixant les conditions de création, de fonctionnement et de pérennisation d?un fonds destiné à l?approvisionnement en médicaments ;
o l?Ordonnance N°04.013 du 05 août 2004, portant création de l?Unité de cession des Médicaments, organe technique de gestion du Fonds National du Médicament,
o Loi N° 00.007 du 20 décembre 2000 portant statut, protection et promotion de la personne handicapée ;
o Loi N°02.007 du 24 juin 2002 portant modification de la loi N° 95.010 du 22 décembre 1995 relative à l?organisation judiciaire notamment en ce qui concerne les tribunaux pour enfants ;
o Loi N° 06.031 du 28.12.2006 portant protection de la Femme contre les Violences faites aux Femmes en RCA ;
o Loi N° 06.005 du 20.09.2006 relative à la Santé de Reproduction ;
o Loi N° 06.030 du 12.09.2006 fixant les droits et obligations des personnes vivants avec le VIH/SIDA ;
o Loi N°06.035 du 26.12.2006 portant Code de Sécurité Sociale ;
o Loi N°08.012 du 16.05.2008 modifiant et complétant les dispositions de l?Ordonnance N° 05.002 du 22 février 2005 relative à la liberté de la Communication en RCA;
o Loi N°08.025 du 29.12.2008 portant Code de Travail de la RCA ;
o Loi N° 09.014 du 10.08.2009 portant Statut Général de la Fonction Publique ;
o Loi N°09.012 du 10.08.2009 portant Statut, Protection et Promotion de la Personne Agée.
? Adoption des règlements :
o Décret N°06.157 portant création et organisation du Corps des chercheurs ;
o Arrêté N°024 du 12 septembre 2005 fixe les conditions d?ouverture des établissements d?enseignement privé en Centrafrique ;
o Décret N°94.196 du 04 juin 1994, portant réglementation de l?entrée des produits pharmaceutiques en RCA et son Arrêté d?application N°005 du 07 janvier 1995, précisant la procédure de contrôle documentaire que doit effectuer l?Autorité de la Réglementation pharmaceutique avant d?accorder l?accès au marché national ;
o Décret N°02.20 du 06 août 2000 fixant les règles d?application de la loi N°00.007 du 20 décembre 2000 portant statut, protection et promotion de la personne handicapée en République Centrafricaine ;
o Décret N°05.012 du 13 janvier 2005 portant organisation et fonctionnement du Ministère de la Famille, des Affaires Sociales et de la Solidarité Nationale et fixant les attributions du Ministre ;
o Arrêté N°007/MFASSN/CAB/SG/DGPF du 21 avril 2005 modifiant et complétant les dispositions de l?Arrêté N°010 du 10 septembre 2001, portant création du Comité National de Lutte contre les Pratiques Traditionnelles Néfastes à la Santé de la Femme et de la Petite Fille et les Violences à leur égard ;
? Exécution des projets :
o Le Projet de Développement Communautaire et d?Appui aux Groupes Vulnérables (PDCAGV) : Le Projet de Développement Communautaire et d?Appui aux Groupes Vulnérables (PDCAGV) qui prendra fin en 2014 a pour objectif global :
a. D?améliorer les conditions de vie des populations bénéficiaires, notamment les populations rurales ;
b. De renforcer les capacités des populations bénéficiaires à planifier le relèvement social par des actions auto portées et auto entretenues.
Ses objectifs spécifiques sont :
a. Assurer la sécurité et consolider la paix ;
b. Traiter les causes profondes des conflits en vue d?atténuer les risques de reprise des conflits ;
c. Restaurer le dialogue et la communication entre le Gouvernement et la population ;
d. Créer des rapports de confiance entre les pouvoirs publics et la population : la confiance est indispensable à tout programme de mobilisation de la population pour son développement ;
e. Fournir rapidement les services sociaux de base pour aider au retour rapide de la confiance des populations
Ces objectifs seront atteints à travers les activités suivantes :
a. L?appui aux communautés dans le processus d?élaboration des Plans de Développement Local (PDL);
b. Le développement la communication pour le développement ;
c. Le renforcement des capacités des cadres techniques pour un meilleur accompagnement des communautés dans le processus d?auto développement ;
d. L?appui à l?installation des plateformes multifonctionnelles, etc. ;
e. Réhabilitation dans un délai de 12 à 18 mois des infrastructures sociales de base (Ecoles, formations sanitaires, marchés communautaires, forages, ouvrages de franchissement, aires de séchage, etc.) ;
f. Equipement des infrastructures réhabilitées;
g. Formation/recyclage du personnel affecté dans les infrastructures.
h. Construction des infrastructures nouvelles (Ecoles, formations sanitaires, marchés communautaires, forages pharmacies communautaires, ouvrages de franchissement, magasins de stockage, etc.)
i. Construction des équipements et des infrastructures scolaires et sanitaires.
Le projet intervient dans 5 Régions (Régions 1, 2, 3, 4 et 6), 10 Préfectures et 102 communes. Au total 900 000 habitants sont bénéficiaires, soit environ 20% de la population totale de la RCA.
? Actions spécifiques en faveur de la Justice :
o Les réformes entreprises depuis 1992 à ce jour :
? Loi n°95.0011 du 23 décembre 1995 portant organisation judiciaire ;
? Loi n°97.013 du 11 novembre 1997 portant Code de la famille ;
? Loi n°02.011 du 25 juillet 2002 portant organisation et fonctionnement des tribunaux pour enfants ;
? Constitution de la République Centrafricaine du 27 décembre 2004 ;
? Loi n°06.003 du 6 novembre 2006 portant organisation et fonctionnement des tribunaux de commerce ;
? Loi n°09.004 du 29 janvier 2009 portant Code du travail de la République Centrafricaine ;
? Loi n°10.001 du 6 janvier 2010 portant Code pénal centrafricain ;
? Loi n°10.002 du 6 janvier 2010 portant code de procédure pénale centrafricain.
o Constats ayant conduit aux réformes :
? Textes de base du système judiciaire et du système carcéral en déphasage avec la réalité socio-économique du pays ou inexistants, créant une insécurité juridique ;
? Souci de moderniser les outils juridiques et de l?adapter à l?environnement favorable au développement des affaires ;
? Souci de doter les acteurs judiciaires de documents pratiques et faciles à utiliser.
o Objectifs visés par les réformes :
? Doter un pouvoir judiciaire indépendant des pouvoirs législatif et exécutif ;
? Instaurer un système judiciaire efficace, impartial et responsable ;
? Faciliter l?accès des citoyens au droit et la Justice ;
? Adapter le droit aux spécificités sociologiques du pays ;
? Créer un environnement juridique et judiciaire favorable permettant un développement économique et social durable ;
? Favoriser l?investissement et l?emploi sur les transactions commerciales devenues plus prévisibles ;
? Etablir de meilleures réglementations et responsabilités pour augmenter l?accès à la Justice et, de façon plus globale, permettre la réussite des programmes de lutte contre la pauvreté ;
? Promouvoir les droits de la femme ;
? Créer les conditions propices à un partenariat social constructif, dynamique dans un environnement favorable au développement économique à travers la création des richesses et d?emplois productifs ;
? Etablir les règles du jeu pour encadrer la conduite de la coopération bipartite (employeur-travailleur) et tripartite (employeur-travailleur-Etat) ;
? Traiter les auteurs et les victimes des violations de loi dans le respect des droits fondamentaux reconnus au citoyen par la constitution ;
o Progrès enregistrés et les principaux défis
? La réforme du secteur de la Justice se veut un instrument au service du développement durable du pays. Elle ambitionne de créer un environnement juridique sain, propice aux investissements et qui favoriserait la mise en place de bases économiques et sociales solides visant à faire reculer la pauvreté.
? Cette réforme reste cependant confrontée aux défis de :
- la faiblesse des capacités humaines et matérielles de l?Administration centrale et l?absence de relais administratifs régionaux, surtout dans le domaine pénitentiaire ;
- l?inexistence d?un système cohérent de lois, disponible et accessible tant aux débiteurs qu?aux créanciers de l?offre de Justice ;
- la faiblesse de l?indépendance et de la neutralité politique des acteurs judiciaires et pénitentiaires ;
- la perte de l?intégrité et de la conscience professionnelle par les principaux acteurs judiciaires et pénitentiaires ;
- l?absence de conditions décentes de travail des acteurs judiciaires et pénitentiaires qui appelle la construction d?infrastructures fonctionnelles et la mise à disposition d?équipements compatibles avec l?exigence de la célérité dans le traitement des affaires judiciaires ;
- la quasi-inexistence des mécanismes de solidarité en faveur des plus vulnérables pour l?accès au droit et à la Justice ;
o Les plans, programmes et projets mis en ?uvre entre 1992 et 2011 :
Le gouvernement avec le concours des partenaires au développement et principalement avec l?adoption du « Programme au décennal de réforme de la Justice » et l?appui de ses partenaires (Bureau Intégré des Nations Unies en Centrafrique (BINUCA), PNUD, OIF, PBF, France) a déclenché une série de réformes dans le but de renforcer la qualité de l?offre des services judiciaires et pénitentiaires et pour en faciliter l?accès équitable.
Ainsi avec un soutien financier des Partenaires internationaux estimé à près de 9 milliards de FCFA, le DSRP 2008-2010 a permis au Gouvernement de mener des actions concrètes, avec les résultats ci après dans chacun des quatre axes prioritaires retenus :
? Modernisation et diffusion du droit :
- Résultat concret : Code du travail en janvier 2009, Code pénal et Code de procédure pénale en janvier 2010, la nouvelle loi sur la Haute Cour de Justice en 2009, le projet du Code de Justice Militaire en adoption par le Gouvernement.
- Notons également le Code de la famille émanant du Ministère chargé des affaires sociales et des droits de la femme, réalisé sur un financement du Fonds des Nations Unies pour la Population (Projet CAF/91/P03).
? L?instauration d?un système judiciaire efficace, impartial et responsable :
- Résultat concret : nouvelle loi sur le Conseil Supérieur de la magistrature en août 2009 ; nouvelle loi sur la Commission Consultative du Conseil d?Etat en élaboration ; nouvelle loi sur la Conférence des Présidents et du Procureur Général de la Cour de Compte en élaboration ; dotation des services de la Chancellerie en fourniture, mobiliers et matériels de bureau, y compris informatiques, connexion des services de la Chancellerie à l?internet ; formation initiale en cours de 20 auditeurs de Justice et de 20 élèves greffiers ; diversification du profil des Ministère de la Justice par le recrutement, par voie de concours, des cadres de l?Administration centrale autres que les acteurs judiciaires traditionnels.
? Accès à la Justice et au droit :
- Résultat concret : nouvelle loi sur le Statut de la Profession d?Avocat en juin 2010 ; la loi portant aide juridique en République Centrafricaine en élaboration ; le décret portant réévaluation à la baisse des frais des actes de Justice en élaboration ; Réhabilitation et/ou construction achevée, avec équipement de Tribunaux de Grande Instance de Sibut, Kaga-Bandoro, Bossangoa, Bozoum ; Réhabilitation et/ou construction en cours des Tribunaux de Grande Instance de Batangafo, Paoua et Bocaranga ; l?extension et la réhabilitation des locaux de la Cour de Cassation ; la construction de cinq maisons du droit à Bangui, Sibut, Kaga-Bandoro, Bossangoa et Bozoum.
? Le respect des standards internationaux des droits humains dans un système carcéral démilitarisé, professionnel, sous contrôle civil et développant une politique de réinsertion des détenus :
- Résultat concret : le projet de loi pénitentiaire en adoption par le Gouvernement et ses différents textes d?application élaborés ; Réhabilitation et/ou construction achevée de 9 centres de détention à Sibut, Kaga-Bandoro, Bossangoa, Bozoum et Bimbo, dont 5 pour femmes ; Réhabilitation et/ou construction en cours de 5 centres de détention modernes à Bocaranga, Paoua, Bataganfo, Bouca et Bria ; Formation achevée de 4 régisseuses et de 12 gardiennes de prisons ; Formation en cours de 46 régisseurs et gardiens de prison dont 32 de sexe féminin.
? Les programmes et projets en perspectives et leurs objectifs :
- Les perspectives du Gouvernement résident dans la mise en ?uvre effective des recommandations des Etats Généraux de la Justice à la base du « Programme décennal de Réforme de la Justice ». Dans cette logique, le DSRP 2 doit être considéré comme une période intermédiaire destinée à mettre à la disposition du Gouvernement tous les éléments de base pour offrir aux populations une Justice de qualité et pour leur en facilité l?accès.
- Concrètement, la période 2011-2015 doit être mise à profit par le Gouvernement, par le biais des dix actions prioritaires identifiées et évaluées à 10.460.564.000 F CFA à mettre en ?uvre à travers les projets ci-après énumérés, pour créer les conditions essentielles de base d?un Etat de Droit :
1) Appui à la modernisation et à la diffusion du droit ;
2) Appui au renforcement des moyens d?action de la gouvernance judiciaire ;
3) Appui à l?accès équitable à la Justice et au droit ;
4) Renforcement de l?offre de services judiciaires et de facilitation de l?accès à une Justice de qualité (3 Tribunaux de Grande Instance (TGI) de Batangafo, Paoua et Bocaranga) ;
5) Réhabilitation des secteurs de la Justice et de la Police (3 Tribunaux de Grande Instance : Bangui, Bambari et Bouar) ;
6) Appui à la dissémination territoriale des institutions judiciaires de base (8 autres TGI et 12 tribunaux spécialisés) ;
7) Projet de construction de deux prisons à Bria et Bouca ;
8) Amélioration de la protection et de la réinsertion sociale des enfants et des femmes en contact avec la Justice et des enfants affectés par les conflits armés et renforcement du système de protection judiciaire et de soutien psychosocial (1 centre à Boali) Projet piloté par l?UNICEF et appuyé par le PRED ;
9) Appui de standardisation internationale des lieux de détention (3 Prisons de Bangassou et Berberati).
Notons que sur cette liste, les projets 4, 5(PBF/CAF/A-5, montant 2.200.000 $us), 7 (PBF/CAF/A-7, montant 1.700.000 $ us) et 8 (PBF/CAF/A-6, montant 666.913 $ us) ont déjà reçu des financements sur les fonds PBF et le 10e FED.
Notons également le Projet de réhabilitation des secteurs de la Justice et de la Police financé par la Commission européenne sur les fonds annoncés des Etats Généraux de la Justice d?un montant 10.000.000 d?euros, devant permettre la réhabilitation des 3 Cours d?Appel, des tribunaux, des maisons d?arrêt et le renforcement de capacité infrastructurelle de l?ENAM.
? Création d?institutions :
o Loi N° 08.023 du 16.12.2008 portant création d?un Office National de Promotion et de Gestion des Infrastructures Sportives Publiques ;
o Loi N° 09.002 du 29.12.2009 portant création de l?Agence Centrafricaine de la Promotion de l?Habitat ;
o Loi N°09.004 du 29.12.2009 portant création d?une Banque de l?Habitat en Centrafrique ;
o Loi N° 06.034 du 28.12.2006 portant création de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale ;
o Loi N° 06.008 du 23.06.2006 modifiant certaines dispositions de l?Ordonnance N° 04.030 du 31.12.2004 portant Création, Organisation et Fonctionnement du Haut Conseil de la Communication (HCC) ;
? Actions spécifiques en faveur de la santé :
Les facteurs qui expliquent les progrès enregistrés dans le domaine de la santé sont les suivants :
o Le pays s?est doté des documents de politique et de stratégie (Plan de Développement Sanitaire, Plan stratégique National Faire Reculer le Paludisme 2007-2001, Politique Nationale de Lutte contre la Lèpre, Cadre Stratégique National de Lutte contre le VIH/SIDA 2006-2010) ;
o En matière de lutte contre la mortalité maternelle il s?agit de :
? La réhabilitation et l?équipement des structures sanitaires détruites pendant les conflits parallèlement au recrutement et une meilleure motivation de personnels de santé qualifiés et leur redéploiement équitable sur l?ensemble du territoire ;
? L?accroissement des campagnes de sensibilisation auprès des communautés concernées (fréquentation des CPN et centres de planning familial, lutte contre les grossesses précoces, les excisions?) ;
? L?implication de la communauté à travers la formation et l?équipement des accoucheuses traditionnelles pour la détection précoce et l?orientation dans les centres mieux équipés ;
? L?intégration d?un paquet à haut impact pour la réduction de la mortalité maternelle (SONU/GATPA, Vaccination antitétanique, supplémentation en fer, VIH/SIDA, la planification familiale) ;
? L?intégration avec les autres politiques de prise en charge de la santé (lutte contre le VIH-SIDA et la tuberculose notamment..) ;
? Le rôle positif joué par les ONG humanitaires dans le domaine sanitaire ;
? La mobilisation des ressources auprès des partenaires (UNFPA, Fonds mondial, OMS, UNICEF, etc.) ;
? La mise à disposition dans les FOSA des médicaments génériques à moindre coût ;
? L?élaboration d?une feuille de route et d?un plan d?accélération de la réduction de la mortalité maternelle ;
? La mise en place d?une mutuelle de santé.
o En matière de lutte contre la mortalité infantile, il s?agit de :
? la mobilisation sociale et l?implication des ONG et la communauté dans la prise en charge à domicile ;
? le recrutement de personnel de santé qualifié et leur déploiement sur toute l?étendue du territoire ;
? l?intervention des ONG humanitaires ayant permis de couvrir les besoins sanitaires dans les zones de conflit ;
? la mobilisation des ressources auprès des partenaires non traditionnels (GAVI, Fonds mondial, Rotary International, etc.) ayant permis un passage à échelle ;
? la stratégie d?intégration des actions ayant permis l?efficacité et l?efficience dans les interventions (la prévention de la transmission du virus HIV des parents à l?enfant (PTPE) ;
? la distribution des moustiquaires imprégnées et la multiplication des journées nationales de vaccination accompagnée de la supplémentation en vitamine A).
o En ce qui concerne la réduction de la propagation de l?infection à VIH et son impact sur la communauté, une riposte nationale a été
organisée depuis 1987. Avec l?adhésion du pays au principe du Three Ones, il existe désormais une seule structure multisectorielle de lutte contre le VIH/Sida SIDA qui est le Comité National de Lutte contre le SIDA (CNLS) placé sous l?autorité directe du Président de la République, un seul cadre d?intervention qui est le Cadre Stratégique National (CSN) et un seul cadre de Suivi et Evaluation. Les facteurs de succès et les bonnes pratiques se présentent comme suit :
o Sur le plan organisationnel et programmatique :
- Le CSN a facilité une visibilité de la lutte dont la vision est de contenir et réduire la propagation du VIH et d?améliorer la qualité de vie des personnes infectées et ou affectées en 2010 ;
- L?extension à tous les chefs lieux des préfectures et de certaines sous préfectures des centres de dépistage
volontaires, des sites de prévention de la transmission des parents à l?enfant et des sites de prescriptions des ARV ;
- L?utilisation du canal de l?Unité de Cession des Médicaments pour le stockage et la distribution des ARV
facilitant les tâches des prescripteurs ;
- La décentralisation des centres pour les examens biologiques facilitant l?accès aux patients et le suivi des
personnes vivant avec le VIH ;
- Le renforcement de capacité numérique, technique et matériel des équipes techniques préfectorales, branches
décentralisées de la coordination nationale de la lutte contre le VIH/Sida SIDA ;
- La production régulière des rapports de progrès sur l?épidémie ;
- La publication régulière des rapports UNGASS 2005, 2008 et 2010 et du rapport sur l?accès universel 2008
visant à assurer la disponibilité (mettre à disposition) des informations sur les différents aspects de l?épidémie ; La désignation de la CN/CNLS comme bénéficiaire principal des financements du Fonds Mondial après une évaluation satisfaisante des ses capacités de gestion ;
- La décentralisation et le renforcement des capacités pour la prévention et la prise en charge médicale ;
- Le renforcement du système d?approvisionnement et de gestion des stocks.
o Sur le plan de ressources :
- La mobilisation des ressources financières auprès des différents partenaires dont la Banque Mondiale, le Fonds Mondial, etc. ;
- La mobilisation des ressources humaines par la formation des médecins prescripteurs et de certains personnels paras médicaux et personnels sociaux sur les techniques de prise en charge des Personnes Vivant avec le VIH (PVVIH) ;
- l?implication des organisations de la société civile, confessionnelle, privée et les structures publiques.
o En matière de lutte contre le paludisme les facteurs de succès reposent sur :
? le changement de protocole de traitement et l?utilisation des moustiquaires imprégnées de longue durée ;
? l?intégration dans le dispositif du Ministère d?un service de lutte contre le paludisme chargé de l?organisation de la lutte ;
? l?intégration au circuit national des antipaludiques en générique à moindre coût sur l?ensemble du pays ;
o S?agissant du programme tuberculose, le succès est dû au fait de :
? la redynamisation et de l?extension des centres de dépistages et de prise en charge des tuberculeux qui est passé de 3 à 76 depuis 2005 ;
? la formation du personnel du programme ;
? l?équipement et la dotation régulière des centres en matériel, réactifs, consommables et les antituberculeux et ;
? le développement de la stratégie de DOTS communautaire par l?implication des volontaires en vue du suivi des patients et de la relance des « perdus de vue ».
? Actions spécifiques en faveur de l?emploi :
Quelques tendances d?amélioration ont été observées entre 2003 et 2009 concernant la situation de l?emploi dans le pays.
Des efforts importants ont été déployés par le Gouvernement pour intégrer progressivement des jeunes diplômés dans la fonction publique et des textes ont été adoptés pour l?amélioration des conditions de travail ainsi que des initiatives pour développer les activités à haute intensité de main d?oeuvre (THIMO).
Des programmes de formation pour la réinsertion des jeunes à travers la Jeunesse Pionnière Nationale (JPN) ont aussi été mis en oeuvre.
? Actions spécifiques en faveur de l?Education :
o L?adoption de nouveaux cadres stratégiques a favorisé le développement du secteur. En effet, suite a l?adoption de la stratégie nationale de réduction de la pauvreté (DSRP), avec l?appui des partenaires techniques et financiers, le gouvernement a élaboré une nouvelle Stratégie Nationale du Secteur de l?Education (SNSE) qui a permis l?élection du pays à l?Initiative pour la Mise en OEuvre Accélérée de l?Education Pour Tous (IMOA-EPT).
o Ce nouveau cadre a permis la mobilisation des ressources dans le cadre du Projet d?urgence au Secteur de l?Education et la Santé (PSES) et par la suite du Projet d?Appui au Programme Sectoriel de l?éducation (PAPSE).
o En outre, l?étude diagnostique du système éducatif (RESEN) a permis à la RCA de bénéficier de l?initiative Fast Track permettant d?accéder à des ressources supplémentaires pour La stratégie de paiement des salaires des contractuels dans leurs localités respectives a permis de réduire le taux d?absentéisme chez ces derniers et par conséquent a augmenté le temps effectif d?apprentissage des élèves. En outre, le paiement à terme échu des salaires ainsi que le déblocage d?une partie des arriérés dus aux fonctionnaires de l?Etat a crée créé un climat d?apaisement social qui a réduit le débrayage du corps enseignant.
Par ailleurs d?autres facteurs ont contribué aux succès de la scolarisation des filles ces dernières années. Il s?agit de la politique mise en place pour promouvoir l?enrôlement et le maintien des filles à l?école notamment :
o la suppression des redevances scolaires pour les filles ;
o la création dans certaines écoles des latrines séparées pour les filles ;
o la mise en place des cantines scolaires et des points d?eau dans de nombreux établissements scolaires ;
o la suppression de l?exigence des actes d?état civil pour inscrire les filles ;
o l?uniformisation des tenues scolaires, etc?

VI/ Eaux :

Plusieurs facteurs favorables ont influencés les résultats atteints dans ce secteur. Il s?agit en particulier de :
- L?adhésion du pays aux principes de Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE) adoptés à Dublin en 1992 qui a conduit à l?élaboration d?un nouveau Document de Politique adopté en avril 2006 par le décret n° 006/170 du 25 mai 2006 et qui détermine les orientations nationales globales de la gestion des ressources en eau et de l?assainissement.
- La dotation du pays d?un Schéma Directeur pour l?Eau et l?Assainissement en Janvier 2001 ;
- L?existence des structures suivantes:
 La Direction Générale de l?Hydraulique (DGH);
 L?Agence Nationale de l?Eau et de l?Assainissement (ANEA) chargée de mener les actions dans le domaine de l?eau et de l?assainissement en milieu rural ;
 L?Agence de Régulation du Secteur Eau et Assainissement (ARSEA) chargée de favoriser la satisfaction des besoins en eau de l?ensemble des consommateurs et la promotion de l?assainissement dans une perspective de développement durable, en tenant compte des préoccupations économiques sociales et environnementales ;
 La Société de Distribution d?Eau en Centrafrique (SODECA) en milieu urbain ;
 Le code de l?eau prévoit aussi la création de :
 Le Conseil National de l?Eau et l?Assainissement (CONEA);
 Le Fonds National pour l?Eau et l?Assainissement (FNEA).
Dans le souci de se doter de documents stratégiques pour assurer la viabilité et la durabilité des actions du secteur de l?eau, le pays a entrepris plusieurs actions comme suit :
- en 2003 : la loi n° 03.04 du 20 janvier 2003 portant Code de l?Hygiène prévoit la création d?un organe autonome chargé de la réglementation du sous secteur assainissement ;
- en 2005 : Une feuille de route destinée à promouvoir une gestion intégrée des ressources en eau a été adoptée ;
- en 2006, la Loi n˚ 06/001 du 12 avril 2006 portant Code de l?Eau de la RCA a été promulguée. Les orientations du Code sont entre autres de : i) mobiliser et gérer les ressources en eau ; ii) valoriser les ressources en eau comme ressource économique; et iv) mettre en place un cadre institutionnel qui définit le rôle des acteurs et les mécanismes financiers ;
- en 2007 le Document de la Stratégie de Réduction de la Pauvreté a défini des nouvelles orientations conforment aux Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD)
- en 2010, le Document de la Stratégie de Réduction de la Pauvreté de deuxième génération DSRPII 2011-2015).
En outre, le partenariat international de l?eau a été mis en place chargé de faire la promotion de la GIRE.

VII/ Développement rural :

? Adoption de politique et stratégie :
o Les Etats généraux de l?agriculture, tenue en décembre 2007, ont mis l?accent sur l?amélioration de la gestion des ressources naturelles et la sécurité alimentaire. La Stratégie de développement rural, publiée en août 2008, prévoit de nombreuses actions, notamment l?intensification agricole, la mécanisation, la vulgarisation, le renforcement des organisations paysannes, le développement des filières, la production de biocarburants (objectif renforcé par la Loi n° 08.018 envisageant les productions de bioéthanol, biodiesel, biogaz).
o Le Plan Directeur Agricole (PDA), Ce Plan, initialement lancé par la BAD, a été ensuite actualisé et adopté en décembre 2000 avec l?appui de la FAO. Il couvre aussi bien le domaine de production agricole que celui des ressources naturelles (environnement eaux forêts chasses pêches et tourisme). Il tient compte et intègre les travaux et réflexions stratégiques antérieurs tels que le Document cadre de politique économique 1998-2000 (DCPE), le Programme national d?actions environnementales (PNAE), le Document de positions nationales de la RCA au Sommet mondial de l?alimentation (1996), le Plan national de lutte contre la pauvreté (PNLCP). L?objet du PDA était de "promouvoir un développement accéléré du secteur agricole visant à renforcer la sécurité alimentaire dans l?ensemble des régions et pour la majorité des ménages centrafricains". De manière spécifique, ses objectifs visent à : (i) améliorer les revenus des populations rurales; (ii) assurer la sécurité alimentaire de la population et une gestion rationnelle du milieu naturel; (iii) accroître et diversifier les exportations agricoles; (iv) promouvoir une politique de développement des industries agroalimentaires afin de mieux valoriser les produits agricoles. La stratégie d?intervention met l?accent sur une approche systémique et participative du monde rural. Ses axes d'intervention sont déclinés en 4 composantes :
1. Le renforcement des capacités institutionnelles (ministères, ONG, capacités régionales) comprenant l?ensemble des mesures et actions destinées à améliorer l?environnement institutionnel et ses capacités d?intervention et de gestion ;
2. L?amélioration de l?environnement économique du secteur agricole couvrant l?ensemble des mesures et des actions qui visent l?amélioration des routes, des infrastructures de base, la mise en place de facilités de crédit, de formation conseil, le rétablissement d?un minimum de sécurité pour les opérateurs et les commerçants ;
3. L?amélioration de la productivité agricole regroupant l?ensemble des mesures et des actions d?appui sur les filières de production qui ne pourront être mises en ?uvre qu?avec un environnement institutionnel et économique adéquat ;
4. La gestion durable et la valorisation des ressources naturelles, et le développement intégré des zones isolées, marginalisées spécifiant les mesures et les actions destinées à rééquilibrer la répartition des efforts de développement pour assurer un développement équilibré des régions tout en améliorant la gestion des ressources naturelles dans les zones périphériques.
Malheureusement, il n?a pas été validé par la communauté des partenaires au développement. Aussi, la table ronde prévue avec les bailleurs de fonds, n?a pu avoir lieu du fait de la morosité de la conjoncture socio-politique très tendue qui a entraîné l?insécurité dans le pays. Ce Plan Directeur Agricole a permis cependant de dégager les grandes orientations du secteur agricole dans le cadre de l?élaboration du DRSP. Ainsi, la stratégie sectorielle et les programmes agricoles du DRSP découlent du PDA et des Etats Généraux du Développement Rural.
o Le Programme Détaillé pour le Développement de l?Agriculture Africaine (PDDA) est un programme initié par le NEPAD et appliqué dans beaucoup de pays africains. Il vise à augmenter la productivité agricole à un niveau de 6%, avec un accent particulier sur les petits producteurs et surtout les femmes. Le PPDA a été signé le 15 avril 2011 à Bangui, entre le Gouvernement Centrafricain et ses principaux partenaires (ACPN/NEPAD, CEEAC, BM, IFPRI et FAO). Le Plan National d?Investissement Agricole et de Sécurité alimentaire (PNIASA) est en cours de finalisation.
o Une Stratégie de Développement Rural, de l?Agriculture et de la Sécurité Alimentaire (SDRASA) couvrant la période 2011 à 2015 vient d?être élaborée. Elle adresse l?agriculture dans tous ses aspects à savoir le cadre de vie de la population, les productions agro-sylvo-pastorales et halieutiques et l?environnement de la production
? Adoption des lois :
o Réglementation Commune sur l?Homologation des Pesticides en Zone CEMAC du 11 mars 2006;
o Loi N°07.015 du 19.06.2007 portant création d?un Fonds de Développement Agricole et Pastoral ;
o Loi N°07.016 du 19.06.2007 portant création de l?Office National du Matériel Agro-Pastoral ;
? Création d?institutions :
o Création du Comité National de Gestion des Pesticides en République Centrafricaine par l?Arrêté N°028/MDRA/DIRCAB/09 du 2 septembre 2009 ;
o Création d?un Fonds de Développement Agricole et Pastoral par la Loi N°07.015 du 19.06.2007;
o Création d?un Office National du Matériel Agro-Pastoral par la Loi N°07.016 du 19.06.2007;
? Exécution des Projets :
Les principaux projets qui ont été mis en ?uvre en RCA dans le cadre des secteurs de l?agriculture et de l?élevage sont les suivants :
o Programme de développement des savanes vivrières (PDSV) financé par le Fonds international pour le développement agricole (FIDA) et implanté depuis 1984 jusque alors dans le centre et l'Ouest du pays (Préfectures de l?Ombella-Mpoko et de la Nana-Mambéré) ;
o Projet de développement de la Région de Bouca (PDRB) financé par le FIDA entre 1991 et 1999 et mis en ?uvre dans la sous-Préfecture de Bouca. Il a financé des activités de développement rural intégré ;
o Projet d?appui à la production agricole et à l?autopromotion villageoise (PAPAAV) financé par l?Union européenne entre 1996 et 2000 et mis en ?uvre dans les Préfectures de la Ouaka, de la Basse Kotto et de Mbomou. Il a appuyé la production de café et le petit élevage ;
o Programme d?appui aux institutions agricoles (PAIA) financé par plusieurs bailleurs de fonds (avec la BM en chef de file) et mis en ?uvre entre 1989 et1998. Ce programme a appuyé diverses institutions agricoles ;
o Projet de développement de l?élevage et de gestion des parcours (PDEGP) financé par la BM entre 1995 et 1998.
o Projet d?appui à la réhabilitation des infrastructures rurales (PARIR), financé par la BAD et mis en ?uvre entre 2000 et 2014 dans les Préfectures de la Kémo et de l?Ouaka.
? D?autres Actions initiées :
o Le règlement des arriérés dus aux Producteurs de coton, café et tabac;
o Actions de Soutien à la production traduites par la fournitures d?intrants et petit outillage agricoles à plus de 800 000 ménages de petits producteurs, 400 paires de b?ufs de traction et 500 charrues fournies pour la relance de la culture attelée;
o La redynamisation des structures d?encadrement par le redéploiement des cadres d?encadrement dans toutes les régions du pays;
o Actions de sensibilisation des éleveurs déplacés ayant abouti à leur retour massif au pays;
o Actions de promotion de l?élevage à cycle court.
Les Principaux résultats obtenus sont les suivants
Désignation 2008 2010
Coton (en tonnes) 2000 10 000
Café marchand (en tonnes) 3 545 5 296
Manioc (en tonnes) 619 700 646 000
Céréales (en tonnes) 251 300 259 100
Gros bétail (nb de têtes) 3 700 000 4 000 000
Petits ruminants (nb de têtes) 1 621 000 6 009 000
Volailles (nb de têtes) 5 631 000 6 117 000

VIII/ Enérgie :

o sous secteur électricité
- L?Ordonnance n° 05.001 du 1er janvier 2005, portant Code de l?Electricité de la RCA, libéralise le sous-secteur de l?électricité et crée l?Agence Autonome de Régulation du Secteur de l?Electricité en Centrafrique (ARSEC) et l?Agence Autonome de l?Electrification Rurale de Centrafrique (ACER) ;
- Le Décret n° 05.272 du 11 septembre 2005, portant organisation et fonctionnement de l?ARSEC qui a pour mission de contrôler l?exécution des contrats de concession, d?affermage, de régie intéressée ou de gérance des opérateurs du sous-secteur afin de veiller, d?une part, au respect de leurs obligations contractuelles et, d?autre part, à la préservation des intérêts des consommateurs ;
- le Décret n° 05.273 du 11 septembre 2005, portant organisation et fonctionnement de l?ACER qui est chargée de faire la politique du Gouvernement en matière d?électrification rurale, favorisant ainsi par le biais des procédures simples toute initiative à la promotion et au développement ;
- le Décret n° 10.092 du 18 Mars 2010, portant adoption du document de politique énergétique national.
o sous secteur hydrocarbure
- L?Ordonnance n° 93.007 du 25 mai 1993 portant Code Pétrolier. Elle régit la prospection, la recherche, l?exploitation et le transport d?hydrocarbures sur le territoire de la République Centrafricaine ainsi que le régime fiscal de ces activités.
- La Loi n° 07.005 du 24 avril 2007, portant réorganisation du sous secteur pétrolier aval en République Centrafricaine, consacre la libéralisation du sous-secteur, pose les règles générales de l?exercice de toute activité de la filière, renforce la présence de l?Etat dans la filière en prévoyant les structures publiques de contrôle et confie l?exclusivité du stockage des produits pétroliers et dérivés à une Société d?Economie Mixte dont la majorité des parts est détenue par l?Etat.
- La Loi n° 07.006 du 24 avril 2007, portant création de l?Agence de Stabilisation et de Régulation des Prix des Produits Pétroliers (ASRP), chargée de la stabilisation et de la régulation des prix de produits pétroliers et dérivés sur l?ensemble du territoire national.
- La Loi n° 07.007 du 24 avril 2007, portant création de la Société Centrafricaine de Stockage des Produits Pétroliers (SOCASP), chargée de l?exclusivité de la réception, du stockage et de la manutention de tous les produits pétroliers et dérivés. - La Loi n° 08.018 du 06 juin 2008 sur les biocarburants en République Centrafricaine crée l?Agence de promotion des biocarburants.

o Des projets
- Projet de la centrale hydroélectrique Boali 3, de transport et transformation :
Ce projet consiste à :
? installer deux turbines de 5 MW chacune au pied du barrage de Boali 3 et quelques travaux de maintenance de génie civil ;
? construire une nouvelle ligne HT 110 KV entre Boali 3-Boali 2, Pk 16 au poste C et du poste C au poste A ;
? construire une sous station C de 110 KV.

Le projet est financé par la Chine pour un montant de 187 000 000 000 de RMB soit environ 14 milliards de F CFA. Les résultats attendus de ce projet sont l?augmentation de la capacité de production de 10 MW, la suppression du temps de délestage et l?amélioration de la qualité du service électrique.
Le délai d?exécution est de 23,5 mois à compter de la date de signature du contrat.

- Projet d?électrification périurbaine intensive :

Ce projet comprend deux volets
? Volet Planification : il consiste au montage du Système d?Information Géographique (SIG), à une analyse prévisionnelle de la demande à l?horizon 2025 et à une analyse stratégique du système de développement. A ce jour le SIG est mis en place et l?analyse prévisionnelle est en cours ;

? Volet Branchement : il consiste à réaliser 10 000 branchements dans les zones périurbaines de Bangui et de Bimbo. La phase pilote de 1 000 abonnés est en cours de réalisation à Boeing. Les 9 000 autres branchements se feront en 2012.

Le projet a un coût global de 2 818 173 Euro soit 1 848 600 306,6 F CFA subventionné à 74,28 % par l?Union européenne et le reste par la Société Enérgie Centrafricaine (ENERCA) et les usagers.
Le délai d?exécution est de 4 ans donc il prendra fin en Décembre 2012.
1. Quels exemples ou expériences provenant d?autres domaines peuvent démontrer comment le soutien politique pour des questions critiques (OMD, changement climatique etc.) a été renforcé ? Comment peuvent-ils être appliqués au Développement Durable ?
L?exemple provenant d?autres domaines et démontrant le soutien politique du Gouvernement est l?approbation du programme Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (DDR) des ex rebelles. En effet, après plusieurs années de trouble politico-militaire, le gouvernement a approuvé ce programme en vue de mettre un terme définitif à l?insécurité et à l?affrontement armé qui ont longtemps perturbé la mise en ?uvre de politique du développement durable en Centrafrique. Ce programme vise à :
? Contribuer à la restauration de la sécurité, de la stabilité en facilitant la réintégration des ex combattants, créant ainsi un environnement propice à la réhabilitation et au relèvement ;
? Redonner de l?espoir en créant un climat de confiance et de convivialité entre les factions qui étaient en conflit et l?ensemble de la population ;
? Contribuer également à la réconciliation nationale et dégager les ressources humaines et financières ainsi que le capital social nécessaire à la reconstruction et au développement.
Les résultats finaux de DDR sont:
? La restauration de la stabilité et de la sécurité et la consolidation de la paix ;
? La réintégration des ex combattants qui deviennent ainsi des acteurs pour le développement plutôt que des bras destructeurs ;
? Renforcement des capacités des ex combattants en vue d?obtenir de revenu et de gagner de l?argent légalement ;
? Amélioration de la qualité et de l?efficacité de l?armée (réduction du coût de maintien de la force?) ;
? Obtenir l?occasion de restructurer l?armée ou la police pour la rendre plus efficace (modernisation, professionnalisation et prise des mesures disciplinaires) ;
? Promotion de la lutte contre la pauvreté et la sécurité humaine, et de la résolution non violente des conflits par la réduction du nombre d?armes en circulation ;
Le lien entre ce programme et le développement durable est que son objectif de paix est une condition préalable et transversale de réalisation de tous les volets du développement durable.
Défis
2. Pour les 10 prochaines années, quelles seront les priorités de votre gouvernement pour accélérer le progrès envers le Développement Durable ?
Les priorités du gouvernement pour les 10 prochaines années seront :
a. La consolidation de la paix ;
b. L?accès à des ressources financières additionnelles ;
c. L?exploitation des ressources minières ;
d. L?amélioration des conditions de production en milieu rural ;
e. Améliorer l?accès de la population à l?éducation et au service de santé ;
f. Réduction du chômage des jeunes ;
g. Intégrer les préoccupations environnement dans toutes les activités de développement ;
h. Lutter contre les changements climatiques
3. Comment la coopération internationale pourrait-elle renforcer le soutien pour le développement durable ? quelles sont vos attentes envers la CNUDD à cet effet ?
Nos attentes envers la CNUDD sont les suivantes :
a. Création d?un Fonds d?appui aux initiatives du développement durable ;
b. Elaboration d?une feuille de route claire de mise en ?uvre du développement durable ;
c. Financement de la mise en ?uvre des stratégies nationales de développement durable ;
d. Renforcement de capacité en matière d?économie verte ;
e. Transfert de technologie en matière d?économie verte.
Risques
8. Parmi les principaux décideurs politiques de votre pays, diriez-vous que la vision dominante des trois piliers du développement durable est : ???il y a des arbitrages difficiles entre eux ? ??.ils sont fortement complémentaires ? veuillez élaborer brièvement votre réponse.
Il ya des arbitrages difficiles entre eux parce que tout l?effort est consenti sur le volet croissance économique. En effet, le gouvernement cherche un résultat immédiat en se focalisant beaucoup plus sur les activités qui sont susceptibles de créer de la richesse que celles qui peuvent assurer la protection de l?environnement car les questions environnementales ne peuvent produire que des résultats à long terme ce qui n?est pas bien du point de vue politique.
Document B
Questionnaire sur l?évaluation des progrès réalisés à ce jour et des lacunes à combler au niveau de la mise en ?uvre des résolutions des documents finaux des grands sommets sur le développement durable.
I. Introduction
II. Questionnaire
Expériences
1. Quels indicateurs ou information sur le développement durable se sont montrés les plus utiles pour évaluer les écarts et les progrès envers le développement durable ? SVP, classez ces derniers par ordre d?importance avec 1=plus important. Mettre en pièce-jointe, ou fournir aussi un lien pour les données statistiques pertinentes SVP.
1????.indicateurs économiques (croissance économique, commerce)
2????.indicateurs compréhensifs (IDH, OMD)
3????.indicateurs de pauvreté (indice de pauvreté ou autres mesures à spécifier)
5????.indicateurs environnementaux (indice de durabilité de l?environnement (IDE), empreinte écologique, autres à spécifier)
4????..indicateurs sociaux (chômage, espérance de vie)
6????résultats de sondages d?opinion publique
???autres à spécifier
2. Quels indicateurs d?objectifs et de stratégies intégrées sont les plus utiles ? classez-les selon leur ordre d?importance.
1???.indicateurs de résultats (corrélation entre indicateurs de changement économique, social, et environnemental)
2???.indicateurs d?engagement (fiscal ou autre soutien pour les programmes intégrés de développement durable)
3??..indicateurs institutionnels (utilisation des stratégies intégrées, établissement de mécanismes de coordination)
4??.indicateurs liés à l?information (développement d?outils d?analyse et d?évaluation, collection de données, investissement dans la recherche)
??.autres à spécifier.
3. En se basant aussi bien que possible sur ces indicateurs, pouvez-vous fournir une évaluation des progrès fait envers le développement durable ces 18 dernières années (1992-2010) (a) au niveau de votre pays (si possible) et (b) au niveau global (mettre en pièce jointe toutes études techniques ou analyses politiques pertinentes sur le sujet. Pour chaque entrée, veuillez fournir l?article original ou un lien internet, accompagné d?un court résumé.)
Facteurs de succès
4. Quels facteurs expliquent les progrès dans la mise en ?uvre ? Classez-les selon leur ordre d?importance.
1???.utilisation de stratégies intégrées
4???croissance économique généralisée ou prospérité
3???investissement dans la capacité technique et institutionnel
2??soutien financier de ressources internationales
??..autre à spécifier.
5. Votre gouvernement a-t-il introduit une planification intégrée et une prise de décision pour le développement durable ? si oui, sous quel titre (SNDD, DSRP, plan quinquennal, NCS ou PANE, autre) ? quelles sont les leçons tirées de cette expérience ?

Oui notre gouvernement a introduit une planification intégrée et une prise de décision pour le développement durable sous le titre du Document de Stratégie pour la Réduction de la Pauvreté (DSRP) et le Plan National d?Action Environnementale.
Les leçons tirées de cette expériences est que l?évaluation indépendante du DSRP révèle que malgré un contexte délicat, des progrès significatifs ont été enregistrés, notamment dans la résolution des conflits internes, la sauvegarde de la paix et la cohésion sociale. Avec l?appui des partenaires techniques et financiers, le Gouvernement a engagé de nombreuses réformes économiques et financières qui lui ont permis d?atteindre le point d?achèvement de l?initiative PPTE avec comme résultat un allègement substantiel de la dette extérieure de la RCA. Cette évaluation a aussi permis d?intégrer le volet environnement et changement climatique dans la deuxième génération du DSRP.

6. Ces dernières sont-elles des exemples de solides partenariats public-privé pour le développement durable dans votre pays ? comment ont-ils été promus ?
Oui ces dernières ont été des exemples de solides partenariats public-privé pour le développement durable dans notre pays.
Ces documents ont été la référence de tous partenariats.
7. L?assistance technique des entités du système des nations-unies a-t-elle été un facteur-clé dans l?explication des progrès liés au développement durable ? si oui, dans quels secteurs (OMD, énergie, eau, santé, agriculture, biodiversité, forêts, changement climatique, emplois, autre) ?
Oui l?assistance technique des entités du système des nations-unies a été un facteur-clé dans l?explication des progrès liés au développement durable notamment dans les secteurs de l?énergie, eau, santé, agriculture, forêts, changement climatique et OMD
Défis
8. Quelles sont les principales barrières à la mise en ?uvre ? classez-les selon leur ordre d?importance avec 1=plus important.
3????coordination inadéquate entre ministères
2???..faible priorité politique pour les prises de décisions intégrées
1???..problèmes crées par une croissance ralentie
6??..manque de données
4???..soutien international inadéquate ou imprévisible
5???..sensibilisation ou engagement du public inadéquat
???..autre à spécifier
9. Quelles sont les mesures qui doivent être prise pour faire face à ces barrières dans un effort de combler les lacunes de la mise en ?uvre ?
Les mesures qui doivent être prise pour faire face à ces barrières sont les suivantes :
- Un soutien international fort et constant en matière de financement ;
- Allègement des dettes ;
- Sensibilisation du public
10. Quelles sont les principales difficultés rencontrées dans la promotion de planification et de prise de décision intégrées ?
- Ignorance des enjeux du développement durable au niveau gouvernemental ;
- Conflit d?intérêt au niveau des Ministères sectoriels ;
- Ressources financières de l?Etat très limités.
11. Quelles actions supplémentaires pourraient être prises pour promouvoir des actions volontaires et des partenariats effectifs ?
Risques
12. Quelles sont les risques d?un progrès soutenu envers la convergence entre les trois piliers du développement durable ?
Le facteur bloquant de progrès envers le développement durable est la résurgence des conflits armés.

Document C
Questionnaire :
Relever les nouveaux défis émergents
I. Introduction
II. Questionnaire
Expériences
1. Quels cinq nouveaux défis émergents risquent plus fortement d?avoir un impact important sur les perspectives de développement durable de votre pays dans la décennie à venir ? les classez selon leur ordre d?importance SVP.
2. Quels mécanismes ont été mis en place par votre pays pour faire face à ces défis : au niveau local ? au niveau national ?
3. Dans lesquels de ces domaines le soutien de la communauté internationale est-il à venir ? dans quels domaines un nouveau soutien renforcé de la communauté internationale est-il nécessaire ?
4. Quels nouveaux défis émergents doivent êtres exécutés à la CNUDD ?
Facteurs de succès
5. Quels facteurs expliquent la capacité de succès pour relever les nouveaux défis émergents ?
1???..ressources financières adéquates
2???.fort leadership gouvernemental
3???.investissement dans les infrastructures nécessaires
4???.programmes gouvernementaux dédiés
5???alphabétisation et sensibilisation auprès de la population
6??.systèmes de communications effectives
7??.disponibilité des données et des capacités techniques
8??rapidité et cohérence du soutien international
9??.Leadership par les organisations internationales
10???..coopération sud-sud
11??.coopération régionale
6. Quelles mesures ont été prises ou sont en considération dans votre pays pour renforcer ces facteurs de succès ?
Défis
7. Comment est-ce que le lien entre sciences, éducation et politique peut être renforcé pour faire face à ces nouveaux défis émergents, en particulier ceux identifiés plus haut ?
Par l?allocation de crédits suffisant à la formation scientifique et à la recherche.
8. Comment est-ce que le soutien international peut être employé effectivement pour faire face à ces défis ?
Risques
9. Les nouveaux défis émergents posent-ils un risque fondamental aux perspectives de croissance économique et de développement de votre pays ?
Oui
10. Comment est-ce que les risques sur les pauvres et les autres populations vulnérables peuvent-ils être adressés ?

Document D
Questionnaire sur l?économie verte dans le contexte de l?éradication de la pauvreté et du développement durable
I. Introduction
II. Questionnaire
Expériences
1. Existe-t-il un consensus entre les décideurs politiques de votre pays sur une définition précise du terme « économie verte dans le contexte de l?éradication de la pauvreté et du développement durable » ? Si oui, comment est-il défini ? (si pertinent, fournir toutes publications officielles ou études analytiques sur le concept de l?économie verte ou ses implications opérationnelles et sociales, le tout accompagné d?un petit résumé).
Non
? Quels sont les principaux exemples de politiques liées à l?économie verte qui sont actuellement mises en place dans votre pays ? (dépenses gouvernementales sur les infrastructures vertes, réformes des subventions, tarification de la pollution, marchés publics, autre)
Les principaux exemples de politiques liées à l?économie verte qui sont actuellement mises en place dans notre pays sont :
- Taxes sur les produits polluants ;
- l?aménagement et la Gestion des zones de chasse par les communautés ;
- l?aménagement et l?exploitation forestière en prenant en compte l?intérêt économique et social de la communauté ;
- l?aménagement et l?exploitation des sites de karité par des groupements féminins.
? Quelles politiques, ou types de politique, devrait-on considérer comme plus utiles pour promouvoir une économie verte, pourquoi ?
? Est-ce que la pauvreté et d?autres impacts sociaux probables sont-ils explicitement considérés dans la conception des politiques d?économie verte ? si oui, comment ?
2. Ces politiques sont-elles mises en ?uvre comme faisant partie d?une stratégie d?économie verte cohérente ou d?une croissance verte ?
3. Quels sont les principaux bénéfices à tirer de la mise en ?uvre d?une stratégie nationale pour l?économie verte ? La protection de l?environnement ; la disponibilité des matières premières (ressources naturelles) ; l?assainissement du milieu de vie ; nouvel créneau porteur ; opportunité d?emploi.
4. Quels secteurs économiques considérez-vous comme le plus important pour construire une économie verte dans le contexte de l?éradication de la pauvreté et du développement durable ? L?énergie et l?agriculture.
Facteurs de succès
5. Quelles politiques sur l?économie verte considériez-vous comme les plus efficaces ?
6. Comment est-ce que ces politiques ont contribué à l?éradication de la pauvreté ou à d?autres objectifs du développement durable ?
7. Selon vous, quelles sont les raisons principales de ces succès ? (disponibilité d?aptitudes institutionnelles et techniques pertinentes, un fort soutien politique, un vaste engagement de la société civile et des hommes d?affaires, un soutien international, autre)
8. Quelles mesures et actions ont été prouvées efficaces dans la construction dans un engagement politique et populaire pour les mesures liées à l?économie verte ?
Défis
9. Existent-ils des études dans votre pays qui identifient les facteurs de succès, défis ou risques associés aux politiques liées à l?économie verte soulignées o la question1 ? pour chacun, fournir un article original ou un lien internet, accompagné d?un petit résumé.
NON
10. En se basant sur toutes les informations ci-dessus, quel(s) est (sont), selon vous, le(s) résultat(s) qui vont émerger de la conférence des nations unies sur le développement durable en 2012 par rapport à la question de l?économie verte dans le contexte de l?éradication de la pauvreté et du développement durable ?
Des Informations nécessaires sur le domaine ;
Renforcement des capacités en matière d?économie verte ;
Identification des branches d?économie verte ;
Fonds de soutien aux initiatives d?économie verte
Risques
11. Quelle est la relation entre les politiques liées à l?économie verte et les autres politiques ou domaines politiques (pauvreté, croissance, emploi, commerce, etc.) ? s?agit-il de cas de conflits et, si oui, quelles sont les mesures prises pour y faire face ?
NON

Document E
Questionnaire sur le cadre institutionnel du développement durable
I. Introduction
II. Questionnaire

Il existe une une Commission Nationale de l?Environnement et du Développement Durable mais qui n?est pas encore fonctionnelle.
Un Point Focal National du Développement Durable est nommé.
Nom : NDARATA MASSANGUET Christophe
Email : ti_massanguet@yahoo.fr
Ministère de l?Environnement et de l?Ecologie : BP 686 Bangui République Centrafricaine.
Point Focal du Développement Durable : NDARATA MASSANGUET Christophe
Téléphone : (+236) 75 81 04 00 / (+236) 77 06 11 36
Email : ti_massanguet@yahoo.fr


Translated from French

Ministry of Environment and Ecology

Office of Cabinet Affairs

Central African Republic

No. 03/MEE/DIRCAB/011

Decree supplementing the provisions of Decree No. 003/MEE/DIRCAB of 16 February 2010, designating or confirming the focal points for monitoring and implementing various international and regional legal instruments concerning the environment

Considering the Constitution of 27 December 2004;

Considering Constitutional Act No. 10,005 of 11 May 2010, modifying and supplementing certain provisions of the

Constitution of 27 December 2004;

Considering Act No. 07,018 of 28 December 2007, establishing the Environment Code of the Central African Republic;

Considering Decree No. 11,032 of 18 April 2011, designating the Prime Minister and Head of Government;

Considering Decree No. 11,034 of 22 April 2011, designating the members of the Government, and subsequent amendments thereof;

Considering Decree No. 09,239 of 27 August 2009, establishing the structure and function of the Ministry of Environment and Ecology and setting out the remit of the Minister;

Considering Decree No. 003/MEE/DIRCAB of 16 February 2010, designating or confirming the focal points for monitoring and implementing various international and regional legal instruments concerning the environment,

The Minister of Environment and Ecology hereby decrees:

Article 1: The provisions of Decree No. 003/MEE/DIRCAB of 16 February 2010, designating or confirming the focal points for monitoring and implementing various international and regional legal instruments concerning the environment, shall be supplemented as follows:

Sustainable development:

? National focal point: Mr. Christophe Ndarata Massanguet;

? Assistant national focal point: Mr. Ralph Mercier Degue-Nambona Article 2: The present Decree, which shall take effect as from the date of its signature, shall be recorded and promulgated wherever the need arises.

Done at Bangui on 21 September 2011

(Signed) François Naoueyama

Minister of Environment and Ecology

Copies:

DIRCAB

UNDP

COMIFAC

OIF

CEAC

Other interested parties

File

|--------------------------------|
Copyright (c) United Nations 2011 | Terms of Use | Privacy Notice | Contact | Site Map | New