Togo
Information
  • Date submitted: 1 Nov 2011
  • Stakeholder type: Member State
  • Name: Togo
  • Submission Document: Download
Keywords: Commitments (4 hits),

Full Submission

Questionnaire for the Member States on Experiences, Success Factors, Risks and Challenges with Regard to Objective and Themes of UN Conference on Sustainable Development (UNCSD)

I. Introduction

1. This Questionnaire has been prepared in response to the decisions of the First Preparatory Committee Meeting (1st Prepcom) held on 17-19 May 2010, which invited the Member States to contribute to the preparatory process, inter-alia, on experiences, success factors, challenges and risks. Contributions and information collected will lead to the preparation of a Synthesis Report which will be discussed at the first intersessional meeting scheduled to take place on 10-11 January 2011.

II. Objective and Themes of UNCSD

2. UNCSD is being organized in pursuance of General Assembly Resolution 64/236 of 24 December 2009. The Conference will take place in Rio de Janeiro, Brazil, in 2012 on the occasion of the 20th anniversary of the 1992 United Nations Conference on Environment and Development (UNCED), in Rio de Janeiro, and the 10th anniversary of the 2002 World Summit on Sustainable Development (WSSD) in Johannesburg

3. The objective of the Conference is to secure renewed political commitment for sustainable development, assessing the progress to date and the remaining gaps in the implementation of the outcomes of the major summits on sustainable development, and addressing new and emerging challenges. To this end, the focus is on two themes: (a) a green economy in the context of sustainable development and poverty eradication; and (b) the institutional framework for sustainable development.

III. Questionnaires for Providing Contributions

4. Separate questionnaires have been prepared for the objective and two themes of the Conference (see Attachments A-E). A list of these questionnaires is provided below.

 Questionnaire A: Renewing political commitment for sustainable development

 Questionnaire B: Assessing the progress to date and the remaining gaps in the implementation of the outcomes of the major summits on sustainable development

 Questionnaire C: Addressing new and emerging challenges

 Questionnaire D: Green economy in the context of sustainable development and poverty eradication

 Questionnaire E: Institutional framework for sustainable development

Each questionnaire is divided into two parts. Part I provides a brief introduction with regard to current thinking on the issues embedded in each objective and theme, while questions for which contributions are sought are presented in part II. These questions are grouped under experiences, success factors, challenges and risks.

IV. Process for Submitting Contributions

5. There are two ways of submitting contributions, on-line or by email:

 Online: Questionnaires will be posted on the UNCSD website in a writeable form. Focal points can request a secure password from the secretariat (UNCSD2012@un.org). Stakeholders will be able to enter information on their secure location, submit completed portions and attachments in real time, while saving incomplete work for later submission.

 By email: The questionnaires can be downloaded from the website or obtained electronically from the secretariat (UNCSD2012@un.org), and completed offline. They can be submitted, together with relevant attachments, by e-mail to UNCSD2012@un.org, with a copy to Mr. Arthur de la Cruz: (delacruza@un.org).

6. In addition to solicited inputs through the questionnaires for the preparation of the Synthesis Report, the Member States are invited to submit additional material on case studies, best practices, lessons learned, assessments made, specific programmes/projects implemented, institutions developed which are relevant to the objective and themes of the conference. This information can be submitted electronically, as pdf attachments or weblinks (urls). Electronic copies can be sent to UNCSD2012@un.org, with a copy to delacruza@un.org. If electronic copies are not available, hard copies can be sent by mail to: Mr Arthur de La Cruz, Division for Sustainable Development, Two UN Plaza, 22nd Floor, Room DC2-2200, New York, NY 10017, USA, or by fax: +(1-212) 963-1267.

V. Deadlines for Submission of Inputs through Questionnaires

7. The final deadline for the submission of questionnaires and inclusion in the Synthesis Report is 1 November 2012. All submissions received by that date, together with supporting materials, will be posted on the UNCSD website as requested by the Preparatory Committee.

8. The Synthesis Report to be prepared from the submissions will be the basis for preparing a preliminary draft of the outcome document (see copy of guidance note attached).

l VI. Information Management System

9. In the UNCSD preparatory process, the information management system established by the Secretariat seeks to accomplish two purposes. First, it creates a structure through which all Stakeholders, including those designated by the Prepcom, can provide their contributions in a transparent, coordinated, and organized manner. Second, it seeks to create a structure through which all relevant institutions in the UN system can participate effectively during the process of Report preparation.

10. Separate pages will be established in the information management system for every Member State. The information on the page would be publicly available. Steps will be taken to develop a collaborative management system for the relevant pages, including the assignment of unique passwords to the respective Stakeholders for secured access and webpage management.

VII. Essential Background Materials

11. The following have been placed on the UNCSD website to assist Stakeholders in providing their contributions and completing the Questionnaires:

 ANNEX 1: Co-Chairs? Summary, 1st Prepcom

 ANNEX 2: Report of Contact Group 1, 1st Prepcom (Preparatory Process)

 ANNEX 3: Report of Contact Group 2, 1st Prepcom (Draft Rules of Procedure)

 ANNEX 4: List of Questions circulated by the Bureau to guide the discussions at the 1st Prepcom

 ANNEX 5: GA Resolution 64/236 Implementation of Agenda 21, the Programme for the Further Implementation of Agenda 21, and the Outcomes of the World Summit on Sustainable Development

 ANNEX 6: Secretary General?s Report for the 1st Prepcom (Document A/CONF.216/PC/2)

 ANNEX 7: Secretary General?s Report on the UNCSD Preparatory Process (Document A/CONF.216/PC/3)

 ANNEX 8: Secretary General?s Report on Draft Rules of Procedure (Document A/CONF.216/PC/3)

Attachment A

Questionnaire on Renewing political commitment for sustainable development

I. Introduction

The objective of UNCSD is to renew political support for sustainable development, assessing the progress to date and the remaining gaps in the implementation of the outcomes of the major summits on sustainable development, and addressing new and emerging challenges.

The issue of renewed political commitment will need to be addressed in the longer term context of how agreement among governments and other stakeholders at UNCSD could help accelerate progress towards, inter alia: (i) the demographic goal of stabilizing the global population; (ii) the developmental goal of extending the benefits of development equitably to all segments of global society; and (iii) the decoupling goal of ensuring that the use of materials and generation of wastes is within the regenerative and absorptive capacities of the planet.

II. Questionnaire

Member States are invited to provide contributions on experiences, success factors, challenges and risks pertaining to the UNCSD objective ?Renewing Political Commitment to Sustainable Development? in response to the following questions which have been developed based on the discussions which took place at the first Prepcom.

Experiences

1. Are there objective ways of measuring political commitment? What are the relevant indicators? Which indicators are most useful from your perspective? (e.g., New legislation enacted, Policy announcements, Budgetary allocation and support, Prominence of relevant institutions, Level of media interest, etc.)

The political commitment of the State to sustainable development can be objectively measured by:

- Growing allocations of resources to the institutions responsible for promoting sustainable development;

- Public investment with a lasting impact, that is public investment in areas that will stimulate the greening of economic sectors; and

- The adoption of laws, policies or strategies for the specific purpose of promoting sustainable development.

Based if possible on these indicators, how would you evaluate the national government?s political commitment today to sustainable development compared to 1992? How would you evaluate the political commitment of the international community compared to 1992?

The political commitment of the Government of Togo can be evaluated at three out of five (3/5). The country has a national sustainable development strategy and an overall planning framework that incorporates the sustainable development pillars moderately well. Public investment in the environment and social sectors is steadily increasing.

The political commitment of the international community to sustainable development since 1992 would, if it were to be evaluated, receive a mark of two out of five (2/5). This is because the three Rio Conventions and Agenda 21 have gained little traction in almost twenty years. Very few countries have put in place national sustainable development strategies.

In global terms, the sectors that promote green growth have been passed over when resources have been allocated. According to UNEP, the past two decades have seen substantial capital investment in real estate, fossil fuels and financial assets incorporating derivatives, but relatively little capital investment in renewable energies, energy efficiency, public transport, sustainable agriculture, protection of ecosystems and biodiversity, or soil conservation.

Aid Commitments on the part of developed countries are not fulfilled. Far from receding, poverty since 1992 has increased in some parts of the world owing to the combined effect of such new challenges as food, energy and financial crises, lack of clean water and shortage of productive land against a background of climate change, extreme weather and the growing scarcity of natural resources.

The transfer of technology called for by Agenda 21 to encourage the adoption of sustainable production and consumption patterns in developing countries has remained wishful thinking.

Success Factors

2. What actions have been introduced in your country to strengthen political support for sustainable development?

The principal actions introduced to strengthen political support for sustainable development are:

- Ratification by the Government of most of the multilateral environment agreements and their transcription into the national body of laws;

- Elaboration and validation of the national sustainable development strategy with the participation of all actors;

- Establishment of a national sustainable development commission; and

- Integration into the poverty reduction paper of the principles and concepts of sustainable development.

3. Are there specific sectors or areas (e.g., energy, water, biodiversity, other) where national political commitment to achieve sustainable development goals has been especially strong? If so, what factors explain that commitment?

Yes, political commitment to the achievement of Millennium Development Goals (MDGs) 5 and 6 has been particularly strong in Togo, and this has enabled the country to register some encouraging results and to be ranked in the 2010 report of the Overseas Development Institute and the United Nations Millennium Campaign among the twenty countries in the world which have made significant progress in reaching some of the MDGs, including reduction of child mortality, improvement of maternal health and declining prevalence of HIV/AIDS.

The factors that may explain such commitment are the political will shown at the highest level of the State and the international mobilization that these issues have elicited.

4. What examples or experiences from other areas demonstrate how political support for critical issues was enhanced (e.g., MDGs, climate change)? How could they be applied to sustainable development?

The notable advances made since 2007 in disaster management, the organization of emergency relief, and flood recovery can be cited as examples that amply demonstrate how political support ensures success in the attainment of development objectives.

As regards sustainable development, political commitment can be gauged from the importance attached to the National Sustainable Development Strategy, from the planning of national development and from the support given to the sustainable development coordination mechanism.

5. ?

Challenges

6. Looking forward to the next 10 years, what are your government?s highest priorities for accelerating progress towards sustainable development?

The Government?s priorities in order to accelerate progress towards sustainable development for the next ten years are clear from the four strategic areas of the National Sustainable Development Strategy, which is due to end in 2030.They are:

(a) Consolidating the economic recovery and encouraging sustainable production and consumption patterns;

(b) Revitalizing development of the social sectors and promoting principles of social equity;

(c) Improving environmental governance and the sustainable management of natural resources; and

(d) Skills training and enhancement for sustainable development.

In addition, the Government is putting in place an acceleration framework specific to every MDG that is lagging behind with respect to 2015.

7. How can international cooperation strengthen support for sustainable development? What are your expectations for UNCSD in this regard?

Togo is expecting development support from technical and financial partners in the form of capacity-building to direct actions aimed at reducing anthropogenic pressure on natural resources, developing skills at various levels and hence promoting sustainable development, and increasing development assistance designated for sustainable development and a green economy. It intends to take advantage of every opportunity to promote sustainable development and hopes that the developed countries will be able to increase their official development assistance to the 0.7 per cent of gross domestic product recommended by world summits. A desirable approach would be to find flexible mechanisms for debt cancellation and reinvestment in the environmental, social and cultural sectors in such a way as to help balance the budgets of developing countries.

Because sustainable development is a broad concept, an effort must be made to involve all the partners in a coordination mechanism for the delivery of actions with a direct impact on sustainable development.

Risks

8. Among your country?s senior national policy makers, would you say the predominant view of the three pillars of sustainable development is that: _X___there are difficult trade-offs among them? ____ they are strongly complementary? Please briefly elaborate on your answer.

The trade-off among the three pillars of sustainable development is very difficult given the socio-economic context of the country. Togo is emerging from more than fifteen years of a socio-political crisis ? when partners suspended cooperation and only really resumed it in 2008 -- that completely destroyed the production infrastructure and plunged 61.7 per cent of the population into poverty (uniform questionnaire on basic well-being indicators, 2006).

In general, it should be stated that the priority action programme for the implementation of the Poverty Reduction Strategy during the period 2009-2011 focused on the following sectors: agriculture, infrastructure, health, education and water.

The Government?s long-term vision is being determined, and it is expected that sustainable development will be at the core of future actions.

Attachment B

Questionnaire on Assessing the progress to date and the remaining gaps in the implementation of the outcomes of the major summits on sustainable development

I. Introduction

1. Agenda 21 (A21) is a comprehensive and detailed programme for sustainable development, adopted by consensus at UNCED in Rio de Janeiro in 1992. JPOI was adopted at the World Summit on Sustainable Development (WSSD) in Johannesburg in 2002. It builds upon A21 by concentrating attention on implementation, especially by introducing additional ways of reducing fragmentation and integrating all three dimensions of sustainable development into policy clusters, which in turn laid the foundation for the subsequent programme of work of the CSD.

2. An important, and perhaps the core, framework for assessing progress is the extent to which economic, social, and environmental goals (the ?three pillars? of sustainable development) begin to converge. Indeed, the consistent message of sustainable development is that these represent not three separate goals but a single integrated one. The goal, and indeed the ultimate test, of sustainable development is the convergence among the three trajectories of economic growth, social development, and environmental protection. In this regard, UNCSD provides an important opportunity to assess what has worked, and what has not.

3. Some information on trends is available from the history of national reporting on sustainable development, including for the Commission on Sustainable Development and in various Trends in Sustainable Development reports on the DSD website . On poverty and the social pillar in particular, information on MDG indicators has been tracked since 1990 and has been described in detail in the Secretary-General?s report for the high-level event on the MDGs to take place in September 2010.

II. Questionnaire

Member States are invited to provide contributions on experiences, success factors, challenges and risks pertaining to GA Resolution 64/236?s call for ?assessing the progress to date and remaining gaps in implementation of the outcomes of the major summits on sustainable development? in response to the following questions which have been developed based on the discussions which took place at the first Prepcom.

Experiences

1. What indicators or information on sustainable development have proven to be most useful for assessing gaps and progress towards sustainable development? Please rank in order of importance 1 = most important.. Please also attach or provide a link to relevant statistical databases.

1. poverty indicators (e.g., headcount or other measure, please specify)

2. comprehensive indicators (e.g., HDI, MDGs)

3. economic indicators (e.g., GDP growth, trade performance)

4. social indicators (e.g., unemployment, life expectancy)

5. environmental indicators (e.g., ESI, footprint, other, please specify)

6. results of public opinion surveys

2. What indicators of integrated goals and strategies have been most useful? Please rank in order of importance.

1. outcome indicators (e.g., correlation between indicators of economic, social, and environmental change)

2. institutional indicators (e.g., use of integrated strategies, establishment of coordination mechanisms)

3. commitment indicators (e.g., fiscal or other support for integrated sustainable development programmes)

4. information-related indicators (e.g., development of analytical and assessment tools, collection of data, investment in research)

3. Based as far as possible on these indicators, please provide an assessment of the progress made towards sustainable development over the past 18 years (1992-2010), (a) at the level of your country (where applicable) and (b) globally. Please attach any relevant technical studies or policy analyses. For each input, kindly provide the original article or url, and enter a short abstract.

Socio-economic situation

Whereas Togo experienced accelerated growth in the 1960s and 1970s with an average annual growth rate of 7 per cent, the 1980s brought a slowdown as world phosphate prices started to decline. Despite this difficult circumstance, Togo managed to maintain an average growth rate of more than 4 percent between 1980 and 1989 by taking advantage of the growth around Port Lomé and in financial services. During this period the country made significant social progress. For example, its Human Development Index went from 0.424 in 1975 to 0.498 in 1990. The increase was due in part to the steady improvement in household living conditions (education, health, growth of per capita income?) recorded in the 1970s and 1980s.

Beginning in 1990, socio-political disturbances caused the economic situation to deteriorate. The downturn was exacerbated by a reduction in official development assistance, which declined from US$212 million in 1990 to US$81 million in 2005. The principal pillars of the economy (phospates, cotton?) declined sharply in price. The resulting impact on the social situation was very severe. The Human Development Report 2009 assessed the human development index of Togo at 0.499, thereby ranking it 159th out of 177, whereas the country had been ranked 142nd in 1995. Thus, having had a human development index in the 1970s and 1980s that was well above the average for the sub-Saharan countries of Africa, Togo now occupies an average position. One of the consequences of this deterioration has been a steep reduction in the amount of investment in all sectors, but especially in education, health, agriculture and economic and social infrastructure.

Since 2006, the Government has introduced a number of political and economic reforms, which have restored investor confidence and led to a resumption of cooperation with the main partners, principally IMF and the World Bank. The successful implementation of reforms within the framework of the IMF Poverty Reduction and Growth Facility meant that the decision point under the Heavily Indebted Poor Countries/Multilateral Debt Relief Initiative was reached in November 2008. The reforms were continued and enabled the completion point under that Initiative to be reached in December 2010.

At the sectoral level, the following was noted:

- Togo is self-sufficient in food and since 2008 has been producing a food surplus. The nutritional indices are higher than the WHO thresholds, but child nutrition remains a challenge: 20.5 per cent of children under five were underweight in 2008 (Millennium Development Goals Report 2010).

- At the primary school level, the net enrolment rate (87 per cent in 2008) is one of the best in the West Africa subregion. This satisfactory rate was due for a long time to the heavy involvement of households in the financing of primary education, until the Government made it free of charge in 2008. Despite these commendable quantitative indicators, performance has suffered owing to the difficult economic conditions. Thus the repeat rate is still high (22 per cent), the primary school completion rate is average (57 per cent), the pupil-to-teacher ratio is mediocre (50 to 1), school furniture and educational supplies are inadequate, and the quality of teacher training has long been substandard.

- As regards gender equity and equality, 21.9 per cent of government positions are held by women (exceeding the target set of 15 per cent), but very few women are employed in the modern, non-agricultural sector. They are more present in the informal sector and the agricultural sector, where they excel in agricultural production, processing and marketing. Among children, the gender parity index is satisfactory at the primary school level (0.95 in 2008) but is only 0.65 in junior secondary education and drops to 0.31 in senior secondary education.

- In the health sector, the infant mortality rate (under one year of age) and the infant-child mortality rate (under five years of age), although still high (77 per cent and 123 per cent, respectively), have improved considerably over the past ten years. The same is true of the maternal mortality rate (160 per 100,000 births). The fight against HIV, malaria and tuberculosis has yielded good results, thanks to the efforts of the Government assisted by the international community. Thus the HIV prevalence rate has stabilized and the care of those with HIV has improved significantly with the introduction of free antiretroviral therapy. Progress has been made in antimalarial efforts, although malaria remains the leading cause of death in medical facilities. Nevertheless, the health system remains fragile and is constrained by the poverty of part of the population and the need to strengthen services in the area of prenatal consultations and delivery by skilled birth attendants.

- With respect to the environment, there has been a continued degradation of forest resources even though efforts have been made over the past ten years to reforest and to protect forest resources. As to access to clean water, the water supply rate is still low but increased in rural areas from 37.85 per cent in 2009 to 39.67 per cent in 2010. The percentage of users with their own sanitation rose from 32 per cent to 34 per cent in 2010. Sanitation coverage needs to be strengthened, since lack of sanitation is one of the current causes of many infectious and parasitic diseases.

Togo was for a long time an ?aid orphan?, the level of aid having declined from 11.9 per cent of gross domestic product in 1990 to 2.5 per cent in 2003. The principal consequence was the halving of public investment over the same period. The recovery, which began in 2007, was due in large part to support for the electoral process and debt relief. The public finance crisis which Togo experienced until 2005 was made more acute by the non-existence of a financial programme with the Bretton Woods institutions, and as a result the internal and external public debt ballooned (accumulation of payment arrears, lack of debt relief), amounting to almost 95 per cent of gross domestic product at the end of 2007. The debt relief obtained in 2008, after the programme supported by the Poverty Reduction and Growth Facility was signed, brought the figure down to approximately 75 per cent of gross domestic product at the end of 2008.

This difficult overall situation is characterized also by marked disparities related to both the place of residence and the degree of poverty. For example, there is a strong correlation between the poverty rate and the rate of progress towards the Millennium Development Goals insofar as nutrition, education and health are concerned. The indicators are often furthest off target in rural areas in general and in the Savanes region (the poorest area) in particular.

To deal with the above challenges, the Government, guided by the policy directions in its MDG-based long-term development strategy, has prepared sectoral policies (agriculture, primary education, health, clean water) that include measures consistent with the requirements for achieving the MDGs in Togo by 2015.

Success Factors

4. What factors explain progress in implementation? Please rank in order of importance.

1. investment in technical and institutional capacity

2. participation of the public (NGOs, private sector, civil society organizations)

3. financial support from international sources

4. use of integrated strategies

5. generalized economic growth and prosperity

5. Has your government introduced integrated planning and decision making for sustainable development? If so, under what title (NSDS, PRSP, Five Year Plan, NCS or NEAP, other)? What are the lessons from this experience?

Yes, Togo uses an integrated planning framework for its development ? the Poverty Reduction Strategy Paper (PRSP) ? and a guidance framework for decision-making on sustainable development known as the ?National Sustainable Development Strategy? (NSDS).

The PRSP covers the period 2009-2011 and is implemented through the Priority Action Programme (PAP), which provides the basis for the State programme budget. The Strategy has four strategic pillars: (i) the strengthening of governance; (ii) consolidation of the basis for strong and sustainable growth; (iii) the development of human capital; and (iv) grass-roots development and the reduction of regional imbalances. These pillars contain cross-cutting issues pertaining to the environment, AIDS, gender and human rights.

Lessons learned from the PRSP process

The PRSP process led to the adoption of an interim poverty reduction strategy in 2008. This interim strategy helped to generate reforms and to conclude financial programmes with the international financial institutions which enabled Togo to reach the decision point under the Heavily Indebted Poor Countries (HIPC) Initiative in November 2008.

Following a broadly participatory process involving all the national development actors, the Government adopted the full Poverty Reduction Strategy Paper in June 2009, which then became the basis for all development action on the part of the State and also of its partners as they aligned their support with national priorities.

As required by the monitoring and evaluation system of the Poverty Reduction Strategy, a progress report on the implementation of the PRSP is prepared every year. This report serves as the basic document for the annual review of the Strategy. Accordingly, two annual progress reports, assessing the results of the implementation of the PRSP in 2008 and 2009, have been drawn up. In addition, a special report on the implementation of the PSRP covering the period from July 2009 to June 2010 was prepared in connection with the completion point under the HIPC Initiative.

Thanks to the satisfactory implementation of the full Poverty Reduction Strategy and the progress made in the reforms undertaken by the Government, Togo reached the completion point under the HIPC Initiative in December 2010. Its reward was an 82 per cent cancellation of its external debt and a consequent improvement in the sustainability of its external indebtedness.

The 2008, 2009 and 2010 reports and the special HIPC report indicate that the progress made with respect to the PRSP has not been negligible, even though the non-availability of some indicators and the absence of an institutional structure for the implementation of the PRSP remain major constraints to a better assessment of the progress achieved and a more efficient implementation of the Poverty Reduction Strategy.

6. Are there examples of strong public-private partnerships for sustainable development in your country? How have these been promoted?

The PRSP and the NSDS represent good examples of public participation. In both cases, the public is consulted: on the diagnostic studies at the preparation stage, on the prioritizing of measures, especially with regard to the PRSP, and on the implementation follow-up. Prioritization and all the other important steps are determined by the representatives of all the actors in the public sector, the private sector and civil society. The consultation and participation frameworks for the public have been devolved to the regional level to ensure that grass-roots concerns are taken more fully into consideration, especially with regard to the NSDS.

7. Is the technical assistance from UN system entities a key factor in explaining progress with sustainable development? If so, in what areas or sectors (e.g., MDGs, water, energy, health, agriculture, biodiversity, forests, climate change, jobs, other)?

There can be no doubt that the technical and financial assistance of the United Nations system and its partners has been a key factor in the progress made in some important sectors of sustainable development. The Government of Togo, in collaboration with its partners, is totally committed to achieving the MDGs. It has accordingly taken a number of steps to that end, including the preparation of the MDG-based long-term National Development Strategy, the adoption of the MDG-based PRSP and the regular publication of evaluation reports on the MDGs. It has also introduced free primary education, strengthened the integrated campaigns for immunization, distribution of insecticide-treated mosquito nets and nutrition, and intensified HIV/AIDS awareness campaigns and the provision of adequate care for persons living with HIV. These efforts are beginning to produce results. The report ?What Will It Take to Achieve the Millennium Development Goals? ? An International Assessment?, prepared by UNDP in 2010, remarked on the success of the integrated campaigns for immunization, the distribution of insecticide-treated mosquito nets, vitamin A supplementation and the treatment of parasitic diseases. Moreover, the Overseas Development Institute in its 2010 report and the United Nations in ?Millennium Goals? ranked Togo among the twenty countries that have made notable progress towards some of the MDGs, including the reduction of child mortality, the improvement of maternal health and combating HIV/AIDS. These advances have now to be consolidated and the progress made has to be extended to the other goals.

Challenges

8. What are the major barriers to implementation? Please rank in order of importance 1 = most important.

1. problems created by slow growth

2. inadequate or unpredictable international support

3. international crises (financial, energy, food)

4. inadequate coordination between ministries

5. lack of data

6. low political priority for integrated decision-making

7. inadequate public awareness or engagement

8. floods and climate change.

9. What steps need to be taken to address these barriers in an effort to bridge the implementation gaps?

The various barriers identified fall into two categories: those that depend on the national authorities and those that belong to the international context.

Measures to overcome the barriers at the country level are reflected in the full Poverty Reduction Strategy and their implementation has already begun. Government efforts are being held back, however, by lack of funds and the recurrence of extreme climatic conditions, such as floods and desertification. Here, too, the Government has planning tools with which to respond to these calamities, including the National Disaster Risk Reduction Strategy (2009) and the national strategy to implement the United Nations Framework Convention on Climate Change.

Ways of dealing with the international barriers will have to be addressed at the international level. The barriers concern the level of official development assistance, the mechanisms for allocating that assistance, trade agreements and the reforming of the liberal economic system.

10. What are the main difficulties experienced in promoting integrated planning and decision-making?

The main difficulties experienced in promoting integrated planning and decision-making are:

- The overlap of mandates and responsibilities between some ministerial departments;

- The need for better synergy of actions; and

- A lack of data, together with the inadequate circulation of the scarce data available.

11. What further actions could be taken to promote effective voluntary actions and partnerships?

Further actions to promote voluntary actions and partnerships could be to generate data at the level of every sector and to disseminate such data widely. Creating a website for each sector (not ministry) would be a good beginning.

Where the private sector and civil society organizations are concerned, strategies to build capacity and raise awareness with respect to the social responsibility of organizations, the social responsibility of businesses and the promotion of ISO26000, together with taxation and economic incentives to promote green innovations and investment, might also encourage effective voluntary actions and partnerships.

Risks

12. What are the risks to sustained progress towards convergence among the three pillars of sustainable development?

Transition towards the convergence of the three pillars of sustainable development could prove costly, ultimately conflicting with institutional priorities that require more acute and pressing development problems to be overcome and poverty reduction goals that call for short-term solutions. Changing patterns of production and consumption could give rise to additional costs due to conversion and to unemployment in the non-durables sector. The greatest risk remains the fear of economic slowdown in the short term.

Attachment C

Questionnaire on Addressing new and emerging challenges

I. Introduction

Although there is no such thing as a definitive list of ?new and emerging challenges?, the following are widely agreed to be significant ones:

 Climate change, as new evidence has emerged to suggest that the danger is a more imminent one than previously thought

 Rising water scarcity and increased desertification

 The unfolding of the financial crisis in developed countries, and its global transmission through financial markets as well as through global recession

 Halting progress towards MDGs despite consistent political support

 Food crisis, caused by the rapid escalation of food prices

 Energy crisis, precipitated by the unprecedented volatility in energy prices

 Other environmental trends that have worsened more rapidly than anticipated, including concerns that some ?planetary boundaries? have been exceeded, especially biodiversity

 Degradation of marine ecosystems

 Inefficient and wasteful patterns of consumption and production, and

 A succession of disasters.

All countries face these challenges, but they differ widely in their ability to cope with the risks and shocks inherent in them. Challenges have been exacerbated in developing countries by poverty, competition for scarce resources, the rapid pace of rural/urban migration, and the concomitant challenges to provide food, infrastructure and access to basic health, water and energy services.

The sustainable development challenge posed by climate change illustrates well the importance of a holistic response from the international community.

II. Questionnaire

Member States are invited to provide contributions and inputs on experiences, success factors, challenges and risks pertaining to GA Resolution 64/236?s call for ?Addressing new and emerging challenges? in response to the following questions which have been developed based on the discussions which took place at the first Prepcom.

Experiences

1. What five new and emerging challenges are likely to affect most significantly your country?s prospects for sustainable development in the coming decade? Please rank in order of importance.

1. climate change

2. natural disasters (floods, desertification, coastal erosion)

3. food crisis

4. energy crisis

5. financial crisis.

2. What mechanisms have been put in place in your country to address these challenges: At local level? At the national level?

To deal with the adverse effects of climate change, Togo has drawn up a national strategy to implement the United Nations Framework Convention on Climate Change. This strategy envisages rationalizing the management of energy resources, ensuring the sustainable management of natural resources in the land-use changes and forestry sector, improving the agricultural and livestock production system, enhancing household and industrial waste management, improving communication and education to promote behavioural change, taking advantage of the opportunities opened up by the Kyoto Protocol, and developing subregional cooperation to reduce greenhouse gas emissions.

In addition, Togo has submitted a national action plan on adaptation to climate change (September 2009). This document identifies seven priority projects in the agriculture and water resources sectors detailing pressing and urgent action to reduce the vulnerability of the poorest population groups.

With respect to disaster risk management, the Government, drawing on its experience during the 2007 and 2008 floods, has put in place a national disaster risk reduction strategy, a multirisk early warning system and institutional framework for disaster prevention and management. It has mapped high-risk areas and surveyed new weather patterns and associated risks On the basis of the findings of these studies and in the light of the country?s vulnerability, Togo is mobilizing itself, via the actors in charge of the relief organization plan (ORSEC), to build capacity for disaster preparedness and emergency relief.

As part of the preparations for a more structured and better coordinated response, a national contingency plan has been put in place. This is a participatory management tool that will forecast imminent events. In addition, the operational components of the relief structures (including the Fire Brigade) are being reinforced through the addition of specialized equipment, as are the operational components of the National Meteorology Department, where the intention is to improve the quality of weather forecasting. Lastly, an emergency and natural disaster relief fund will be set up to support crisis and disaster victims.

Because of the growing risk of food insecurity due chiefly to natural disasters, Togo embarked in February 2007 on a large-scale process of consultation and participatory preparations for its national food security programme. The purpose of this programme is to ensure at the national level and without any discrimination that all segments of the population enjoy food security. To this end, six strategic areas have been selected: (i) promotion of the right to food and good governance with respect to food security; (ii) improved productivity and development of agricultural, livestock and fisheries production; (iii) qualitative enhancement of agricultural, livestock and fishery production; (iv) sustainable management of natural resources and the environment; (v) multipurpose promotion of water control and village water supply; and (vi) promotion of nutrition and nutrition education. The institutional framework put in place to monitor the implementation of the national food security programme has various levels: the focal point, the decision-making body, the coordinating and consultative bodies, and the management and monitoring/evaluation structure of the programme.

Togo has not yet resolved the problem of a secure energy supply. With the exception of the traditional energy sources subsector, in which there is still a precarious self-sufficiency, Togo is dependent on foreign sources for both its fossil fuel and its electric power supplies, for which there is a constantly growing internal demand. The Government, therefore, in addition to adopting such short-term solutions as the installation of the Contour Global thermal power plant with a 100-megawatt electric power capacity, is now drawing up energy and renewable energy policies.

To avert the risk of financial crisis, Togo has carried out some radical reforms whose aim is to restore financial health to the public banks, reduce State investment in those establishments to minority holdings and strengthen bank oversight.

As to the troubled assets of the banks, a securitization operation has been set in motion which enables the banks concerned to bring their equity to the necessary level to meet the required 8 percent risk coverage ratio and as a result to be eligible for access to refinancing from the Central Bank. The Council of Ministers of the Central Bank of West African States has given its authorization for the securities issued to be accepted for refinancing by the minting institution. A study is to be undertaken with a view to setting up a structure or mechanism to recover the bad debts redeemed by the State.

As regards the privatization of the public banks, there will be a competitive bidding process to select referral partners capable of providing the banks with the necessary capital to meet the new minimum capital requirements and with first-hand banking technology.

The goal as far as the plan to strengthen bank oversight is concerned is to prevail on credit establishments to observe the prudential standards set by the West African Economic and Monetary Union and to pave the way for the envisaged reform of banking regulations. To this end, the public banks will be provided with governance mechanisms based on well-defined procedures and, inter alia, capable of generating reliable data.

3. In which of these areas has support from the international community been forthcoming? In what areas is new or enhanced international support needed?

The support of the international community is expected in the areas of disaster management and food security. The other areas require enhanced international support.

4. What new and emerging challenges should be acted upon at UNCSD?

The new challenges that should be addressed at the Conference include:

- Food security;

- Sustainable agriculture;

- Climate change;

- Financial crises;

- Food crises;

- Desertification;

- Energy crises and access to clean energy;

- Access to clean water;

- Cities/urbanization and waste management;

- Consumption and sustainable production;

- Transfer of clean technology;

- Protection of traditional cultural heritages;

- Corporate social responsibility based on ISO26000.

Success Factors

5. What factors explain the successful ability to address new and emerging challenges?

1. adequate financial resources

2. strong government leadership

3. investment in essential infrastructure

4. speed and adequacy of international support

5. dedicated government programmes

6. South-South cooperation

7. regional cooperation

8. literacy and awareness among the population

9. effective communication systems

10. availability of data and technical capacity

11. leadership by international organizations

6. What steps have been taken or are under consideration in your country to enhance these success factors?

A number of planning tools have been developed for the purpose of addressing these new challenges.

Challenges

7. How can the link between science, education, and policy be strengthened to address the new and emerging challenges, especially those identified above?

Investing significantly in research and development and modifying education curricula and vocational training programmes to reflect sustainable development or integrating them into sustainable development will help to bring about the innovations and generation of new knowledge that can drive the necessary changes in consumption and production patterns.

8. How can international support be harnessed effectively to address these challenges?

To be effective, international support must be aligned with the national priorities set out in the Priority Action Programme for the implementation of the National Poverty Reduction Strategy. Development assistance must be substantial and predictable and must comply with the Paris Declaration on Aid Effectiveness.

Where technology transfers are concerned, the second national communication on climate change identified Togo?s main requirements.

Risks

9. Do the new and emerging challenges pose a fundamental risk to the prospects of economic growth and development of your country?

Without any doubt.

10. How can the risks to the poor and other vulnerable populations be addressed?

Emerging challenges and risks to the poor can be overcome by appropriate adaptation measures or steps to circumvent the risk.

Attachment D

Questionnaire on Green economy in the context of sustainable development and poverty eradication

I. Introduction

The concept of the green economy is one of the several closely related constructs that have emerged in recent years to enhance convergence among the three pillars of sustainable development. While the idea has an intrinsic appeal, questions have been asked regarding conceptual clarity, precise definition, and implications for key social and economic goals.

One specific question pertains to the difference between the ideal concept of a ?green economy? and the near- to medium-term implications of the ?transition to a green economy?.

In the literature, most treatments invoke the term in order to outline elements and actions that should normally be described as ?greening of the economy?. The more comprehensive of such treatments seek to unite under a single banner a broad suite of economic policies that are relevant to achieving sustainable development.

The Prepcom also raised a number of questions regarding the impact of the ?transition to a green economy? on other goals, notably macroeconomic outcomes (especially income growth), trade competitiveness, protectionism, aid conditionality and poverty and livelihoods. In addition, the delegates asked for sharing of experiences, success factors, challenges, and risks in the practical application of some of the recommended instruments.

II. Questionnaire

Member States are invited to provide contributions and inputs on experiences, success factors, challenges and risks pertaining to the UNCSD theme ?Green economy in the context of sustainable development and poverty eradication? in response to the following questions which have been developed based on the discussions which took place at the first Prepcom.

Experiences

1. Is there a consensus among policy makers in your country on the meaning of the term ?green economy in the context of sustainable development and poverty eradication?? If so, how is it defined? [If relevant, please provide any official publications or analytical studies on the concept of green economy or its operational or social implications, together with a short abstract]

The concept of a green economy has only recently been introduced in Togo, and as yet no nationwide discussion on this specific topic has been initiated. At the same time, Togo, as a member of various subregional organizations, aligns its position with those of African countries in this regard. The Third African Ministerial Conference on Financing for Development (May 2009), the June 2010 session of the African Ministerial Conference on the Environment, the first Pan-African Conference on Biodiversity (September 2010), the Seventh African Development Forum (October 2010) and, more recently, the eighteenth ordinary session of the Executive Council of the African Union (January 2011) provided an opportunity for African States to unite their position on a green economy.

 Which policies, or types of policy, do you consider to be most effective in promoting a green economy and why?

It is essential from the outset to develop policies or strategies that will facilitate the launching of the transition process leading to a green economy and to enlist the participation of key actors and influential figures, so that in the long run benefits outweigh the transitional costs involved in the short term in transforming any socioeconomic system. Policies must be appropriate and include transformation tools (fiscal measures, public and private investment, rules on procurement, rules on commerce, research and development, and so on). There is also a need for specific sectoral policies, especially on renewable energy, energy efficiency, sustainable agriculture, industrial development, mining, forestry, waste management and public transport.

To support the transition from a national economy to a green economy and reduce poverty in the effort to achieve sustainable development goals, it will be necessary to invest across the board in capacity-building for all the relevant actors ( government institutions, the private sector and experts), to modernize and strengthen institutions and to provide targeted financial assistance.

Energy policies

Energy and access to energy are essential if developing economies like that of Togo are to be developed. While Togo has enormous potential in the area of renewable energies, including solar, hydroelectric and wind power, it has major gaps in energy infrastructure investment. This situation presents major opportunities for the promotion of green energy and the reduction of pressure on forestry resources (biomass energy represents between 70 and 80 per cent of the national energy balance and is the third cause of deforestation in Togo). Renewable energies can play a not insignificant role in a strategy to eliminate energy poverty. Opportunities to improve energy efficiency are also very important, whether at the production (carbonization) level or at the distribution or end-user stage. Energy efficiency and increased use of renewable energy will create additional jobs while increasing the competitiveness of energy.

Agricultural policy

The importance of agriculture to the Togolese economy no longer needs to be demonstrated. Agriculture accounts for more than 30 per cent of gross domestic product and employs more than 70 per cent of the constantly expanding population.

A structural transformation of the agricultural sector is necessary to improve productivity and value added. It must be accompanied by economic diversification policies which emphasize intersectoral linkages and relationships within the framework of an integrated approach. However, all the implications of structural transformation need to be taken into consideration, including the potential negative effects of concessioning vast stretches of agricultural land to foreign companies, environmental and social impacts, and so on.

Forestry policy must derive greater benefit from the new types of opportunities that forests can provide, including opportunities relating to carbon contracts, the maintenance of water quantity and water quality, the creation of livelihoods, and the generation of local income. Community-based forestry management has the advantage of creating jobs and generating income, as well as ensuring a sustainable production of timber. Slowing the rate of deforestation and increasing that of reforestation are still necessary from the economic point of view and are favourable to agriculture and the means of livelihood of rural populations.

Mining policy must further emphasize local processing to increase value added for the national economy. It must focus more on issues involving protection of the environment and the upholding of the interests of riparian populations.

 What are the main examples of green economy policies that are currently in place in your country? (e.g., government expenditures on green infrastructure, incentives for private investment in green sectors, subsidy reform, pricing of pollution, public procurement, other)

 Are poverty and other possible social impacts explicitly considered in the design of green economy policies? If so, how?

For the time being, Togo has no specific green economy policy.

2. Are these policies being implemented as part of a coherent green economy, or green growth, strategy?

No.

3. What are the main perceived benefits of implementing a national green economy strategy?

The main benefits of a national green economy strategy are:

- The strengthening and improvement of natural capital (land)

- The optimization of economic benefits

- Reduction to the minimum of social inequalities and squandering of resources.

4. What economic sectors do you consider to be most important to building a green economy in the context of sustainable development and poverty eradication?

The most important economic sectors for building a green economy in Togo are energy (renewable energies and energy efficiency), agriculture, water resources, environmental goods and services, forestry, fisheries, mineral resources, manufacturing industries and waste management including recycling.

Success Factors

5. What green economy policies would you rate to be most effective?

The most effective green economy policies include those on the promotion of renewable energies, energy efficiency, sustainable forestry management, environmental sanitation and hygiene, and waste management and recycling.

6. How have those policies contributed to poverty eradication, other specific sustainable development goals?

For the most part, those policies are still being launched in Togo and the impact on poverty eradication is not yet perceptible.

7. What in your view are the principal reasons for their success? (e.g., availability of relevant institutional or technical capacity, strong political support, broad engagement of business and civil society, international support, other)

The green economy is merely in its initial phase. It does not yet enjoy strong support in political circles, the civil society or the private sector.

8. What steps and actions have proven effective in building political and popular ownership for green economy measures?

None.

Challenges

9. Are there studies for your country that identify success factors, challenges or risks associated with green economy policies identified under Question 1? For each, kindly provide the original article or web link, and a short abstract.

Togo as yet has no studies that identify success factors, challenges or risks associated with green economy policies.

10. Based on all of the above, what is (are) the key outcome(s) you think could emerge from the UN Conference on Sustainable Development in 2012 with respect to a ?green economy in the context of sustainable development and poverty eradication??

The key outcome which the world as a whole is entitled to expect from the Rio+20 Conference in relation to a green economy in the context of poverty eradication and sustainable development is a political commitment to a green economy made at the highest level by all countries, together with the fulfilment by the developed countries of their Commitments for once.

Risks

11. What is the relationship of green economy policies to other policies and policy domains (e.g., poverty, growth, employment, trade, etc.)? Are there cases of conflict and, if so, how have these been addressed?

Green economy policies and other policies and policy domains for the most part have divergent goals and implementation strategies. The principal measure adopted by the Government in this regard is the participatory preparation of the National Sustainable Development Strategy and the establishment of the National Sustainable Development Commission to guide sectoral policies towards the integration of the three pillars of sustainable development.

Attachment E

Questionnaire on Institutional framework for sustainable development

I. Introduction

Institutional support for sustainable development works horizontally across different domains, agencies, ministries, functional groups, and countries, while the traditional organization of authority and action is vertical, precisely along the lines of the same agencies and ministries and other specialities. So, the challenge is to identify institutional elements that can facilitate integration, on a continued basis, across existing lines of authority and programme structures, without undermining or displacing them.

At the international level, UNCED led to the establishment of three main institutional structures to pursue sustainable development, namely the Commission on Sustainable Development (CSD) for political leadership, the Inter-Agency Coordination on Sustainable Development (IACSD) for coordination within the UN system, and the High Level Advisory Board on Sustainable Development (HLB) for intellectual guidance. CSD remains the principal policy making institution on sustainable development within the UN system, but the other two structures were discontinued. Since Rio, many UN bodies and international organizations have aligned their work with the principles of sustainable development, which is referred to in the 2005 World Summit Outcome (GA Resolution A/RES/06/1) as ?a key element of the overarching framework of United Nations activities?.

At national levels, early innovations include national sustainable development councils (NSDC), and integrated strategies. The experience with NSDCs needs to be assessed to identify lessons of success as well as failure. The process of developing integrated strategies has taken root, including in the form of national sustainable development strategies (NSDS), but there is a need to review this experience to assess how best the goal of integration can be advanced, and in particular whether the existence of several competing strategy processes (e.g., PRSP, development plan, national conservation strategy) can undermine the very goal of integration.

At local levels, Local Agendas 21 were developed by local institutions and urban municipalities, and again there is a need to draw lessons from this experience.

II. Questionnaire

Member States are invited to provide contributions and inputs on experiences, success factors, challenges and risks pertaining to the UNCSD theme ?Institutional framework for sustainable development? in response to the following questions which have been developed based on the discussions which took place at the first Prepcom.

Experiences

1. Various changes in the global institutional framework for sustainable development have been discussed. In your experience, what is the importance of the following avenues for reform?

1. strengthen existing institutions

2. improve coordination among existing institutions

3. establish new institutions

The international governance of sustainable development as currently structured has shown its limitations insofar as the fulfilment of international Commitments is concerned. Environmental Commitments in particular have not been acted on sufficiently at any level owing chiefly to the inadequacy of the institutions responsible for environmental coordination and governance and the paucity of the financial and human resources available to them.

Kindly explain your choices, indicating what concrete measures could be considered in this regard.

Of relevance here is the decision taken by the Assembly of the African Union at its seventeenth ordinary session, held from 30 June to 1 July 2011 in Malabo, by which the Assembly recognized that current institutional structures do not fully address Africa?s needs in matters of the environment, sustainable development and climate change. Togo believes it necessary to strengthen and consolidate the United Nations Environment Programme and to transform it into an international specialized institution for the environment, based in Nairobi, Kenya.

2. How can the institutional framework ensure effective synergies between the CSD and other existing inter-governmental instruments and processes, including different multilateral agreements, UN programmes and funds, and regional processes?

The existing institutional framework is not sufficiently capable of ensuring effective synergies between the various actors involved in sustainable development.

3. How can the institutional framework ensure effective coordination and synergies among different agencies and organizations responsible for aspects of sustainable development?

Coordination and synergies are inadequate among the different agencies and organizations responsible for sustainable development.

4. Does your country have an active national sustainable development council (NSDC) (or equivalent)? Yes/No Do you think an active NSDC could facilitate your country?s preparations for UNCSD? If so, how?

Yes, Togo has a national sustainable development commission. It is active and will play the role of a multisectoral committee in the context of the elaboration and validation of the national report to be submitted to the Conference secretariat as the Togolese contribution to the process of preparing for Rio + 20.

5. Please provide the name and e-mail contact of the focal point for your country?s NSDC.

BAMOUDNA Bagdougou e-mail: felibamod@yahoo.fr _________________________________________________________

6. What role has sub-national and local government in your country played in implementing sustainable development since Rio?

The national Government has signed or ratified the main multilateral agreements on the environment, drawn up strategies, plans and programmes for their implementation, prepared a national sustainable development strategy, set up a national commission and local commissions on sustainable development and instituted prior environmental assessments for all development projects and programmes.

7. Since the UNCED (Rio) in 1992, has the participation of major groups and other relevant stakeholders in national decision-making processes on sustainable development significantly increased?

Yes/No Please indicate which of the following forms of engagement of major groups in decision making are commonly used in your country (ranking in order of importance with 1 = most important):

1. participation in policy development

2. partnerships

3. multilateral consultations for international meetings

4. inclusion in international delegations

5. scientific panels

6. public hearings

8. Name the major groups with which your government has had the closest collaboration? For each, briefly describe the main features of the collaboration.

The major groups with which the Government has close collaboration are: women?s organizations, farmers, religious organizations, the scientific community, the local authorities, NGOs, the indigenous people, the private sector, the media, young people and technical and financial partners.

The role of each of these major groups is clearly specified in the national sustainable development strategy.

Success Factors

9. Are there examples, whether in the sustainable development domain or in related policy domains (e.g., MDGs, other), where an effective institutional framework has contributed to significant positive outcomes at national level? international level?

The programme to combat AIDS and STDs.

10. How can the lessons from such successes be used to enhance the effectiveness of the institutional framework for sustainable development? Are the lessons relevant to the Commission on Sustainable Development?

The institutional framework of the Joint United Nations Programme on HIV/AIDS could inspire the Commission.

11. How can the lessons from such successes be used to enhance the effectiveness of international environmental governance/policy guidance?

Education campaigns by public and private actors and political commitment and NGO commitment in equal proportions could enhance the effectiveness of sustainable development guidance and actions.

12. What in your experience have been the most effective means of strengthening major group and other relevant stakeholders? participation in national sustainable development efforts?

The most effective means of strengthening the participation of major groups are the education and sensitization workshops held for their benefit.

Challenges

13. What are the most significant challenges facing international institutions charged with promoting sustainable development?

The most significant challenges facing international institutions charged with promoting sustainable development include:

- The failure of some stakeholders to grasp the concept of sustainable development

- The inadequacy of financial resources.

14. What are the most significant challenges facing national institutions charged with promoting sustainable development in your country?

The most significant challenges facing national institutions are:

- Conflicts of competence between ministerial departments

- Lack of political will.

Risks

15. What decisions should UNCSD aim to reach on the institutional framework for sustainable development? What are the main risks threatening a successful UNCSD outcome on the institutional framework?

The Rio + 20 Conference should pursue coordination and synergy of action in the international governance system for sustainable development. More specifically, in the environmental pillar of sustainable development, the Conference should set up a specialized institution responsible for coordinating all the multilateral environmental agreements. A strengthened United Nations Environment Programme could be that institution.

Contact Information of Focal Point/Respondent:

Country: TOGO

Name (optional): BAMOUDNA Bagdougoua

e-mail (optional): félibamod@yahoo.fr

Title: Sustainable Development Officer

Affiliated ministry/organization: Ministry of the Environment and Forestry Resources

Other ministries/organizations consulted in preparation of questionnaire: Ministry of Planning, Development and Land Use attached to the Office of the President.

Other stakeholders consulted in the preparation of questionnaire: ___________________________________


Questionnaire pour les États Membres sur les

Expériences, Facteurs de Réussite, Risques et Défis

Par rapport à l?Objectif et aux Thèmes de la Conférence des Nations‐Unies sur le Développement Durable (CNUDD)

I. Introduction

1. Ce questionnaire a été préparé en réponse aux décisions prises lors du Premier Comité Préparatoire (Prépcom1) tenu du 17 au 19 mai 2010, qui invita les États Membres à contribuer aux processus de préparation, notamment, sur les expériences, les facteurs de réussite, les défis et les risques. Les contributions et informations récoltées vont permettre la préparation d?un Rapport de Synthèse qui sera discuté lors de la première Intersession préparatoire qui est prévu du 10 au 11 Janvier 2011 à New‐York

II. Objectif et Thèmes de la CNUDD

2. La Conférence est organisée, à la suite de la Résolution A/64/236 de l?Assemblée Générale des Nations‐Unies tenu le 24 Décembre 2009.Elle aura lieu à Rio de Janeiro, au Brésil, en 2012, commémorant le 20e anniversaire de la Conférence de Rio de 1992 (CNUED), et le 10e anniversaire du Sommet Mondiale sur le Développement Durable (WSDD), tenu en 2002 à Johannesburg, en Afrique du Sud.

3. L?objectif de cette Conférence est de sécuriser le renouvellement des engagements politiques internationaux en faveur du développement durable, établir un bilan des progrès accomplis à ce jour et les lacunes à combler dans la mise en oeuvre des documents finaux des sommets importants tenus sur le développement durable; mais aussi en adressant les nouveaux défis émergents.

À cette fin, l?accent sera mis sur deux thèmes: (a) l?économie verte dans le contexte de l?éradication de la pauvreté et du développement durable; et (b) le cadre institutionnel du développement durable.

III. Questionnaires pour fournir des Contributions

4. Des questionnaires séparés ont été préparés en rapport à l?objectif et aux deux thèmes de la Conférence (Voir Annexes A‐E).Une liste de ces questionnaires est fournie ci‐dessous.

Questionnaire A: Renouveler l?engagement politique pour le développement durable

Questionnaire B: Établir un bilan des progrès accomplis depuis les engagements internationaux pris à Rio de Janeiro en 1992 et à Johannesburg en 2002, et les efforts à fournir pour combler les lacunes dans la mise en oeuvre des documents finaux des sommets majeurs sur le développement durable.

Questionnaire C: Adresser les nouveaux défis émergents

Questionnaire D:L?économie verte dans le contexte de l?éradication de la pauvreté et du développement durable.

Questionnaire E: Le cadre institutionnel du développement durable.

Chaque questionnaire est divisé en deux parties. La première fournit une brève introduction sur l?état actuel des questions intégrées dans chaque objectif et thème, alors que la seconde partie présente les questions dont les contributions sont attendues.

Ces questions sont groupées sous différents points: les expériences, les facteurs de réussite, les défis et les risques

IV. Processus pour soumettre les contributions.

5. Il y a deux moyens pour soumettre vos contributions: en ligne ou par mail:

En ligne: Les questionnaires seront postés sur le site de la CNUDD sous une forme écrite. Les points focaux peuvent requérir un mot de passe sécurisé auprès du Secrétariat (UNCSD2012@un.org). Les parties prenantes auront la possibilité de rentrer des informations dans un endroit sûr, de soumettre des portions complètes et pièces jointes en temps réel, tout en sauvegardant les parties incomplètes pour les soumettre plus tard.

Par email: Les questionnaires peuvent être téléchargés directement sur le site ou être obtenus électroniquement par l?intermédiaire du Secrétariat (UNCSD2010@un.org), et remplis hors‐ligne. Ils pourront être soumis, accompagnés des pièces‐jointes pertinentes, par mail au UNCSD2012@un.org, en mettant en copie Mr. Arthur de la Cruz: (delacruza@un.org).

En plus des entrées sollicitées par le biais des questionnaires pour la préparation du Rapport de Synthèse, les États Membres sont aussi invités à soumettre des documents additionnels sur les études de cas, les meilleures pratiques, les leçons retenues, les évaluations faites, les programmes/projets mis en oeuvre, les institutions développées qui seront pertinentes à l?objectif et aux thèmes de la Conférence. Cette information pourra être transmise électroniquement, comme lien internet (url) ou comme fichiers PDF. Les copies électroniques pourront être envoyées à l?adresse suivante:UNCSD2012@un.org, avec une copie à l?adresse delacruza@un.org. Si des copies électroniques ne sont pas disponibles, les documents pourront être envoyés par la poste à: Mr Arthur de La Cruz, Division for Sustainable Development, Two UN Plaza, 22nd Floor, Room DC2‐2200, New York, NY 10017, USA, or by fax: +(1‐212) 963‐1267.

V. Délais de soumission de données au moyen des questionnaires.

La date limite pour les soumissions des questionnaires est, impérativement le 1er Novembre 2011, au plus tard, pour pouvoir être pris en compte dans le Rapport de Synthèse. Toutes soumissions reçues à cette date, accompagnées des documents à l?appui, seront postées sur le site de la CNUDD comme prévu par le Comité Préparatoire.

Ces soumissions devront permettre de mettre sur place un Rapport de Synthèse pour la préparation d?une ébauche préliminaire du document final (voir en copie la note d?orientation).

VI. Système de gestion de l?information

Dans le processus de préparation de la CNUDD, le système de gestion de l?information établi par le Secrétariat, cherche à accomplir deux objectifs. Premièrement, créer une structure à travers laquelle, tous les Parties prenantes, incluant celles désignées par le PrepCom, pourront fournir leurs contributions dans une manière transparente, coordonnée et organisée. Ensuite, chercher à créer une structure à travers laquelle toutes les institutions pertinentes du système des Nations‐Unies pourront participer de manière effective durant le processus de préparation du Rapport.

Des pages différentes seront établies dans le système de gestion de l?information pour chaque État Membre et l?information sur la page sera disponible au public. Des mesures seront prises pour développer un système de gestion collaborative pour les pages importantes, incluant l?attribution de mots de passe unique aux Parties prenantes respectives pour un accès sécurisé et une gestion du web.

VII. Documents de base essentiels

Ce qui suit a été placé sur le site de la CNUDD pour assister les Parties prenantes pour la fourniture de leurs contributions et pour compléter les Questionnaires:

ANNEXE 1: Résumé du Co‐Chaire du PrepCom1

ANNEXE 2: Rapport du Groupe de Contact 1, PrepCom1 (Processus Préparatoire)

ANNEXE 3: Rapport du Groupe de Contact 2, Prepcom1 (Projet de règlement intérieur)

ANNEXE 4: Liste des questions fournie par le Bureau pour guider les discussions du PrepCom1

ANNEXE 5: GA Résolution 64/236 sur la Mise en oeuvre de l?Agenda 21, le programme pour la mise en oeuvre future de l?Agenda 21 et les Documents finaux du Sommet Mondial sur le Développement Durable

ANNEXE 6: Rapport du Secrétaire General sur le Prepcom1 (Document A/CONF.216/PC/2)

ANNEXE 7: Rapport du Secrétaire General sur le Processus Préparatoire de la CNUDD (Document A/CONF.216/PC/3)

ANNEXE 8: Rapport du Secrétaire General sur les Projets de règlement intérieur (Document A/CONF.216/PC/3)

Document A

Questionnaire :

Susciter un engagement politique renouvelé pour le développement durable

I. Introduction

L?objectif de la CNUDD est de renouveler le soutien politique pour le développement durable, en évaluant les progrès réalisés à ce jour et les lacunes à combler dans la mise en oeuvre des documents finaux des grands sommets sur le développement durable, et en adressant les nouveaux défis émergents.

La question du renouvellement des engagements politiques sera adressée dans un contexte plus ou moins à long terme sur comment l?accord entre les gouvernements et les autres Parties prenantes à la CNUDD pourrait permettre d?accélérer les progrès, notamment: (i) l?objectif démographique de stabiliser la population mondiale; (ii) l?objectif de développement d?étendre les bénéfices du développement équitablement entre tous les segments de la société globale; et (iii) l?objectif de découplage de veiller à ce que l?utilisation de matériaux et de production de déchets se trouve dans les capacités de régénération et d?absorption de la planète.

II. Questionnaire

Les États Membres sont invités à fournir leurs contributions sur leurs expériences, facteurs de succès, défis et risques liés à l?objectif de la CNUDD ?Renouveler l?engagement politique au Développement Durable? en réponse aux questions suivantes, développées en se basant sur les discussions qui ont eu lieu lors du premier PrepCom.

Expériences

1.Existent-ils des moyens objectifs de mesurer l?engagement politique? Quels en sont les indicateurs principaux? Selon vous, quels indicateurs sont les plus utiles? (exemples: Nouvelle Législation, Politiques publiques, le soutien et l?allocation budgétaire, la Proéminence des institutions compétentes, le niveau d?intérêt des medias, etc.)

L?engagement politique de l?Etat en faveur du développement durable peut être objectivement mesuré par:

- l?allocation croissante des ressources au profit des institutions en charge de la promotion du développement durable;

- les investissements publics durables c'est-à-dire les investissements publics dans des domaines aptes à stimuler le verdissement des secteurs économiques;

- l?adoption de lois, politiques ou stratégie spécifique de développement durable.

2. En se basant si possible sur ces indicateurs, comment évaluerez-vous l?engagement politique du gouvernement national aujourd?hui sur la question du développement durable comparé à 1992? Et celui de la communauté internationale?

L?engagement politique du gouvernement togolais peut être évalué à trois sur une échelle de cinq (3/5) Le pays dispose d?une stratégie nationale de développement durable et d?un cadre global de planification (DSRP-C) qui intègre moyennement les piliers du développement durable. Les investissements publics dans les secteurs environnement et social sont de plus en plus significatifs..

L?engagement de la communauté internationale en faveur du développement durable depuis 1992 si l?on devait l?évaluer, recevrait une note de deux sur cinq (2/5). D?abord parce que les trois conventions de Rio et l?Agenda 21 n?ont connu que très peu de mise en oeuvre depuis près de vingt ans. Très peu de pays ont mis en place des stratégies nationales de développement durable.

L?allocation des ressources dans le monde s?est faite au détriment de secteurs porteurs de la croissance verte. Selon le PNUE, «au cours des deux dernières décennies, des volumes importants de capitaux ont été investis dans l?immobilier, les combustibles fossiles et les actifs financiers incorporant des produits dérivés, mais relativement peu dans les énergies renouvelables, l?efficacité énergétique, les transports publics, l?agriculture durable, la protection des écosystèmes et de la biodiversité et la préservation des sols.»

Les engagements des pays développés en matière d?aide au développement ne sont pas suivis d?effet. Depuis 1992 la pauvreté dans le monde n?a pas reculée au contraire elle s?accentue dans certaines parties du monde sous l?effet conjugué de nouveaux défis tels que les crises alimentaires, énergétiques et financières, la pénurie d?eau potable et de terres productives sur une toile de fond de changement climatique, d?événements météorologiques extrêmes et de raréfaction des ressources naturelles.

Le transfert de technologie prôné par l?Agenda21 pour encourager l?adoption des modes de productions et de consommation durables dans les pays en développement est demeuré un voeu pieux.

Facteurs de Succès

2. Quelles actions ont été introduites dans votre pays pour renforcer le support politique pour le développement durable?

Les principales actions introduites pour renforcer le support politique pour le développement durable sont:

a ratification par le gouvernement de la plupart des accords multilatéraux sur l?environnement et leur transcription dans le corpus juridique national.

l?élaboration et la validation par tous les acteurs de la stratégie nationale de développement durable (SNDD);

la mise en place de la commission nationale de développement durable (CNDD);

La prise en compte dans le document de réduction de la pauvreté des principes et notions de développement durable

3. Existent-ils des secteurs (exemples: énergie, eau, biodiversité ou autres) où l?engagement politique national pour atteindre les objectifs du développement durable a été particulièrement important/fort? Si oui, quels facteurs peuvent expliquer cet engagement?

Oui, l?engagement politique dans la réalisation des OMD 5 et 6 a été particulièrement fort au Togo, ce qui a permis au pays de parvenir à des résultats encourageants et d?être classé par le rapport 2010 de «Overseas Development Institute» (ODI) et de «Millennium Campaign» des Nations-Unies parmi les vingt pays du monde qui ont réalisé des progrès notables dans certains OMD, notamment la réduction de la mortalité infantile, l?amélioration de la santé maternelle et la baisse de la prévalence du VIH/SIDA.

Les facteurs qui peuvent expliquer cet engagement sont à rechercher du côté de la volonté politique au sommet de l?Etat et dans la mobilisation internationale autour de ces questions.

4.Quels exemples ou expériences provenant d?autres domaines peuvent démontrer comment le soutien politique pour des questions critiques (OMD, changement climatique, etc.) a été renforcé? Comment peuvent-ils être appliqués au Développement Durable?

Les avancées notables depuis 2007 dans la gestion des catastrophes, l?organisation des secours d?urgence et le relèvement après les inondations sont des exemples qui démontrent à suffisance que le soutien politique est un gage de succès dans l?atteinte des objectifs de développement.

Par rapport au développement durable, l?engagement politique est attendu dans l?importance qu?il accorde à la Stratégie Nationale de Développement Durable (SNDD), dans la planification du développement du pays et dans le soutien qu?il porte au mécanisme de coordination du développement durable.

Défis

6. Pour les 10 prochaines années, quelles seront les priorités de votre gouvernement pour accélérer le progrès envers le Développement Durable?

Les priorités du gouvernement pour accélérer le progrès vers le développement durable pour les dix prochaines années transparaissent dans les quatre axes stratégiques de la Stratégie Nationale de Développement Durable (SNDD) dont l?horizon est 2030. Il s?agit de:

(a) la consolidation de la relance économique et promotion des modes de production et de consommation durables;

(b) la redynamisation du développement des secteurs sociaux et la promotion des principes d?équité sociale;

(c) l?amélioration de la gouvernance environnementale et la gestion durable des ressources naturelles;

(d) l?éducation et renforcement des compétences pour le développement durable.

Par ailleurs le gouvernement met en place un cadre d?accélération spécifique à chacun des OMD dans lequel il est constaté un retard par rapport à 2015.

7. Comment la coopération internationale pourrait-elle renforcer le soutien pour le développement durable? Quelles sont vos attentes envers la CNUDD à cet effet?

l?accompagnement des partenaires techniques et financiers au développement par le renforcement des capacités en matière d?orientation des actions qui visent à réduire la pression anthropique sur les ressources naturelles, le développement des compétences à différents niveaux et partant la promotion du développement durable et l?accroissement de l?aide au développement orienté vers le développement durable et l?économie verte est attendu par le Togo. Le pays compte saisir toutes les possibilités qu?offre le développement durable. A ce titre, les pays développés pourront faire progresser l?Aide Publique au Développement (APD) de manière à atteindre les 0,70 % de leur Produit

Intérieur Brut (PIB) tel que recommandé par les sommets mondiaux. Il est opportun de trouver des mécanismes souples permettant un réinvestissement des annulations de dettes dans les secteurs de l?environnement et du socioculturel de manière à équilibrer les allocations budgétaires dans les pays en développement.

Compte tenu de la notion large que revêt le développement durable, l?effort doit être fait pour impliquer l?ensemble des partenaires dans un mécanisme de concertation pour la mise en oeuvre des actions ayant des répercussions directes sur le développement durable.

Risques

8. Parmi les principaux décideurs politiques de votre pays, diriez-vous que la vision dominante des trois piliers du développement durable est: __X__il y a des arbitrages difficiles entre eux ? ____ ils sont fortement complémentaires ? Veuillez élaborer brièvement votre réponse.

L?arbitrage entre les trois piliers du développement durables est très difficile vue le contexte socioéconomique du pays qui sort de plus de quinze ans d?une crise sociopolitique (avec une suspension de la coopération avec les partenaires qui ne repris véritablement qu? en 2008) qui a complètement délabré les infrastructures de production et plongée à la pauvreté 61,7% de la population (QUIBB, 2006).

On peut globalement retenir que pour la période 2009-2011, le programme d?actions prioritaires du DSRP a mis l?accent sur les secteurs suivants : agriculture, infrastructure, santé, éducation et eau.

La vision à long terme du Gouvernement est en cours de définition et il est attendu que le développement durable soit au centre des actions futures.

Document B

Questionnaire sur

L?Évaluation des progrès réalisés à ce jour et des lacunes à combler au niveau de la mise en oeuvre des résolutions des documents finaux des grands sommets sur le développement durable.

I. Introduction

1. L?Agenda 21 (A21) est un programme compréhensif et détaillé du développement durable, adopté par consensus au CNUED à Rio de Janeiro en 1992. Le Plan de mise en oeuvre du Sommet Mondial du Développement Durable a été adopté au Sommet Mondial pour le développement durable tenu à Johannesburg en 2002. Il s?appuie sur A21 en concentrant son attention sur la mise en oeuvre, particulièrement en introduisant des moyens additionnels pour réduire la fragmentation et intégrer les trois dimensions du développement durable dans des politiques de groupe, a permis de jeter ultérieurement, les bases du programme de travail de la Commission du Développement Durable (CDD).

2. Un important cadre probablement le noyau pour évaluer les progrès est la mesure dans laquelle les objectifs économiques, sociaux et environnementaux (les ?trois piliers? du développement durable) commencent à converger. En effet, le message cohérent du développement durable est que ces piliers représentent, non pas trois objectifs séparés, mais un seul objectif intégré. L?objectif ultime du développement durable, est la convergence entre les trois trajectoires de la croissance économique, du développement social, et de la protection de l?environnement. À cet effet, la CNUDD fournit une importante opportunité d?évaluer ce qui a, et ce qui n?a pas fonctionné.

3. Quelques informations sur les tendances sont disponibles à partir de l?histoire des rapports nationaux sur le développement durable, y compris pour la Commission du Développement Durable et dans différents rapports sur les Tendances du Développement Durable sur le site de la CDD1. Pour ce qui a trait à la pauvreté et au pilier social en particulier, l?information à été suivie depuis 1990 et est décrit en détail dans le rapport du Secrétaire Général pour l?évènement de haut niveau sur les OMD qui aura lieu en Septembre 2010.2

II. Questionnaire

Les États Membres sont invités à fournir des contributions sur leurs expériences, facteurs de succès, défis et risques liés à la Résolution 64/236 de l?Assemblée Général sur ?l?évaluation des progrès réalisés à ce jour et des lacunes à combler au niveau de la mise en oeuvre des résolutions des documents finaux des grands sommets sur le développement durable? en

réponse aux questions suivantes qui ont été développées en se basant sur les discussions tenues lors du premier PrepCom.

Expériences

1. Quels indicateurs ou information sur le développement durable se sont montrés les plus utiles pour évaluer les écarts et les progrès envers le développement durable?

Svp, classez ces derniers par ordre d?importance avec 1 = plus important. Mettre en pièce-jointe, ou fournir aussi un lien pour les données statistiques pertinentes svp. .

ndicateurs de Pauvreté (Indice de pauvreté, indice de Gini)

Indicateurs Compréhensifs (IDH, OMD)

Indicateurs Économiques (croissance économique, commerce)

Indicateurs Sociaux (Chômage, espérance de vie)

Indicateurs Environnement (Indice de Durabilité de l?Environnement (IDE), Empreinte écologique.)

Résultats de Sondages d?Opinion Publique

2. Quels indicateurs d?objectifs et de stratégies intégrées sont les plus utiles? Classez-les selon leur ordre d?importance. 1. Indicateurs de Résultats (corrélation entre les indicateurs de changement économique, social, et environnemental) ;

Indicateurs institutionnels (utilisation des stratégies intégrées, établissement de mécanismes de coordination) ;

Indicateurs d?engagement (fiscal ou autre soutien pou les programmes intégrés de développement durable)

Indicateurs lies à l?information (développement d?outils d?analyse et de d?évaluation, collection de données, investissement dans la recherche)

3. En se basant aussi bien que possible sur ces indicateurs, pouvez-vous fournir une évaluation des progrès faits envers le développement durable ces 18 dernières années (1992-2010) (a) au niveau de votre pays (si possible) et (b) au niveau global. Svp mettre en pièce-jointe toutes études techniques ou analyses politiques pertinentes sur le sujet. Pour chaque entrée, veuillez fournir svp l?article original ou un lien internet, accompagné d?un court résumé.

Situation socio ‐économique

Alors qu?il avait enregistré dans les années 1960 et 1970 un processus de développement accéléré avec une croissance moyenne annuelle de 7%, le Togo a vu son élan freiné dans les années 1980 suite au retournement des prix mondiaux de phosphate. Malgré ce contexte difficile le pays a pu maintenir entre 1980 et 1989 une croissance moyenne de plus 4% par an en profitant du relais de croissance autour du Port de Lomé et des services financiers. Cette période avait vu le pays enregistré des avancées significatives sur le plan social. A titre d?illustration, l?Indicateur du Développement Humain (IDH) a évolué à la hausse en passant de 0,424 en 1975 à 0,498 en 1990. Cette hausse était due en partie à l?amélioration progressive des conditions de vie des ménages (éducation, santé, augmentation du revenu par tête?) constatée dans les années 70 et 80.

A partir de 1990, les troubles sociopolitiques ont entraîné la détérioration de la situation économique qui a été exacerbée par la réduction de l?aide publique au développement (APD) qui est passé de 212 millions de US $ en 1990 à 81 millions US $ en 2005. Les principaux piliers de l?économie (phosphate, coton, Port?) ont fortement décliné. Les conséquences sur la situation sociale e ont été très lourdes. En effet, le rapport mondial sur le développement humain (RMDH) de 2009 évalue à 0,499 le niveau de l?IDH du Togo, le classant ainsi au 159ème rang sur 177 alors qu?il occupait le 142ème rang en 1995. C?est ainsi que le pays, qui avait dans les années 70 et 80 un niveau de développement humain largement au dessus de la moyenne des pays africains au Sud du Sahara, se situe maintenant dans la moyenne continentale. Ce recul résulte, entre autres, du fort désinvestissement dans tous les secteurs notamment l?éducation, la santé, l?agriculture et les infrastructures économiques et sociales.

Depuis 2006, le Gouvernement a lancé d?importantes réformes politiques et économiques qui ont permis de restaurer la confiance des investisseurs et de renouer la coopération avec les principaux partenaires, en particulier le FMI et la Banque Mondiale. La mise en oeuvre réussie des réformes dans le cadre de la Facilité pour la Réduction de la Pauvreté et la Croissance du FMI a permis d?atteindre le point de décision de l?initiative PPTE/IADM en novembre 2008. Ces réformes, qui se sont poursuivies ont conduire à l?atteinte du point d?achèvement de l?initiative PPTE/IADM en décembre 2010.

Au niveau sectoriel, les constats suivants ont été relevés :

Sur le plan alimentaire, le Togo est globalement autosuffisant et dégage annuellement depuis 2008 un excédent alimentaires. Les indices nutritionnels au sont supérieurs aux seuils admis par l?OMS. Toutefois, la nuttition infantiles démeure un défis : 20,5% des enfants de moins de 5 ans présentent en 2008 une insuffisance pondérale (rapport OMD, 2010).

Au niveau de l?éducation primaire, le taux de scolarisation net (87% en 2008) est l?un des meilleurs de la sous région ouest africaine. Ce niveau satisfaisant a été pendant longtemps le fruit de la forte implication des ménages dans le financement de l?école primaire avant que le Gouvernement n?introduise en 2008 la gratuité des frais scolaires. Malgré ces indicateurs quantitatifs louables, la performance a pâti du contexte économique difficile. C?est ainsi que le niveau de redoublement est encore élevé (22%), le taux d?achèvement du primaire (57%) est moyen, le taux d?encadrement (50 élèves par enseignement) est faible, le mobilier scolaire et un matériel pédagogique insuffisant, une formation des enseignants resté longtemps en‐deçà des standards.

En matière d?equité et g?égalité genre, le pourcentage de femmes au gouvernement est de 21,9% (au‐dessus de la cible fixée de 15%), les femmes continuent à occuper très peu d?emplois dans le secteur moderne non agricole. Elles exercent plus leurs talents dans le secteur informel et agricole où elles excellent dans la production agricole, sa transformation et sa commercialisation. En ce qui concerne la parité filles/garçons, elle est sur une tendance satisfaisante au niveau du primaire (0,95 en 2008) ; elle est par contre de 0,65 dans le premier cycle du secondaire et 0,31 dans le second cycle.

Dans le secteur de la santé, le teaux de mortalité infantile (enfants moins de 1 an) et infanto‐juvénile (enfants moins de 5 ans) quoiqu?encore élevé (car il est respectivement estimé à 77? et 123?) s?est nettement amélioré ces dix dernières années. Il en est de meme pour le taux de mortalité maternelle (160 pour 100.000 naissances). Dans les domaines de la lutte contre le VIH, le paludisme et la tuberculose, des résultats intéressants ont été obtenus grâce aux efforts déployés par le Gouvernement avec l?appui de la communauté internationale. C?est ainsi que la prévalence du VIH a été stabilisée et la prise en charge des personnes malades s?est beaucoup améliorée avec l?introduction de la gratuité des anti‐rétroviraux (ARV). Des progrès ont été réalisés dans la lutte contre le paludisme qui demeure la première cause de mortalité dans les formations sanitaires. Le systéme de santé demeure cependant fragiles et contraints par les problèmes pauvreté d?une partie de la population et nécessite le renforcement des efforts en matière de consultations prénatales et d?accouchement assisté par du personnel qualifié.

Au niveau de l?environnement, il a été noté une dégradation continue des ressources forestières cependant des effort sont observés ces dix dernières années en matière de reboisement et de protection des rerssources forestières. En ce qui concerne l?accès à l?eau potable, le niveau est encore faible mais est passée d?un taux de déserte en milieu rural de 37,85% en 2009 à 39,67% en 2010. Le pourcentage de population disposnt d?un systéme indiduel d?assainissement est passé de 32% en à 34% en 2010. Le système d?assainissement est à renforcé car son manque constitue actuellement l?une des causes de nombreuses maladies infectieuses et parasitaires ;

Le Togo est resté longtemps orphelin de l?aide dont le niveau est passé de 11,9% du PIB en 1990 à 2,5% en 2003. La principale conséquence a été la diminution de moitié des investissements publics durant la même période. Le début de reprise, qui est noté depuis 2007, s?explique cependant en grande partie par le soutien au processus électoral et les allégements de dette. La crise des finances publiques que le Togo a connue jusqu?en 2005, accentuée par l?absence d?un programme financier avec les Institutions de Bretton Woods, a entrainé une explosion de l?encours de la dette publique interne et externe (accumulation d?arriérés de paiement, absence d?allégement de dette) dont le niveau représentait près de 95% du PIB en fin 2007. Les allégements de dette obtenus en 2008, après la signature de la Facilité pour la Réduction de la Pauvreté et la Croissance, ont ramené cet indicateur aux alentours de 75% du PIB en fin 2008.

Cette situation globale difficile est aussi caractérisée par de fortes disparités liées aussi bien au lieu de résidence qu?au niveau de pauvreté. C?est ainsi que dans les domaines de la nutrition, de l?éducation et de la santé, il a été noté une forte corrélation entre la situation des OMD et la prévalence de la pauvreté. Les indicateurs sont ainsi souvent plus éloignés des cibles dans les zones rurales de manière générale et dans la région des Savanes (région la plus pauvre) de manière spécifique.

Pour relever les défis susmentionnés, le Gouvernement, en s?appuyant sur les orientations de sa Stratégie de Développement à Long Terme Basée sur les OMD, a préparé des politiques sectorielles (agriculture, éducation primaire, santé, eau potable) prenant en compte des interventions compatibles avec les besoins nécessaires à la réalisation d?ici 2015 des OMD au Togo.

Facteurs de Succès

4. Quels facteurs expliquent les progrès dans la mise en oeuvre? Classez-les selon leur ordre d?importance. .

Investissement dans la capacité technique et institutionnelle

Participation du public (ONG, secteur Privé, OSC)

Soutien financier de ressources internationales

Utilisation de stratégies intégrées

Croissance économique généralisée ou prospérité

5. Votre gouvernement a-t-il introduit une planification intégrée et une prise de décision pour le développement durable? Si oui, sous quel titre (SNDD, DSRP, Plan quinquennal, NCS ou PANE, autre)? Quelles sont les leçons tirées de cette

Expérience ?

Oui, le Togo utilise un cadre intégré de planification de son développement qui est le Document de la Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DSRP-C) et un cadre récent d?orientation de la prise de décision pour le développement durable dénommé Stratégie Nationale de Développement Durable (SNDD).

Le DSRP Complet couvre la période 2009-2011 et se met en oeuvre à travers le Programme d?Actions Prioritaires (PAP), base de la programmation budgétaire de l?Etat. Cette stratégie tourne autour de quatre piliers stratégiques que sont : (i) le renforcement de la gouvernance ; (ii) la consolidation des bases d?une croissance forte et durable ; (iii) le développement du capital humain ; et (iv) le développement à la base et la réduction des déséquilibres régionaux. Ces

différents piliers intègrent, de manière transversale, les préoccupations liées à l?environnement, au sida, au genre et aux droits humains.

Leçons du processus DSRP

Le processus du DSRP qui a abouti à l?adoption d?une Stratégie Intérimaire de Réduction de la Pauvreté en 2008. Cette stratégie intérimaire a contribué à impulser des réformes et à conclure des programmes financiers avec les institutions financières internationales qui ont permis au pays d?atteindre le point de décision de l?Initiative en faveur des Pays Pauvres Très Endettés (I-PPTE) en novembre 2008.

A la suite d?un processus largement participatif regroupant tous les acteurs du développement national, le gouvernement a adopté en juin 2009, le Document Complet de Stratégie de Réduction de la pauvreté (DSRP-C) qui constitue dès lors le fondement de toutes les actions de développement de l?Etat et de ses partenaires dans le cadre de l?alignement de l?intervention de ces derniers sur les priorités nationales.

Conformément aux exigences du suivi-évaluation de la stratégie de réduction de la pauvreté, il est élaboré chaque année, un rapport d?avancement pour évaluer la mise en oeuvre du DSRP. Ce rapport sert de document de base pour la revue annuelle de la stratégie. Ainsi, deux rapports annuels d?avancement ont été réalisés pour apprécier les résultats de la mise en oeuvre du DSRP en 2008 et 2009. Un rapport spécial de mise en oeuvre du DSRP couvrant la période de juillet 2009 à juin 2010 a également été élaboré pour l?atteinte du point d?achèvement de l?I-PPTE.

Grâce à la mise en oeuvre satisfaisante de la stratégie complète de réduction de la pauvreté et des avancées réalisées dans la mise en oeuvre des réformes engagées par le gouvernement, le Togo a atteint le point d?achèvement de l?I-PPTE en décembre 2010, avec pour bénéfice, une annulation de 82% de la dette extérieure du pays et par ricochet une amélioration de la soutenabilité de l?endettement extérieur.

Les rapports 2008, 2009, 2010 et le rapport spécial IPPTE d?avancement du DSRP indiquent que des progrès non négligeables sont réalisés même si la non disponibilité de certains indicateurs et l?absence du dispositif institutionnel de mise en oeuvre du DSRP restent des contraintes majeures à relever pour mieux apprécier les progrès réalisés et assurer une mise en oeuvre plus efficiente de la Stratégie de Réduction de la Pauvreté (SRP). 1. Ces dernières sont-elles des exemples de solides partenariats public-privé pour le développement durable dans votre pays? Comment ont-ils été promus?

Le DSRP et la SNDD sont de solides exemples de participation du public. Dans les deux cas le public est consulté depuis les études diagnostiques de l?élaboration desdits documents jusqu?au suivi de la mise en oeuvre en passant par la priorisation des actions surtout en ce qui concerne le DSRP. Le processus de priorisation comme les autres étapes importantes se font par les représentants de tous les acteurs du public, du privé et de la société civile. Les cadres de consultations et de participation du public en ce qui concerne particulièrement la stratégie nationale de développement durable se sont délocalisés au niveau régional pour une meilleure prise en compte des préoccupations des populations au niveau décentralisé et local. 1. L?assistance technique des entités du système des Nations-Unies a-t-elle été un facteur-clé dans l?explication des progrès liés au développement durable?

Si oui, dans quels secteurs (OMD, énergie, eau, santé, agriculture, biodiversité, forêts, changement climatique, emplois, autre)?

Indéniablement l?assistance technique et financière du système des Nations Unies et ses autres partenaires est un facteur clé des progrès réalisés dans certains secteurs importants du développement durable. En effet, le gouvernement du Togo, en collaboration avec ses partenaires, est totalement engagé dans la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement (OMD). C?est ainsi qu?il a pris un certain nombre d?initiatives parmi lesquelles: la préparation de la Stratégie Nationale de Développement à long terme axée sur les OMD (SND/OMD), l?adoption du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté aligné sur les OMD (DSRP) et la publication régulière de rapports de suivi sur les OMD. Il a par ailleurs décrété la gratuité de l?éducation primaire, renforcé les campagnes intégrées de vaccination, de distribution des moustiquaires imprégnées et nutrition, et accentué les campagnes de sensibilisation sur le VIH/SIDA et la prise en charge des personnes vivant avec le VIH. Ces efforts commencent à produire des résultats. C?est ainsi que le rapport «Que faut-il faire pour atteindre les OMD? Une évaluation internationale» préparé par le PNUD en 2010 a relevé le succès de la campagne intégrée de vaccination, de distribution des moustiquaires imprégnées, de supplémentation en vitamine A et de traitement des parasitoses. Par ailleurs, le rapport 2010 de «Overseas Development Institute» (ODI) et de «Millennium Campaign» des Nations-Unies a classé le Togo parmi les vingt pays du monde qui ont réalisé des progrès notables dans certains OMD, notamment la réduction de la mortalité infantile, l?amélioration de la santé maternelle et la baisse de la prévalence du VIH/SIDA, avancées qu?il faut maintenant consolider et élargir vers les autres objectifs.

En matière d?eau potable et d?assainissement, les mesures prises, dans le cadre de la PNHAT (Politique Nationale d?Hygiène et d?Assainissement pour le Togo), depuis 2001 et dans le cadre du processus GIRE (Gestion Intégrée des Ressources en Eau) pour améliorer les services d?eau potable, depuis 2002, montrent que le succès est possible et que des interventions effectives peuvent être identifiées pour la réalisation de la cible 7.C1 de l?OMD7 en milieu rural ou semi-urbain. Ces progrès, qui sont cependant encore fragiles, ont besoin d?être renforcés.

Défis 1. Quelles sont les principales barrières à la mise en oeuvre? Classez-les selon leur ordre d?importance avec 1 = plus important.

1. problèmes créés par une croissance ralentie;

soutien international inadéquat ou imprévisible,

autre à spécifier: crises internationales (financières, énergétique, alimentaires);

coordination inadéquate entre ministères;

manque de données;

faible priorité politique pour les prises de décisions intégrées;

sensibilisation ou engagement du public inadéquat;

autres; svp spécifiez: inondations et changements climatiques.

Quelles sont les mesures qui doivent être prises pour faire face à ces barrières dans un effort de combler les lacunes de la mise en oeuvre?

Les différentes barrières identifiées peuvent être classées en deux catégories: celles qui dépendent de l?autorité locale et celles qui dépendent du contexte international.

Les solutions pour lever les barrières au niveau du pays sont déjà répertoriées par la stratégie complète de réduction de la pauvreté et connaissent déjà un début de mise en oeuvre. Ce qui ralentit les efforts du gouvernement, c?est la faiblesse des moyens de financements et la recrudescence des phénomènes climatiques extrêmes tels que les inondations et la désertification. Même là aussi, le pays dispose déjà d?outils de planification pour venir à bout de ces calamités parmi lesquelles ont peut citer: la Stratégie Nationale de Réduction

1 Cible 7.C de l?OMD 7 : Réduire de moitié, d?ici (2000) à 2015, le pourcentage de la population qui n?a pas d?accès à un approvisionnement en eau potable ni à des services d?assainissement de base

des Risques de Catastrophes (2009), la stratégie nationale de mise en oeuvre de la Convention- Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.

Les solutions aux barrières internationales sont à prendre au niveau international. Elles sont relatives à l?importance et aux mécanismes d?allocation de l?aide publique au développement, aux accords commerciaux et aux réformes à apporter au système économique libéral.

10. Quelles sont les principales difficultés rencontrées dans la promotion de planification et de prise de décision intégrées?

Les principales difficultés rencontrées dans la promotion de la planification et de prise de décision intégrées sont: .

e chevauchement des missions et attributions de certains départements ministériels;

la faiblesse dans la synergie des actions;

le manque de données et la faiblesse de la circulation du peu l?information disponible.

.

1. Quelles actions supplémentaires qui pourraient être prises pour promouvoir des actions volontaires et des partenariats effectifs?

Les actions nouvelles pour promouvoir des actions volontaires et des partenariats pourraient être la production des données au niveau de chaque secteur et leur large diffusion. La création de site web au niveau de chaque secteur (pas ministère) serait un bon début.

Du côté du secteur privé et des organisations de la société civile, des stratégies de renforcement de capacité et de sensibilisation en matière de responsabilité sociétale des organisations (RSO), de responsabilité sociétale des entreprises (RSE) et de promotion de la norme ISO 26000 auxquelles on associerait le recours à la fiscalité et aux instruments économiques pour promouvoir l?innovation et les investissements verts, pourraient également encourager des actions volontaires et des partenariats effectifs.

Risques 1.Quels sont les risques d?un progrès soutenu vers la convergence entre les trois piliers du développement durable?

La phase de transition vers la convergence des trois piliers du développement durable pourrait s?avérer onéreuse, allant éventuellement à l?encontre des priorités institutionnelles qui exigent la résolution de problèmes de développement plus urgents et pressants et des objectifs de réduction de la pauvreté à court terme. Les conversions des modes de productions et de consommations pourraient engendrer des surcoûts de conversions et le chômage dans les secteurs non durables. Le risque le plus important reste la crainte du ralentissement de la croissance économique à court terme.

Document C

Questionnaire :

Relever les nouveaux défis émergents

I. Introduction

Bien qu?il n'y ait pas de liste définitive des ?nouveaux défis émergents?, la liste ci‐ dessous présente certains largement considérés comme: .

angements climatiques, dont de nouvelles preuves qui suggèrent que le danger est plus imminent qu?on ne le pensait

Hausse de la pénurie d?eau et désertification accrue

Le déroulement de la crise financière dans les pays développés, et de sa transmission à travers les marchés financiers mondiaux, ainsi que par la récession mondiale

Progrès freinés envers les OMD, malgré le soutien politique cohérent

Crise alimentaire, causée par la rapide montée des prix alimentaires

Crise énergétique entrainée par la volatilité sans précédent des prix de l?énergie

Autres tendances environnementales qui se sont aggravées plus rapidement que prévues, y compris les craintes que certaines ?limites planétaires? ont été dépassées, particulièrement au niveau de la biodiversité

Dégradation des écosystèmes marins

L?inefficacité et le gaspillage des modes de production et de consommation,

et

Une succession de désastres.

Tous les pays font face à ces défis, mais diffèrent largement dans leur capacité à faire face aux risques et aux chocs inhérents à ceux‐ci. Les défis ont été exacerbés dans les pays en développement par la pauvreté, la compétition pour les ressources rares, le rythme rapide de l?exode rural, et les défis concomitants à fournir de la nourriture, des infrastructures et à accéder à des services de santé de base, d?eau et d?énergie.

Le défi du développement durable posé par les changements climatiques illustre bien l?importance d?une réponse coordonnée globale de la part de la communauté internationale.

II. Questionnaire

Les États Membres sont invités à fournir des contributions sur leurs expériences, facteurs de succès, défis et risques liés à la Résolution 64/236 de l?Assemblée Générale sur ?Relever les défis nouveaux et émergents? en réponse aux questions suivantes qui ont été développées en se basant sur les discussions tenues lors du premier PrepCom.

Expériences

Quels les sont cinq nouveaux défis émergents qui risquent plus fortement d?avoir un impact important sur les perspectives de développement durable de votre pays dans la décennie à venir? Les classez selon leur ordre d?importance svp.

Changements climatiques;

Catastrophes naturelles (inondations, désertification, érosion côtière);

Crise alimentaire;

Crise énergétique;

Crise financière.

2. Quels mécanismes ont été mis en place par votre pays pour faire face à ces défis: au niveau local? Au niveau national?

Pour faire face aux effets néfastes des changements climatiques, le Togo a élaboré sa Stratégie Nationale de Mise en OEuvre de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques. Celle-ci envisage la gestion rationnelle des ressources énergétiques, la gestion durable des ressources naturelles dans le secteur du changement d?affectation des terres et de la foresterie, l?amélioration du système de production agricole et animale, l?amélioration de la gestion des déchets ménagers et industriels, l?amélioration de la communication et de l?éducation pour un changement de comportement, la valorisation des opportunités qu?offre le protocole de Kyoto et le développement de la coopération sous-régionale en matière d?atténuation des GES.

Parallèlement, le Togo a soumis en septembre 2009 son Plan d?Action National d?Adaptation aux changements climatiques. Ce document a identifié sept projets prioritaires dans les secteurs de l?Agriculture et des Ressources en Eau, actions immédiates et urgentes à mettre en oeuvre pour réduire la vulnérabilité des populations les plus pauvres.

En ce qui concerne les risques de catastrophes, tirant leçon de la gestion des inondations de 2007 et 2008, le Gouvernement s?est doté: d?une stratégie nationale de réduction des risques de catastrophes, d?un système d?alerte précoce multirisques et d?un cadre institutionnel de prévention et de gestion des catastrophes. Une cartographie des zones à risque, et des études sur les nouvelles tendances climatiques et des risques associés a été réalisée. A la lumière des conclusions de ces études et au regard de l?état de vulnérabilité du pays, le Togo se mobilise à travers les acteurs du Plan d?organisation des secours (ORSEC) pour le renforcement des capacités de préparation et de réponse (secours d?urgence) aux catastrophes.

Dans le cadre de la préparation d?une réponse plus structurée et mieux coordonnée, il est mis en place un Plan de contingence national qui est un outil de gestion participative, de prévision d?événements imminents. En outre, les capacités opérationnelles des structures de secours (dont la Caserne des sapeurs pompiers) sont en train d?être renforcées en équipements spécialisés, ainsi que celles de la Direction Générale de la Météorologie Nationale afin d?améliorer la qualité des prévisions météorologiques. Enfin, un Fonds national d?appui aux urgences et calamités naturelles sera mis en place pour la prise en charge des victimes des crises et catastrophes.

S?agissant des risques d?insécurité alimentaire de plus en plus grandissante surtout en raison des catastrophes naturelles, le Togo s?est engagé en février 2007 dans un large processus de concertation et d?élaboration participative de son programme national de sécurité alimentaire (PNSA). Ce programme vise à assurer la sécurité alimentaire de toutes les couches de la population au plan national et sans aucune discrimination. Pour atteindre cet objectif, six (06) axes stratégiques d?intervention ont été retenus à savoir: (i) la promotion du droit à l?alimentation et de la bonne gouvernance autour de la sécurité alimentaire; (ii) l?amélioration de la productivité et le développement des productions végétales, animales et halieutiques; (iii) la valorisation des productions végétales, animales et halieutiques; (iv) la gestion durable des ressources naturelles et de l?environnement; (v) la promotion de la maîtrise de l?eau et de l?hydraulique villageoise à des buts multiples; et (vi) la promotion de la nutrition et de l?éducation nutritionnelle. Le cadre institutionnel mis en place pour le suivi de la mise en oeuvre du PNSA comprend plusieurs niveaux: l?organe de référence, l?organe décisionnel, les organes de coordination et de concertation et enfin la structure de gestion et de suivi-évaluation dudit programme.

En matière de sécurisation de l?approvisionnement en énergie, le Togo n?est pas encore sorti du tunnel. Excepté le sous-secteur des énergies traditionnelles où le Togo jouit encore d?une autonomie précaire, le pays dépend de l?extérieur pour l?approvisionnement, tant en énergies fossiles qu?en énergie électrique, pour satisfaire une demande intérieure en constante augmentation. C?est la raison pour laquelle, au delà des solutions de court terme telle que l?installation de la centrale thermique Contour Global pour une fourniture d?énergie électrique d?une capacité de 100 mégawatts, le gouvernement s?est lancé dans l?élaboration de sa politique énergétique et de sa politique en matière d?énergie renouvelable.

Enfin concernant le risque de crise financière, le Togo a entrepris des réformes profondes. Ces réformes visent l?assainissement du portefeuille compromis des banques à capitaux publics, la cession des parts de l?Etat dans ces établissements pour ne garder que des participations minoritaires, et le renforcement de la surveillance bancaire.

Pour ce qui est de l?assainissement du portefeuille compromis des banques, une opération de titrisation a été engagée et permet aux banques concernées, de retrouver une situation de fonds propres effectifs nécessaires pour respecter la norme de 8% du ratio de couverture des risques et par conséquent, leur ouvrir la possibilité d?accéder au refinancement de la Banque Centrale. Par ailleurs, l?autorisation du Conseil d?Administration de la BCEAO est accordée pour que les titres émis soient admis au refinancement de l?Institut d?émission. De plus, une étude sera réalisée pour la mise en place d?une structure ou d?un mécanisme de recouvrement des créances compromises rachetées par l?Etat.

En matière de privatisation des banques publiques, il sera lancé un appel à la concurrence en vue de sélectionner des partenaires de référence capables d?apporter les capitaux nécessaires pour répondre aux nouvelles normes en matière de capital minimum ainsi qu?une technologie bancaire de première main aux établissements.

Sur le plan du renforcement de la surveillance bancaire, l?objectif visé est d?amener les établissements de crédits à respecter les normes prudentielles de l?UEMOA et à se préparer à s?adapter à la réforme envisagée de la réglementation bancaire. Dans cette optique, les banques publiques seront dotées de mécanismes de gouvernance basés sur des procédures bien définies et produisant notamment des données fiables.

5. Dans lesquels de ces domaines le soutien de la communauté internationale est‐il à venir? Dans quels domaines un nouveau soutien ou un soutien renforcé de la communauté internationale est‐il nécessaire?

Le soutien de la communauté internationale est attendu dans le domaine de la gestion des catastrophes et de la sécurité alimentaire. Les autres domaines nécessitent un soutien plus renforcé de la communauté internationale.

6. Quels nouveaux défis émergents doivent être exécutés à la CNUDD?

Au titre des nouveaux défis à soulever à la conférence des nations unies sur le développement durable on peut citer:

la sécurité alimentaire;

l?agriculture durable

les changements climatiques

les crises financières

les crises alimentaires

la désertification

les crises énergétiques et accès à une énergie propre

accès à l?eau potable

ville/urbanisation et gestion des déchets

consommation et production durable

transfert de technologies propres

la protection du patrimoine culturel traditionnel des peuples

la responsabilité sociale des entreprises (RSE), basée sur la norme ISO 26 000

Facteurs de succès

5. Quels facteurs expliquent la capacité de succès pour relever les nouveaux défis émergents?

1. Ressources financières adéquates

2 Forts leaderships gouvernementaux

3. Investissement dans les infrastructures nécessaires

4. Rapidité et cohérence du soutien international

5. Programmes gouvernementaux dédiés

6 Coopération Sud-Sud

7 Coopération régionale

8 Alphabétisation et sensibilisation auprès de la population

9. Systèmes de communications effectives

10. Disponibilité des données et des capacités techniques

11. Leadership par les organisations internationales

6. Quelles mesures ont été prises ou sont en considération dans votre pays pour renforcer ces facteurs de succès?

Un certain nombre d?outils de planification sont définis pour faire face à ces nouveaux défis.

Défis .

7. Comment est‐ce que le lien entre science, éducation et politique peut être renforcé pour faire face à ces nouveaux défis émergents, en particulier ceux identifiés plus haut?

Les investissements conséquents dans la recherche-développement et l?intégration ou la modification des curricula de l?éducation et de la formation professionnelle en faveur du développement durable appuieront les innovations et la production de nouvelles connaissances qui peuvent impulser les changements nécessaires dans les modes de consommations et de productions.

8. Comment est‐ce que le soutien international peut être employé effectivement pour faire face à ces défis?

Le soutien international, pour être efficace doit s?aligner sur les priorités nationales définies dans le Programme d? Actions Prioritaires qui décline de la stratégie nationale de réduction de la pauvreté. L?aide au développement doit être conséquente, prévisible et respecter la déclaration de paris.

En ce qui concerne les transferts de technologie, la Deuxième Communication sur les Changements climatiques à identifié les principaux besoins du pays en la matière.

Risques

9. Les nouveaux défis émergents posent-il un risque fondamental aux perspectives de croissance économique et de développement de votre pays?

Sans aucun doute

10.Comment est-ce que les risques sur les pauvres et les autres populations vulnérables peuvent-ils être adressés?

Les risques des défis émergents sur les pauvres peuvent être prévenus par des mesures appropriées d?adaptation ou de prévention du risque.

Document D

Questionnaire sur

L?économie verte dans le contexte de l?éradication de la pauvreté et du développement durable

I. Introduction

Le concept de l?économie verte est un des quelques concepts étroitement liés qui ont émergé ces dernières années pour renforcer la convergence entre les trois piliers du développement durable. Bien que l?idée présente un certain intérêt intrinsèque, des questions ont été soulevées concernant sa clarté conceptuelle, sa définition précise, et ses implications pour les objectifs économiques et sociaux clés.

Une question spécifique se rapporte à la différence entre le concept idéal ?d?économie verte et les implications à court et moyen termes de la ?transition vers une économie verte?.

Dans la littérature, la plupart des textes invoque le terme dans le but de tracer le contour des éléments et actions qui seraient normalement décrits comme ?écologisation de l?économie?. L?objectif étant donc de chercher à réunir sous une seule enseigne une vaste gamme de politiques économiques reliées à l?atteinte du développement durable.

Le PrepCom a aussi soulevé un bon nombre de questions en regard de l?impact de la ?transition vers une économie verte? sur d?autres objectifs, notamment les performances macroéconomiques (particulièrement la croissance du revenu), la compétitivité au commerce, le protectionnisme, la conditionnalité de l?aide et la pauvreté et les moyens de subsistance.

De plus et, les délégués ont demandé pour le partage des expériences, facteurs de succès, défis, et risques en application pratique avec quelques uns des outils recommandés.

II. Questionnaire

Les États Membres sont invités à fournir des contributions sur leurs expériences, facteurs de succès, défis et risques pertinents au thème de la CNUDD ?l?économie verte dans le contexte de l?éradication de la pauvreté et du développement durable? en réponse aux questions suivantes qui ont été développées en se basant sur les discussions tenues lors du premier PrepCom.

Expériences

1. Existe-il un consensus entre les décideurs politiques de votre pays sur une définition précise du terme ?économie verte dans le contexte de l?éradication de la pauvreté et du développement durable?? Si oui, comment est-il défini? (si pertinent, fournir toutes publications officielles ou études analytiques sur le concept de l?économie verte ou ses implications opérationnelles et sociales, le tout accompagné d?un petit résumé).

La notion d?économie verte est encore recente au Togo et un débat national spécifique sur cette question n?est pas encore engagée. Toutefois, le Togo en tant qu emembre de plusieurs organisation sous-régionale s?aligne sur les positions des pays africains sur la question. En effet, la troisième Conférence ministérielle africaine sur le financement du développement (mai 2009), la session de la Conférence ministérielle africaine sur l'environnement (CMAE) de juin 2010, la première Conférence panafricaine sur la biodiversité (septembre 2010), le septième Forum pour le développement de l'Afrique (octobre 2010) et, plus récemment, la 18e session ordinaire du Conseil exécutif de l'Union africaine (janvier 2011) ont permis aux etas d?afrique d?avoir une position commune sur l?économie verte.

Quelles politiques, ou types de politique, devrait-on considérer comme plus utiles pour promouvoir une économie verte, et pourquoi?

Au prime abord, Il est urgent d?élaborer des politiques ou stratégies permettant de lancer le processus de transition vers l?économie verte et d?y faire participer des acteurs clefs et des personnages influents, de sorte qu?à la longue, les avantages l?emportent sur les coûts de transition que provoque à court terme la transformation de tout système socioéconomique. Les politiques doivent être opportunes et inclure des outils de transformation (mesures fiscales, investissements publics et privés, règles de passation des marchés, règles commerciales, recherche développement entre autres). Il devrait aussi y avoir des politiques sectorielles spécifiques, notamment pour les énergies renouvelables, l?efficacité énergétique, l?agriculture durable, le développement industriel, l?exploitation des mines et des forêts, la gestion des déchets, et les transports publics.

De façon transversale, pour accompagner la transition de l?économie nationale vers l?économie verte et réduire la pauvreté afin de remplir les objectifs de développement durable, il faudra investir largement dans le renforcement des capacités de tous les acteurs pertinents (institutions gouvernementales, secteur privé et experts), moderniser et affermir les institutions et fournir une aide financière ciblée

Les politiques énergétiques

L?énergie et l?accès à l?énergie sont indispensables au développement des économies en développement comme celle du Togo. Si le pays est doté d?un vaste potentiel en matière d?énergies renouvelables notamment solaire, hydroélectrique et éolienne il souffre de sérieuses lacunes dans les investissements relatifs aux infrastructures énergétiques. Cette situation offre d?importants tremplins pour la promotion de l?énergie verte et de réduction des pressions sur les ressources forestières (la biomasse énergie représente près de 70 à 80% du bilan énergétique national et la troisième cause de la déforestation au Togo) Les énergies renouvelables peuvent jouer un rôle non négligeable dans une stratégie d?élimination de la pauvreté énergétique. Les possibilités d?améliorer l?efficacité énergétique sont également très importantes, tant au niveau de la production (Carbonisation), de la distribution que de l?utilisation finale. L?efficacité énergétique et à un plus large recours aux énergies renouvelables, peut créer des emplois supplémentaires tout en fournissant une énergie concurrentielle.

La politique agricole

L?importance de l?agriculture dans l?économie togolaise n?est plus à démontrer. Elle représente plus de 30% du PIB et emploie plus de 70% d?une population en constante expansion.

Une transformation structurelle du secteur agricole est nécessaire pour augmenter la Productivité et la valeur ajoutée, et elle doit s'accompagner de politiques de diversification économique qui mettent en lumière les liens et les relations de dépendance intersectoriels dans le cadre d'une approche intégrée. Cependant, toutes les incidences de cette transformation structurelle doivent être prises en considération, par exemple les effets négatifs potentiels de la concession de grandes surfaces agricoles à des sociétés étrangères, les impacts environnementaux et sociaux, etc.

La politique forestière doit davantage mettre à profit les nouveaux types d'opportunités que peuvent offrir les forêts, par exemple celles liées aux marchés carbones, au maintien de la quantité et de la qualité de l?eau, à la fourniture de moyens de subsistance et à la génération de recettes locales. La gestion des forêts par les communautés a notamment pour avantage de créer des emplois et générer des revenus ainsi que d'assurer une production durable de bois d'oeuvre. Le ralentissement de la déforestation et l?augmentation du reboisement restent de mise du point de vue économique et sont favorables à l?agriculture et aux moyens d?existence des populations rurales.

La politique minière doit se tourner davantage vers la transformation locale pour plus de valeur ajoutée à l?économie nationale. Elle doit être plus regardante sur les questions de protection de l?environnement et la défense des intérêts des populations riveraines.

Est-ce que la pauvreté et d?autres impacts sociaux probables sont-ils explicitement considérés dans la conception des politiques d?économie verte? Si oui, comment?

Pour le moment le pays ne dispose pas de politique spécifique liée à l?economie verte.

2. Ces politiques sont-elles mises en oeuvre comme faisant partie d?une stratégie d?économie verte cohérente ou d?une croissance verte?

Non .

3. Quels sont les principaux bénéfices à tirer de la mise en oeuvre d?une stratégie nationale pour l?économie verte?

Les principaux bénéfices d?une stratégie nationale d?économie verte sont:

- le renforcement et l?amélioration du capital naturel de la terre,

- l?optimisation des bénéfices économiques,

- la réduction au minimum des inégalités sociales et du gaspillage des ressources.

4. Quels secteurs économiques considérez-vous comme les plus importants pour construire une économie verte dans le contexte de l?éradication de la pauvreté et du développement durable?

Les secteurs économiques les plus importants pour construire une économie verte au Togo sont l'énergie (énergies renouvelables et efficacité énergétique), l'agriculture, les ressources en eau, les biens et services environnementaux, la foresterie, la pêche, les ressources minérales, les industries manufacturières et la gestion des déchets y compris leur recyclage.

Facteurs de succès 5. Quelles politiques sur l?économie verte considéreriez-vous comme les plus efficaces?

Au rang des politiques efficaces sur l?économie verte on peut citer: les politiques de promotion des énergies renouvelables, d?efficacité énergétique, la politique de gestion durable des forêts, la politique d?assainissement et d?hygiène du milieu, la gestion et recyclage des déchets.

6. Comment est-ce que ces politiques ont contribué à l?éradication de la pauvreté, ou à d?autres objectifs spécifiques au développement durable?

Ces différentes politiques ne sont pour la plupart qu?à leur phase de démarrage au Togo et les résultats sur l?éradication de la pauvreté ne sont pas encore perceptibles.

7. Selon vous, quelles sont les raisons principales de ce succès? (disponibilité d?aptitudes institutionnelles et techniques pertinentes, un fort soutien politique, un vaste engagement de la société civile et des hommes d?affaires, un soutien international, autres)

L?économie verte n?est qu?à ces débuts. Elle ne jouit pas encore d?un soutien fort des politiques, de la société civile ou du secteur privé.

8. Quelles mesures et actions ont été prouvées efficaces dans la construction dans un engagement politique et populaire pour les mesures liées à l?économie verte?

Aucune

Défis

9. Existent-ils des études dans votre pays qui identifient les facteurs de succès, défis ou risques associés aux politiques liées à l?économie verte soulignées à la Question 1? Pour chacun, fournir un article original ou un lien internet, accompagné d?un petit résumé.

Il n?existe pas encore au Togo des études pour identifier les facteurs de succès, défis ou risques associés aux politiques liées à l?économie verte.

10. En se basant sur toutes les informations ci-dessus, quel(s) est (sont), selon vous, le(s) résultat(s)-clé(s) qui vont émerger de la Conférence des Nations-Unies sur le Développement Durable en 2012 (Rio+20) par rapport à la question de ?l?économie verte dans le contexte de l?éradication de la pauvreté et du développement durable??

Selon moi le résultat clé que la planète toute entière doit attendre de la conférence de Rio+20 par rapport à l?économie verte dans un contexte d?éradication de la pauvreté et du développement durable est un engagement politique au plus haut niveau de tous les pays du monde en faveur de l?économie verte et pour une fois le respect par les pays développés de leurs engagements.

Risques

11. Quelle est la relation entre les politiques liées à l?économie verte et les autres politiques ou domaines politiques (pauvreté, croissance, emploi, commerce, etc.)? S?agit-il de cas de conflits et, si oui, quelles sont les mesures prises pour y faire face?

Les relations entre les politiques liées à l?économie verte et les autres politiques ou domaines politiques sont pour la plupart divergentes dans leurs objectifs et dans leurs stratégies de mise en oeuvre. La principale mesure prise par le gouvernement pour y faire face est l?élaboration participative de la Stratégie Nationale de Développement Durable (SNDD) et la mise en place de la Commission Nationale de Développement Durable pour orienter les politiques sectorielles vers l?intégration des trois piliers du développement durable.

Document E

Questionnaire sur le Cadre Institutionnel du Développement Durable

I. Introduction

Le soutien institutionnel pour le développement durable fonctionne horizontalement à travers différents domaines, agences, ministères, groupes de fonction, et pays, alors que l?organisation traditionnelle de l?autorité est verticale, précisément selon les lignes directives des mêmes agences et ministères et autres groupes spécialisés. Dans ce cas‐ci, le défi est donc d?identifier les éléments institutionnels qui vont faciliter l?intégration, sur une base continuelle, à travers les différentes lignes d?autorité et les structures de programme, sans les miner ou les déplacer.

Au niveau international, le CNUDD a permis l?établissement de trois principales structures institutionnelles: la Commission du Développement Durable (CDD), le Comité Inter‐Agence de Coordination du Développement Durable (IACSD) pour la coordination au sein du système de l?ONU, et le Conseil Consultatif de Haut Niveau pour le Développement Durable (HLB) pour l?orientation intellectuelle. Le CDD reste toutefois la principale institution décisionnelle sur la question du développement durable au sein du système des Nations‐Unies, les deux autres structures ayant été abandonnées.

Depuis Rio, plusieurs corps des Nations‐Unies et des organisations internationales ont accompli leur travail en se basant sur les principes du développement durable, qui est mentionné dans le Document final du Sommet Mondial de 2005 (Résolution Assemblée Générale A/RES/06/1) comme ?un élément‐clé du cadre général des activités des Nations‐Unies?.

Aux niveaux nationaux, les premières innovations comprennent les conseils nationaux de développement durable (CNDD), et les stratégies intégrées. L?expérience avec les CNDD a besoin d?être évaluée pour en identifier les leçons à tirer, autant au niveau des réussites, qu?au niveau des échecs. Le processus de développement des stratégies intégrées a bien pris racine, notamment sous la forme de stratégies nationales de développement durable (SNDD); toutefois, il est nécessaire d?examiner cette expérience pour évaluer quelle est la manière la plus efficace pour atteindre cette intégration, et particulièrement, si la présence de plusieurs processus de stratégie en compétition les uns avec les autres (DSRP, plan de développement, stratégie nationale de conservation) risque de nuire à l?objectif même de l?intégration.

Aux niveaux locaux, les Agendas 21 locaux ont été développés par les institutions locales et les municipalités urbaines, et ici encore, il est nécessaire de tirer des leçons de cette expérience.

II. Questionnaire

Les États Membres sont invités à fournir des contributions sur leurs expériences, facteurs de succès, défis et risques pertinents au thème de la CNUDD sur ?le cadre institutionnel du développement durable? en réponse aux questions suivantes qui ont été développées en se basant sur les discussions tenues lors du premier PrepCom.

Expériences

1. Différents changements dans le cadre institutionnel global du développement durable ont été discutés. Selon vous, quelle est l?importance de ces différentes avenues pour une réforme?

1. Renforcer les institutions existantes

2. Améliorer la coordination entre les institutions existantes

3. Établir de nouvelles institutions

L?état actuel de la gouvernance internationale du développement durable a montré ses limites dans la mise en oeuvre des engagements internationaux en la matière. Principalement les engagements environnementaux n?ont pas été suffisamment mis en oeuvre à tous les niveaux à cause notamment de la faiblesse des institutions en charge de la coordination et la gouvernance de l?environnement ainsi que des ressources financières et humaines mises à leur disposition.

Expliquez vos choix svp, en indiquant quelles sont les mesures concrètes qui doivent être considérées à cet effet.

La décision de l?Union Africaine à sa septième session ordinaire tenue à Malabo du 30 juin au 1erjuillet 2011 par laquelle l?Assemblée a reconnu que les structures actuelles des institutions n?ont pas répondu pleinement aux besoins de l?Afrique en matière d?environnement, de développement durable et de changement climatique. Le Togo estime nécessaire de renforcer, de consolider et de transformer le Programme des Nations Unies pour l?Environnement (PNUE) en une institution internationale spécialisée de l?environnement, basée à Nairobi, au Kenya.

2. Comment est-ce que le cadre institutionnel assure-t-il des synergies efficaces entre le CDD et les autres instruments et processus intergouvernementaux existants, y compris les différents accords multilatéraux, les programmes et fonds des Nations-Unies et les processus régionaux?

Le cadre institutionnel actuel n?assure pas assez les synergies efficaces entre les différents acteurs du développement durable.

3. Comment est‐ce que le cadre institutionnel assure‐t‐il de manière effective la coordination et les synergies entre les différentes agences et organisations responsables des aspects du développement durable?

La coordination et les synergies sont faibles entre les différentes agences et les organisations du développement durable.

4. Votre pays possède-t-il un conseil national de développement durable (CNDD) (ou un équivalent) ? Oui/Non Pensez-vous qu?un CNDD actif peut faciliter la préparation de votre pays à la CNUDD? Si oui, comment?

Oui, le Togo dispose d?une commission nationale de développement durable (CNDD). Active, celle-ci va jouer le rôle de comité multisectoriel dans le cadre de l?élaboration et la validation du rapport national qui sera versé au secrétariat de la CNUDD comme contribution du Togo au processus de préparation de Rio +20.

5 . Fournir svp les coordonnées (nom et email) du point focal chargé du CNDD de votre pays. BAMOUDNA Bagdougoua Email: felibamod@yahoo.fr 6.Quel rôle le gouvernement local et les sous-nationaux (infranationaux) de votre pays ont-ils joué dans la mise en oeuvre du développement durable depuis Rio?

Le gouvernement national a signé ou ratifié les principaux accords multilatéraux sur l?environnement, élaboré des stratégies, plans et programmes de leur mise en oeuvre, élaboré une stratégie Nationale de Développement Durable, créé une commission nationale et des commissions locales de développement durables et instituer les évaluations environnementales préalables à tous projets ou programme de développement.

7. Depuis la Conférence de Rio de 1992, est-ce que la participation des principaux groupes majeurs et autres Parties Prenantes dans les processus décisionnels nationaux sur le développement durable a-t-elle augmenté? Oui/Non Indiquez svp laquelle des formes d?engagement des grands groupes dans la prise de décision sont utilisées dans votre pays (les classer selon l?ordre d?importance avec 1 = plus important):

1. participation dans les politiques de développement

2. partenariats

3. consultations multilatérales pour des réunions internationales

4. inclusion dans les délégations internationales

5. comités scientifiques

6. audiences publiques

8. Nommez les principaux groupes avec lesquels le gouvernement possède des collaborations étroites? Pour chacun, décrivez les principales caractéristiques de la collaboration.

Les grands groupes avec lesquels le gouvernement possède des collaborations étroites sont: les organisations des femmes, les agriculteurs, les organisations religieuses, la communauté scientifique, les autorités locales, les ONG, les populations autochtones; le secteur privé, les médias, les jeunes et les partenaires techniques et financiers.

Le rôle de chacun de ses grands groupes est clairement défini dans la stratégie nationale de développement durable (SNDD)

Facteurs de réussite

9. Existent‐ils des exemples, soit dans le domaine de développement durable ou dans des domaines reliés aux politiques de développement durable (OMD, autres), où un cadre institutionnel international a contribué positivement de manière significative des résultats au niveau national? Au niveau international?

Le programme de lutte contre le SIDA et IST

9. Comment est‐ce que les leçons de telles réussites peuvent être utilisées pour améliorer l?efficacité du cadre institutionnel de développement durable? Ces leçons sont‐elles pertinentes pour la CDD?

Le cadre institutionnel de l?ONUSIDA pourrait inspirer le CCD

10.Comment est‐ce que les leçons tirées de telles réussites peuvent être utilisées pour améliorer l?efficacité de l?orientation de la politique/gouvernance environnementale internationale?

Les campagnes de sensibilisations des acteurs publics et privés, l?engagement politique et des ONG dans les mêmes proportions pourraient améliorer l?efficacité de l?orientation et des actions en matière de développement durable.

12. Selon votre expérience, quels ont été les moyens les plus efficaces pour renforcer la participation des groupes majeurs et des principales parties prenantes dans les efforts nationaux de développement durable?

Les moyens les plus efficaces pour renforcer la participation des groupes majeurs sont les ateliers de formations et de sensibilisations à leurs intentions.

Défis 1.

Quels sont les défis les plus importants auxquels font face les institutions internationales chargées de promouvoir le développement durable?

Au nombre des grands défis aux institutions internationales chargées de promouvoir le développement durable on peut citer : la non compréhension par les différentes parties prenantes du concept de développement durable, la faiblesse de ressources financières.

14.Quels sont les défis majeurs auxquels font face les institutions nationales chargées de promouvoir le développement durable dans votre pays?

Les défis majeurs des institutions nationales :

es conflits de compétences entre les départements ministériels

La faible volonté politique

Risques .

5.Quelles décisions la CNUDD devrait‐elle chercher à atteindre la question relative au cadre institutionnel du développement durable?

Quels sont les principaux risques qui menaceraient un succès de la CNUDD sur cette question?

La conférence de Rio+20 devrait rechercher la coordination et la synergie d?action dans le système de gouvernance internationale du développement durable. Plus spécifiquement dans le pilier environnemental du développement durable, le CNUDD devrait créer une institution spécialisée chargée de coordonner toutes les AME. Le PNUE renforcé pourrait être cette institution.

Coordonnées du Point Focal/Répondant:

Pays: TOGO

Nom (facultatif): BAMOUDNA Bagdougoua

E-mail (facultatif): félibamod@yahoo.fr

Position: Responsable du Développement Durable;

Ministère/Organisation affiliée: Ministère de l?Environnement et des Ressources Forestières

Autres Ministères/Organisations consultés dans la préparation du questionnaire: Ministère auprès du Président de la République chargé de la Planification, du Développement et de l?Aménagement du Territoire.

Autres parties prenantes consultées dans la préparation du questionnaire:

Copyright (c) United Nations 2011 | Terms of Use | Privacy Notice | Contact | Site Map | New