Culture Montreal
Information
  • Date submitted: 1 Nov 2011
  • Stakeholder type: Major Group
  • Name: Culture Montreal
  • Submission Document: Download
Keywords: Science (1 hits),

Full Submission

LA CULTURE, QUATRIÈME PILIER DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

«On ne saisit le sens profond du développement qu?au plan local.» Voilà l?idée qui émanait de l?Agenda 21 local, élaboré et adopté lors du tout-premier Sommet de la Terre, à Rio de Janeiro, en 1992.

Ce document cristallisait la nécessité d?instaurer un nouveau modèle de développement territorial à l?échelle mondiale. Adopté par plus de 170 pays, l?Agenda 21 local a été reconnu comme un outil intégré de planification et de gestion du développement durable et viable à l'échelle des collectivités territoriales, comme un cadre d'action stratégique, comme une innovation dans la gouvernance territoriale. Ce cahier de charges mise sur la participation citoyenne, la mobilisation et la responsabilisation de tous les acteurs.

Agenda 21 local +20 : l?heure de la Culture

Les vingt années écoulées depuis le Sommet de la Terre de Rio de Janeiro, en 1992, ont permis de valider la pertinence de cet outil. Toutefois, encore peu répandu 20 ans après son adoption (6 500 adhérents en 2002 et surtout dans les pays d?Europe du Nord ), l?Agenda 21 local comporte certaines failles.

Cités et gouvernement locaux unis (CGLU), une instance internationale présente dans 136 des 191 états membres des Nations Unies, dont les membres sont aussi bien des villes que des associations de gouvernements sont des acteurs du développement territorial, reconnaissait la faiblesse d?un document, l?Agenda 21 local, reposant sur une notion erronée de développement.

Se fondant sur la reconnaissance croissante que le monde ne fait pas seulement face à des défis économiques, sociaux ou environnementaux- les 3 domaines aujourd'hui reconnus comme les 3 piliers du développement durable- mais que la créativité, la connaissance, la diversité et la beauté sont les bases incontournables du dialogue pour la paix et le progrès, dans la mesure où elles sont intrinsèquement liées au développement de l'homme et aux libertés, le Bureau Exécutif de CGLU a adopté en novembre 2010 la position politique sur «La culture comme quatrième pilier du développement»

Cette nouvelle approche envisage la relation entre culture et développement durable à travers deux voies:

1. Le développement du secteur culturel lui-même (i.e. héritage, créativité, industrie culturelle, artisanat, tourisme culturel).

2. Garantir sa juste place dans toutes les politiques publiques, en particulier celles en lien avec l'éducation, l'économie, la Science, les communications, la cohésion sociale et la coopération internationale.

Parce qu?elle induit au territoire la capacité de se prendre en charge, de s?animer, de se déployer, la culture est indissociable du concept même de développement durable. Tous, nous devons reconnaître le pouvoir de la culture de changer et de transformer les milieux de vie et la société, de galvaniser les énergies hétérogènes afin de faire émerger de nouvelles dynamiques entre les individus, les groupes et les communautés.

Intégrer la culture dans le concept de développement

Le pouvoir de transformation intrinsèque à l?art agit d?abord sur les individus. Même les personnes qui ont un rapport plus contemplatif avec les ?uvres et les manifestations artistiques évoquent les transformations spirituelles et comportementales qu?elles expérimentent.

L?accès aux arts et à la culture doit être un projet de société. La participation culturelle du plus grand nombre est un but vers lequel il faut tendre pour éviter que nos communautés se fracturent en fonction des disparités économiques, sociales, linguistiques et culturelles. La participation culturelle sert à valoriser la créativité, la libre pensée et la capacité de vivre ensemble des citoyens. Il faut aussi protéger la liberté d?expression des artistes tout en valorisant leur apport à la société, en reconnaissant et en rétribuant mieux leur travail.

Ainsi, désigner la culture comme quatrième pilier du développement durable et l?intégrer dans l?Agenda 21 local devient de plus en plus nécessaire considérant l?évolution de notre compréhension du développement et les enjeux qui pèsent sur notre monde. Il devient urgent de faire évoluer l?Agenda 21 local afin qu?il permette d?atteindre l?objectif que se sont donné collectivement les signataires, soit celui de bâtir des collectivités justes et prospères, offrant une qualité de vie optimale à leurs résidents, tout en minimisant l?empreinte environnementale de l?activité humaine.

L?agenda 21 de la culture

L?Agenda 21 de la culture, document élaboré par Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU) et initialement adopté par les membres de l?organisation en 2004, vient combler certaines lacunes de l?Agenda 21 local de 1992 et devrait servir d?inspiration pour une nouvelle mouture de ce document fondateur. Dans sa position politique pour l?établissement de la culture comme 4 pilier du développement durable, le CGLU souligne que le monde «ne fait pas uniquement face à des défis d?ordre économique, social ou environnemental. La créativité, la connaissance, la diversité et la beauté sont autant de fondements indispensables au dialogue en faveur de la paix et du progrès. Ces valeurs sont, intrinsèquement, liées aux notions de développement humain et de liberté». Cet énoncé trouve écho auprès des acteurs du développement; en effet, à ce jour, près de 250 gouvernements locaux ont adopté l?Agenda 21 de la culture à travers le monde. Culture Montréal est d?avis que les bases idéologiques, principes et objectifs de l?Agenda 21 local doivent illustrer ce vaste mouvement pour une approche élargie du développement. Ainsi, l?Agenda 21 local est appelé à évoluer afin d?intégrer pleinement les valeurs, principes et objectifs cités à l?Agenda 21 de la culture.

La reconnaissance de la culture comme moteur de développement

La culture pour tous comme enjeu de développement est au c?ur des réflexions des décideurs politiques, chercheurs, acteurs du développement local et citoyens depuis plusieurs années déjà. Au cours de la dernière décennie, on a vu naître et être adoptés des écrits fondamentaux tels que la Déclaration sur la diversité culturelle (2001) et la Convention de L?Unesco sur la diversité des expressions culturelles (2005). La place accordée à la culture dans l?Agenda 21 local doit être le juste reflet de cette mouvance. Nous avons aujourd?hui, collectivement, l?opportunité de reconnaître l?importance de l?art, du design, du patrimoine, des traditions et autres dimensions de la culture, tout comme celle du simple acte de création et de l?expression créative, pour le développement durable et responsable des collectivités. Nous devons affirmer la nécessité de leur présence dans le quotidien de chaque personne; faire valoir leur contribution à une vie citoyenne active, et reconnaître le bien-fondé des politiques publiques et autres initiatives visant la protection, le développement, la valorisation et la pérennisation des richesses culturelles propres à un territoire.

L?engagement de Culture Montréal

Déjà, en 2004, lors de l?adoption de l?Agenda 21 de la culture à Barcelone, Culture a décidé d?en endosser et propager le contenu parce qu?il plaidait en faveur d?un développement culturel intégrant les grands impératifs que sont les droits de la personne, la diversité des expressions culturelles, la démocratie participative et la création de conditions pour la paix.

C?est dans cet esprit que Culture Montréal a entrepris, en 2010, un vaste chantier pour le développement des quartiers culturels dans la métropole. Portant une vision du développement culturel axé sur l?accessibilité, le rayonnement, la diversité et la multiplicité des formes de la culture, nous contribuons depuis à l?émergence d?une vie et d?une dynamique culturelle propres aux richesses et besoins de chaque quartier de Montréal. Nous nous employons à accompagner les citoyens dans une démarche de concertation; à favoriser la collaboration de diverses parties prenantes; à soutenir, favoriser ou promouvoir de nouvelles initiatives culturelles qui intègrent les autres aspects du développement durable. Tous nos gestes émanent de cette conviction que la culture est le pivot d?une économie misant davantage sur la créativité; d?une participation citoyenne engagée et éclairée; d?un sentiment d?appartenance et d?une identification positive au territoire; et de la qualité de vie des citoyens. Pour Culture Montréal, la métropole du Québec atteindra son plein potentiel culturel en permettant l?expression de la vitalité culturelle dans tous les quartiers de la ville, le tout en misant sur la participation citoyenne et la collaboration des forces vives locales et, le cas échéant, régionales et nationales.

Culture Montréal participe également, depuis 2010, au processus de concertation et de consultation mis en place par le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec pour l?élaboration d?un Agenda 21 de la culture pour le Québec. Ce document, dont l?adoption est attendue cet automne, « sera un cadre de référence qui viendra préciser les principes à respecter et les objectifs à viser pour intégrer pleinement la culture dans le développement durable de la société québécoise. Ce document fondateur donnera l'impulsion au renouvellement de notre approche dans le domaine de la culture. Il permettra d?élargir la perspective et de mettre en évidence le rôle global que la culture peut jouer en tant que levier économique, catalyseur de la créativité, facteur de cohésion sociale et élément constitutif de notre cadre de vie. Cela permettra de repenser les rapports de la culture avec tous les secteurs de la société, et ainsi d?établir les assises d?un nouveau chapitre de la politique culturelle du Québec. » Culture Montréal adhère à la démarche du MCCFQ telle que décrite ci-dessus, qui s?inscrit dans la mouvance mondiale initiée par CGLU.

Monsieur Simon Brault, président de Culture Montréal, a par ailleurs eu ces mots lors d?un Forum sur l?Agenda 21 de la culture du Québec, tenu en mai 2011 dans la Ville de Québec:

«Au moment même où trop de gouvernements dans le monde charcutent leurs malingres budgets dédiés aux arts, au patrimoine et à la culture en évoquant la lutte au déficit, cette initiative politique [Agenda 21 de la Culture, ndlr] pour affirmer le caractère incontournable de la culture comme dimension du développement durable au Québec mérite qu?on la salue et qu?on y participe. L?Agenda 21 de la culture est un guide de survie urbaine pour le siècle qui commence. Il illustre à quel point, partout dans le monde, les axes du développement culturel sont maintenant redéfinis à partir des villes et des gouvernements locaux. [?] Il [Agenda 21 de la culture] soutient que le développement culturel doit intégrer les impératifs que sont les droits de la personne, la diversité des expressions culturelles, la démocratie participative et la création de conditions pour la paix.»

Recommandations de Culture Montréal à la Conférence des parties pour l?intégration des articles de l?Agenda 21 de la culture dans l?Agenda 21 local

Culture Montréal joint sa voix au concert des nations, gouvernements et membres de la société civile, pour réclamer que le Sommet de Rio de 2012 soit l?occasion de redéfinir la structure conceptuelle du développement durable. Dans cette perspective, Culture Montréal souhaite que la Déclaration finale de Rio +20 intègre la culture comme quatrième pilier du développement durable et que l?Agenda 21 local comprenne, à compter de 2012, un chapitre qui explique la relation entre la culture et le développement durable et un chapitre sur le rôle des gouvernements locaux dans le développement durable.

Afin que la culture devienne vraiment partie prenante de ce cahier de principes guidant les instances territoriales, Culture Montréal, à la suite du CGLU, recommande que la Déclaration finale suggère de créer des mécanismes institutionnels pour analyser plus en profondeur, au cours des prochaines années, la relation entre la culture et le développement durable. On pourrait étudier la possibilité d?une «Décennie de l?ONU sur la culture pour le développement durable».

À propos de Culture Montréal

Fondé en 2002, Culture Montréal est un mouvement citoyen, non partisan, visant la promotion des arts et de la culture comme leviers essentiels du développement de Montréal. Comptant près de 1000 adhérents et doté d?un vaste réseau de partenaires, Culture Montréal tient des activités de recherche, d?analyse, d?information et de représentation politique en lien avec sa mission première. L?organisation est soutenue par le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, la Conférence régionale des élus de Montréal, la Ville de Montréal, le Conseil des arts et des lettres du Québec et le Cirque du Soleil.

Copyright (c) United Nations 2011 | Terms of Use | Privacy Notice | Contact | Site Map | New